Les entreprises pharmaceutiques accordent un financement « caché » aux députés britanniques - 1 Scandal
Biotechnologie & Santé

Les entreprises pharmaceutiques accordent un financement « caché » aux députés britanniques


L’industrie pharmaceutique exerce une « influence politique cachée » sur des dizaines de groupes parlementaires multipartites.

Les entreprises pharmaceutiques donnent à des groupes de députés et de pairs qui font campagne sur des questions de santé des centaines de milliers de livres par an en financement « caché » qui pourrait leur conférer une « influence indue », selon une étude.

L’industrie pharmaceutique a construit un « réseau caché d’influence politique » sur des dizaines de groupes parlementaires multipartites (APPG) à Westminster en leur versant des centaines de paiements « non transparents », dans le cadre d’un effort plus large de l’industrie pour faire pression sur les personnes au pouvoir, affirment les chercheurs.

Ces résultats soulèvent des questions quant à l’indépendance des APPG, ces groupes multipartites volontaires d’intérêt particulier composés de membres des deux chambres du Parlement qui cherchent à influencer les ministres et les services gouvernementaux par le biais de rapports, d’enquêtes et de réunions à Westminster.

Cinquante-huit APPG axés sur différents aspects de la santé ont reçu 468 paiements totalisant un peu moins de 2,2 millions de livres sterling en financement direct et indirect de la part de sociétés pharmaceutiques entre 2012 et 2018, ont constaté des universitaires de l’université de Bath. Les APPG ne reçoivent pas d’argent du parlement pour soutenir leurs activités, qui consistent souvent à interroger des ministres et à leur envoyer des rapports.

« Dans le contexte des APPG liés à la santé, les paiements de l’industrie pharmaceutique représentent des conflits d’intérêts institutionnels car ils créent des circonstances où l’intérêt primaire, l’élaboration de politiques dans l’intérêt de la santé publique, risque d’être indûment influencé par l’intérêt secondaire, l’objectif de l’industrie pharmaceutique de maximiser les profits », concluent les auteurs, dans un article publié jeudi soir dans la revue médicale PLOS One.

Selon Emily Rickard et le Dr Piotr Ozieranski, du département des sciences sociales et politiques de l’université de Bath, les entreprises pharmaceutiques peuvent profiter de leurs relations étroites avec les APPG pour contribuer à leurs enquêtes, plaider en faveur de politiques qui favorisent leurs intérêts commerciaux et faire en sorte que cela se reflète dans les rapports, le tout sans que le public soit au courant de ces liens.


Ils ont découvert cette longue histoire de financement en examinant le registre des APPG du Parlement et les rapports de divulgation des paiements des sociétés pharmaceutiques. Ces deux sources contiennent des informations sur le financement des groupes de pression par les grandes entreprises pharmaceutiques, ainsi que sur le financement des organismes de bienfaisance dans le domaine de la santé, qui servent souvent de secrétariat aux groupes de pression. Mais les détails fournis sont souvent vagues, incomplets et difficiles à comprendre, selon les auteurs.

Les résultats de leurs recherches sont les suivants :

16 APPG liés à la santé ont reçu 168 paiements de 35 entreprises pharmaceutiques pour un montant de 1,2 million de livres sterling entre 2012 et 18, soit un sixième de leur financement total.
Deux APPG, sur la santé et le cancer, ont accepté plus de 600 000 £ au cours de cette période.
50 APPG axés sur la santé ont reçu près d’un autre million de livres sterling en 304 paiements provenant d’organisations de patients ou d’associations caritatives dans le domaine de la santé, qui elles-mêmes reçoivent des sommes d’argent des grandes entreprises pharmaceutiques.
« Nous n’attaquons aucun APPG et n’alléguons aucune irrégularité. Cependant, il y a un dilemme. Les APPG sont un élément clé de l’élaboration des politiques et il est clair que l’argent des entreprises entre dans le circuit sanguin des APPG », ont déclaré Rickard et Ozieranski au Guardian.

« Quelque chose doit être fait pour atténuer l’influence potentielle que les citoyens normaux ou les ONG ne pourront pas exercer. »

Les révélations ont conduit à des appels à une plus grande ouverture sur la provenance des financements des APPG.

« Les APPG ont un rôle important à jouer pour demander des comptes au gouvernement et façonner la politique en rassemblant les voix de tout l’éventail politique et d’une série de parties prenantes », a déclaré le Dr John Chisholm, président du comité d’éthique médicale de la British Medical Association.


« Cependant, il est d’une importance vitale qu’il y ait une transparence totale sur qui se cache derrière ces groupes et sur ce qui motive leurs appels au changement. C’est particulièrement important pour l’élaboration de la politique de santé, qui doit être sous-tendue par le principe de l’amélioration de la santé de la population, et ne pas risquer d’être influencée par d’autres intérêts contradictoires. »

Justin Madders, Secrétaire d’État à la Santé du cabinet fantôme, a déclaré : « Il est extrêmement inquiétant que les grandes entreprises pharmaceutiques et d’autres intérêts particuliers utilisent la couverture de ces groupes, qui ont été créés avec les meilleures intentions, pour contourner les règles normales de probité et de transparence. »

« Il est nécessaire d’établir des règles plus claires en matière de financement et de conflits d’intérêts afin de garantir que les questions de santé importantes ne soient pas utilisées comme un véhicule pour faire avancer des intérêts privés. »

Mais Lord Hunt of Kings Heath, un pair travailliste et le trésorier du groupe parlementaire multipartite sur la santé, a rétorqué que le manque de financement des APPG par le Parlement les rendait dépendants d’organisations externes.


« Les APPG ont besoin de beaucoup de soutien pour être gérés efficacement. Comme il n’y a pas de financement disponible, il est inévitable que des organisations extérieures soient sollicitées pour les financer », a-t-il déclaré.

« Dans ces circonstances, il est impératif que les parlementaires qui font office de fonctionnaires honoraires veillent à ce que les sponsors financiers n’influencent pas indûment le résultat des travaux des APPG.

C’est certainement le cas de l’APPG sur la santé, où les sponsors n’interviennent pas dans nos décisions sur les programmes. »

Elliot Dunster, de l’Association de l’industrie pharmaceutique britannique, a déclaré :

« Les APPG facilitent les discussions entre les députés, les pairs et les parties prenantes de manière ouverte et transparente. Un certain nombre de ces groupes sont soutenus par des organisations caritatives, des associations commerciales et des entreprises pour mener des recherches, des rapports et des réunions. »

« Il existe des directives parlementaires strictes sur les APPG et un registre complet – il n’y a pas de financement caché de la part des sociétés pharmaceutiques pour les députés. »


Source : The Guardian – Traduit par Anguille sous roche


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021