Politique

Les élections tchèques montrent une progression constante des partis de droite et des populistes

C'est la fin pour une Europe gauchiste mondialiste...

Lors des élections municipales qui se sont déroulées ce week-end en République tchèque, les Tchèques ont soutenu les partis populistes et de droite, alors que le gouvernement de centre-droit a vu ses électeurs se détourner de lui en raison d’une économie en crise et d’une crise croissante du coût de la vie.

Le parti populiste ANO, dirigé par l’ancien Premier ministre Andrej Babis, est arrivé en tête dans huit des 13 capitales régionales, mais il n’a pas réussi à prendre le contrôle des deux plus grandes villes, Prague et Brno. Babis, considéré comme un proche allié du Premier ministre hongrois Viktor Orbán, a perdu de justesse les élections nationales tchèques en 2021, et les derniers résultats indiquent que son parti récupère des électeurs.

En outre, le parti de droite Liberté et démocratie directe (SPD) dirigé par Tomio Okamura a enregistré des gains substantiels dans les grandes villes du pays, la position agressive du parti contre les sanctions russes, que de nombreux Tchèques accusent d’être à l’origine de la flambée de l’inflation énergétique, trouvant un écho auprès des électeurs. Le parti d’Okamura a triplé son nombre de représentants municipaux, passant de 161 à 492, et a obtenu ses tout premiers représentants à Prague. Les sondages placent également le SPD au deuxième rang des partis les plus populaires en République tchèque à l’heure actuelle.

Les élections tchèques sont complexes et difficiles à comprendre pour les observateurs extérieurs, mais lorsqu’il s’agit d’élections municipales, la plupart des analystes politiques se penchent sur les résultats des plus grandes villes du pays, où l’ANO et le SPD ont obtenu de meilleurs résultats. Cependant, les plus anciens partis du pays, comme l’Union chrétienne et démocratique-Parti populaire tchécoslovaque (KDU-CSL) et le Parti démocratique civique (ODS) sont les plus ancrés dans les petites villes et les zones rurales, où ils disposent de bureaux de campagne et de représentants locaux qui occupent leurs fonctions depuis longtemps. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles, malgré la perte de nombreuses villes, le KDU-CSL a tout de même remporté le plus grand nombre de représentants, tous partis confondus, comme il y a quatre ans, bien qu’avec une part plus faible.

Le deuxième finisseur était le Parti démocratique civique (ODS), et le troisième était les Maires et indépendants (STAN). Par rapport aux résultats de 2018, le Parti social-démocrate tchèque (CSSD), le Parti communiste de Bohême et de Moravie (KSCM) et les Maires et indépendants (STAN) ont connu une baisse significative de leur nombre de sièges représentatifs. Les autres partis de la coalition gouvernementale ont également perdu des sièges, tandis que les mouvements d’opposition Liberté et démocratie directe (SPD) et ANO ont progressé.


Babis a également célébré les résultats de son parti à Prague, où son parti a obtenu le deuxième plus grand nombre de voix.

« C’est un succès car nous avons perdu les élections générales de 2021 principalement à Prague où nous avions environ 14 % », a déclaré Babis en décrivant les 19,34 % obtenus par son parti dans la ville.

Toutefois, comme d’habitude, les candidats indépendants et leurs diverses associations locales ont remporté l’ensemble des élections municipales. Selon les données, ils ont remporté 3 367 sièges représentatifs de plus qu’il y a quatre ans.

Un tiers des sièges du Sénat tchèque étaient également à pourvoir, mais les résultats de ces élections sont moins clairs. Sur les 27 sièges de sénateurs à pourvoir, seuls trois ont été décidés au premier tour. Le week-end prochain, les autres seront décidés. Cependant, ANO a déjà remporté un siège supplémentaire et le parti se dirige vers le second tour dans 17 districts. Étant donné que seul un tiers des sièges du sénat est en jeu, cela signifie que la coalition actuellement au pouvoir ne risque pas de perdre le pouvoir après les résultats des élections du week-end prochain.

Selon les résultats définitifs publiés par le site Web des élections dimanche, 46,07 % des électeurs ont participé aux élections municipales. C’est environ un point de pourcentage de moins qu’en 2018.

La baisse la plus significative a touché la gauche


CSSD a perdu près des trois cinquièmes de ses représentants. Le KSČM a fait encore pire, perdant près de 70 % de ses obligations de représentation. STAN a enregistré une baisse de 747 sièges dans les conseils, ODS a perdu 306, Pirates a perdu 84, et TOP 09 a perdu 56.

Le mouvement SPD a progressé de 331 obligations depuis les dernières élections, et le mouvement ANO a gagné 64 représentants supplémentaires.

Le mouvement ANO a gagné dans la plupart des grandes villes. Tout comme il y a quatre ans, ils ont gagné dans 17 des 27 villes statutaires, dont huit des 13 capitales régionales. Lors des dernières élections municipales, ANO était en tête dans 11 capitales régionales.

Le KDU-CSL a remporté la première place parmi les partis, même s’il a perdu 393 sièges dans les conseils. Ils en ont remporté 3 252 cette année.

Selon les données de l’Office tchèque des statistiques, 195 214 candidats ont brigué 61 796 obligations de représentation. L’âge moyen des représentants élus est de 47,6 ans, tandis que le représentant le plus âgé a 88 ans. Onze représentants âgés de 18 ans ont obtenu un siège. Parmi les représentants élus, 71 % sont des hommes et 29 % sont des femmes.

Remix News 


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com © elishean/2009-2022

Articles connexes