Les données du VAERS révèlent une multiplication par 50 des grossesses extra-utérines après les injections de vaccin COVID - 1 Scandal
Biotechnologie & Santé

Les données du VAERS révèlent une multiplication par 50 des grossesses extra-utérines après les injections de vaccin COVID


Les données du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) ont montré 2 620 décès fœtaux de plus après avoir reçu le vaccin contre le COVID que le nombre signalé de décès fœtaux dus à tous les autres vaccins au cours des 30 dernières années. Le « symptôme » mis en avant est celui d’une grossesse extra-utérine.

Lors d’une recherche dans le VAERS pour les grossesses extra-utérines suite à des injections de COVID au cours des 11 derniers mois, il y a eu 52 cas en 11 mois où des mères enceintes ont reçu des injections du « vaccin »  puis se sont révélées plus tard avoir une grossesse extra-utérine.

À titre de comparaison, il y a eu 30 cas où des femmes enceintes ont reçu des vaccins approuvés par la Food and Drug Administration (FDA) et ont signalé des grossesses extra-utérines au cours des 30 dernières années pour une moyenne d’une grossesse extra-utérine par an.

Cela signifie qu’il y a eu une multiplication par 50 des grossesses extra-utérines chez les femmes qui ont reçu des vaccins contre le COVID-19 par rapport aux autres femmes recevant des vaccins sûrs et approuvés par la FDA au cours des 30 dernières années.

Il y a eu de nombreux exemples de ces morts fœtales signalées, mais le gouvernement continue de fermer les yeux alors même que les rapports continuent d’affluer.


Par exemple, deux médecins et quelques manifestants au Canada se sont récemment réunis à l’hôpital Lions Gate de North Vancouver, demandant à la Gendarmerie royale du Canada de porter plainte contre les responsables de la santé après qu’il a été signalé qu’il y avait eu 13 décès de mort-nés dans les 24 heures.

Cause Injection COVID: 13 morts-nés en 24 heures à l’hôpital Lions Gates au Canada

En savoir plus sur la grossesse extra-utérine

La grossesse commence toujours par la fécondation d’un ovule. Cet œuf fécondé s’attache généralement à la muqueuse de l’utérus. Mais dans les grossesses extra-utérines, l’ovule fécondé s’implante et se développe à l’extérieur de la cavité principale de l’utérus, généralement dans une trompe de Fallope. Elle peut également survenir dans d’autres zones, telles que l’ovaire, la cavité abdominale ou la partie inférieure de l’utérus (col de l’utérus).

En raison de l’emplacement de l’ovule fécondé, une grossesse extra-utérine ne peut pas se dérouler normalement. L’œuf fécondé ne peut pas survivre dans d’autres parties du corps, et il peut même provoquer des saignements potentiellement mortels s’il n’est pas traité.

La plupart des femmes enceintes ne remarquent aucun symptôme de grossesse extra-utérine au début. Cependant, la grossesse extra-utérine présente les signes et symptômes habituels de la grossesse, tels que des règles manquantes ou une sensibilité des seins et des nausées.


Les femmes qui font des tests de grossesse trouvent leurs résultats positifs, mais la grossesse ne peut pas se poursuivre normalement. Au fur et à mesure que l’œuf fécondé se développe dans un endroit inapproprié, les signes et les symptômes deviennent plus visibles.

Souvent, les premiers signes avant-coureurs comprennent des saignements vaginaux légers et des douleurs pelviennes. Si du sang s’écoule de la trompe de Fallope, il peut également y avoir une douleur à l’épaule ou une envie d’aller à la selle, selon l’endroit où le sang s’accumule et les nerfs irrités.

Certains facteurs rendent les femmes plus susceptibles d’avoir des grossesses extra-utérines, notamment l’inflammation, les infections dues à des maladies sexuellement transmissibles, les traitements de fertilité, les antécédents de chirurgie tubaire et même le choix d’un contraceptif.


On ne peut pas empêcher une grossesse extra-utérine, mais il existe des moyens de réduire le risque, comme limiter le nombre de partenaires sexuels et utiliser des préservatifs pour prévenir les infections sexuellement transmissibles. Le tabagisme est également un facteur de risque, il est donc conseillé aux femmes d’arrêter de fumer lorsqu’elles tentent de tomber enceintes.

Le vaccin COVID-19 est-il vraiment sûr pour les femmes enceintes?

Une étude distincte qui a rapporté des résultats préliminaires concernant la sécurité des vaccins COVID-19 chez les personnes enceintes a noté que les essais cliniques pour les vaccins COVID-19 à base d’ARNm n’incluaient pas les femmes enceintes, limitant les données de sécurité dans le groupe.

Avec plus de femmes enceintes dans la population générale recevant les vaccins depuis, elles ont été en mesure de fournir des informations pour évaluer les données de sécurité .

Les résultats ont montré que 3 958 femmes enceintes se sont inscrites dans les registres du système de surveillance et que la douleur au site d’injection était la plus fréquente chez les femmes enceintes. Cependant, les résultats de la grossesse étaient préoccupants.

Parmi les femmes inscrites, seulement 827 participantes ont terminé leur grossesse. Parmi celles-ci, 86,1 pour cent ont donné naissance à des enfants vivants, 12,6 pour cent ont eu des avortements spontanés, 0,1 pour cent ont eu des mortinaissances et 1,2 pour cent ont eu d’autres issues comme l’avortement provoqué et la grossesse extra-utérine.

Les données du VAERS du 14 décembre 2020 au 28 février 2021 ont à elles seules montré 29,9% de rapports liés à la grossesse sur 221, dont la plupart incluent des avortements spontanés – 37 au premier trimestre, deux au deuxième trimestre et sept inconnus ou non signalés. .

Les auteurs ont conclu que les données de trois systèmes de surveillance différents – dont le VAERS – n’indiquaient aucun signal de sécurité évident concernant la grossesse ou les issues néonatales associées aux vaccinations COVID-19.


Bien qu’elles ne soient pas directement comparables, les proportions d’effets indésirables chez les femmes vaccinées seraient similaires à celles rapportées dans les études les impliquant avant la pandémie. Les experts suggèrent que d’autres études sont nécessaires, en particulier chez les femmes vaccinées au cours du premier trimestre.

Les sources de cet article comprennent :
Rechercheglobale.ca
MayoClinic.org
OBGProject.com


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021