Les États-Unis accusent la Chine de développer une technologie de contrôle cérébral - 1 Scandal
Politique

Les États-Unis accusent la Chine de développer une technologie de contrôle cérébral


Liste noire du contrôle cérébral.

L’administration Biden met 34 entités chinoises sur la liste noire en raison de l’utilisation supposée d’armes de contrôle cérébral.

L’administration Biden a déclaré jeudi qu’elle avait imposé des restrictions commerciales à plus de 30 instituts de recherche et entités chinoises en raison de violations des droits de l’homme et du développement présumé de technologies, telles que des armes de contrôle cérébral, qui portent atteinte à la sécurité nationale des États-Unis.

Le département du commerce a accusé l’Académie des sciences médicales militaires de Chine et 11 de ses instituts de recherche d’utiliser la biotechnologie « pour soutenir les utilisations finales et les utilisateurs finaux de l’armée chinoise, y compris les prétendues armes de contrôle du cerveau », selon un avis publié dans le Federal Register.

Le Washington Post a fait ces commentaires intéressants.

« La poursuite scientifique de la biotechnologie et de l’innovation médicale peut sauver des vies », a déclaré la secrétaire au commerce Gina Raimondo dans un communiqué. « Malheureusement, la Chine choisit d’utiliser ces technologies pour exercer un contrôle sur son peuple et réprimer les membres des minorités ethniques et religieuses. Nous ne pouvons pas permettre que les produits, les technologies et les logiciels américains qui soutiennent la science médicale et l’innovation biotechnique soient détournés vers des utilisations contraires à la sécurité nationale des États-Unis. »

Le département d’État a qualifié de « génocide » la répression exercée par la Chine à l’encontre des Ouïghours et des autres minorités musulmanes du Xinjiang, qui comprend le recours au travail forcé et à la stérilisation. Selon les services de renseignement américains, la Chine a mis en place un « système de surveillance de haute technologie » dans tout le Xinjiang « dans le cadre de son appareil d’oppression », a déclaré un haut responsable de l’administration, s’exprimant sous couvert d’anonymat en raison du caractère sensible de la question.

Dans le cadre de ce système, les autorités utilisent non seulement la reconnaissance faciale biométrique pour la surveillance de masse, mais elles ont également recueilli des échantillons d’ADN de tous les résidents du Xinjiang âgés de 12 à 65 ans, a déclaré le fonctionnaire.

Dans le cadre de la stratégie chinoise de « fusion militaro-civile », Pékin cherche à utiliser les biotechnologies émergentes pour soutenir les futures applications militaires, notamment en parrainant la recherche sur l’édition de gènes, l’amélioration des performances humaines, les interfaces neuronales directes et les matériaux biologiques, a ajouté le responsable.

« Nous sommes préoccupés par l’activité de la Chine dans le domaine de la biotechnologie depuis un certain temps », a déclaré le fonctionnaire, ajoutant que le ciblage des entreprises et le renforcement du secteur américain de la biotechnologie seront « un domaine d’intérêt permanent pour nous ».

« L’officiel, dit ….. » Quel officiel ? Interfaces neuronales-directes ?

Le Washington Post a réussi à rédiger son premier paragraphe comme suit :


L’administration Biden a déclaré jeudi qu’elle ajoutait le principal institut de recherche médicale militaire chinois à une liste noire d’exportation en réponse aux préoccupations concernant l’utilisation par Pékin de technologies émergentes telles que la biométrie et les armes de contrôle du cerveau d’une manière qui, selon les responsables américains, menace la sécurité nationale.

Registre fédéral

Dans une très longue phrase qui nomme les entreprises figurant sur la liste noire, la déclaration du Federal Register indique que « ses onze instituts de recherche utilisent des processus biotechnologiques pour soutenir les utilisations finales et les utilisateurs finaux de l’armée chinoise, y compris les prétendues armes de contrôle du cerveau. Cette activité est contraire aux intérêts de la sécurité nationale et de la politique étrangère des États-Unis en vertu du § 744.11(b) de l’EAR. »

Je n’ai aucune idée de ce que fait ou ne fait pas la Chine, et il semble que le Federal Register non plus. Le mot « cerveau » n’apparaît qu’une seule fois dans le document, précédé immédiatement par le mot « supposé ».

Que se passe-t-il?

L’administration Biden veut sanctionner la Chine pour des violations des droits de l’homme, tout comme Trump a sanctionné la Chine pour des différends commerciaux.

Pendant ce temps, voyons comment le contrôle des esprits fonctionne aux États-Unis.


« Build Back Better » (Reconstruire en mieux) ne coûte rien

J’ai gagné gros

C’est transitoire

Oui, c’est ça !


Le 21 octobre, Yellen s’en tenait encore au mythe de [l’inflation] transitoire. Elle devait le faire, car c’est ce que Biden voulait.

C’est maintenant tellement ridicule que même le président de la Fed, Jerome Powell, est prêt à abandonner ce mot. Yellen l’a officiellement jeté aussi.

Maintenant, les messages « ouais, c’est ça » viennent de Biden qui continue à dire que « Build Back Better » ne coûte rien (de façon amusante, il dit aussi qu’il est entièrement payé), et que BBB n’ajoutera rien à l’inflation.

Presque tous les démocrates se rallient à cette absurdité pour l’une des deux raisons suivantes (cela va dans le sens de ce qu’ils veulent, ils sont assez stupides pour croire tout ce que leur président dit).

En ce qui concerne cette dernière raison, la plupart des gens croient tout ce que disent les leaders de leur parti politique, même si c’est ridicule.

Répétition des mensonges

Répétez les mensonges suffisamment de fois et même certains des sceptiques initiaux commenceront à croire à presque tout.

Une légion entière d’imbéciles croit que la hausse de l’inflation est une bonne chose tout en se plaignant de cette situation !


C’est ainsi que le contrôle du cerveau fonctionne dans la pratique.

Traduction de Mish Talk par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021