Opinion

Les derniers jours du culte du covid


Ça ne va pas être joli, les amis. La chute d’un culte de la mort l’est rarement.

Il va y avoir des lamentations et des grincements de dents, des bavardages incohérents et fanatiques, des suppressions massives de tweets embarrassants. Il va y avoir un véritable tsunami de rationalisation désespérée, de négation acharnée, de rejet éhonté de la responsabilité et d’autres formes de couverture, alors que les anciens membres du Culte du Covid font soudainement une pause à la dernière minute pour la jungle avant que les serveurs « Safe and Effective Kool-Aid » complètement vaccinés avec doses de rappel ne les trouvent.

Oui, c’est vrai, comme vous l’avez sûrement remarqué, le récit officiel du Covid est en train de s’effondrer, d’être démonté à la hâte ou d’être révisé historiquement, sous nos yeux. Les « experts » et les « autorités » reconnaissent enfin que les statistiques sur les « décès » et les « hospitalisations » liés au Covid sont artificiellement gonflées et totalement peu fiables (ce qu’elles sont depuis le tout début), et ils admettent que leurs « vaccins » miracles ne fonctionnent pas (à moins de changer la définition du mot « vaccin »), et qu’ils ont tué quelques personnesou peut-être plus que quelques personnes, et que les confinements étaient probablement « une grave erreur ».

Je ne vais pas m’embêter avec d’autres citations. Vous pouvez surfer sur Internet aussi bien que moi. Le fait est que l’opération psychologique « Pandémie apocalyptique » a atteint sa date d’expiration. Après presque deux ans d’hystérie de masse à propos d’un virus qui provoque des symptômes légers à modérés de rhume ou de grippe (ou absolument aucun symptôme) chez environ 95 % des personnes infectées et dont le taux de létalité global est d’environ 0,1 à 0,5 %, les nerfs des gens sont à bout. Nous sommes tous épuisés. Même les membres du culte du covid sont épuisés. Et ils commencent à abandonner le culte en masse.

C’était surtout une question de temps. Comme l’a dit Klaus Schwab, « la pandémie représente une fenêtre d’opportunité rare mais étroite pour réfléchir, réimaginer et réinitialiser notre monde ».

Ce n’est pas fini, mais cette fenêtre se ferme, et notre monde n’a pas été « réimaginé » et « réinitialisé », pas irrévocablement, pas encore.

GloboCap a clairement sous-estimé la résistance potentielle à la grande réinitialisation, et le temps qu’il faudrait pour écraser cette résistance. Et maintenant, le temps presse, et la résistance n’est pas écrasée… au contraire, elle grandit. Et il n’y a rien que GloboCap puisse faire pour l’arrêter, à part devenir ouvertement totalitaire, ce qu’il ne peut pas faire, car ce serait suicidaire. Comme je l’ai noté dans une récente colonne :

« Le totalitarisme de la Nouvelle Normalité – et toute forme de totalitarisme global-capitaliste – ne peut pas s’afficher comme un totalitarisme, ni même comme un autoritarisme. Il ne peut pas reconnaître sa nature politique. Pour exister, il ne doit pas exister. Par-dessus tout, il doit effacer sa violence (la violence à laquelle toute politique se résume en fin de compte) et nous apparaître comme une réponse essentiellement bienfaisante à une légitime « crise sanitaire mondiale »… »

La « crise sanitaire mondiale » simulée est, à toutes fins utiles, terminée. Ce qui signifie que GloboCap s’est planté. Le fait est que, si vous avez l’intention de garder les masses agitées dans une frénésie de paranoïa anale à propos d’une « pandémie mondiale apocalyptique », à un moment donné, vous devez produire une véritable pandémie mondiale apocalyptique. Les statistiques truquées et la propagande vous porteront pendant un certain temps, mais les gens devront finalement faire l’expérience de quelque chose qui ressemble au moins à un véritable fléau mondial dévastateur, dans la réalité, et pas seulement sur leurs téléphones et leurs téléviseurs.

De plus, GloboCap a sérieusement exagéré avec les « vaccins » miracles. Les cultistes de Covidian ont vraiment cru que les « vaccins » les protégeraient de l’infection. Des experts en épidémiologie comme Rachel Maddow leur ont assuré qu’ils le feraient :

« Nous savons maintenant que les vaccins fonctionnent suffisamment bien pour que le virus s’arrête avec chaque personne vaccinée », a déclaré Maddow dans son émission le soir du 29 mars 2021.

« Une personne vaccinée est exposée au virus, le virus ne l’infecte pas, le virus ne peut pas ensuite utiliser cette personne pour aller ailleurs », a-t-elle ajouté en haussant les épaules. « Il ne peut pas utiliser une personne vaccinée comme hôte pour aller chercher d’autres personnes. »

Et maintenant, ils sont tous malades de… eh bien, d’un rhume, en gros, ou sont « infectés de manière asymptomatique », ou autre. Et ils envisagent un avenir dans lequel ils devront se soumettre à des « vaccinations » et à des « rappels » tous les trois ou quatre mois pour maintenir à jour leur « certificat de conformité », afin d’être autorisés à occuper un emploi, à fréquenter une école ou à manger dans un restaurant, et les, OK, sectaires purs et durs sont d’accord avec, mais il y a des millions de personnes qui s’y conforment, non pas parce qu’ils sont des fanatiques délirants qui envelopperaient la tête de leurs enfants dans du cellophane si Anthony Fauci le leur ordonnait, mais purement par « solidarité », ou commodité, ou instinct grégaire, ou… vous savez, la lâcheté.

Beaucoup de ces personnes (c’est-à-dire les non fanatiques) commencent à soupçonner que peut-être ce que nous, les « extrémistes portant un chapeau en aluminium, négationniste du covid, anti-vax, théoriciens du complot », leur disons depuis 22 mois n’est pas aussi fou qu’ils le pensaient au départ. Ils font marche arrière, rationalisent, révisent l’histoire et inventent toutes sortes de c*nneries intéressées, comme le fait que nous sommes maintenant dans « un monde post-vaccin », ou que « la science a changé », ou que « Omicron est différent », afin d’éviter d’être forcés d’admettre qu’ils sont les victimes d’une opération psychologique de GloboCap et de l’hystérie de masse mondiale qu’elle a générée.

Ce qui… très bien, laissez-les se raconter ce qu’ils veulent au nom de leur vanité, ou de leur réputation de journalistes d’investigation, de gauchistes célèbres ou de révolutionnaires Twitter. Si vous pensez que ces membres « en voie de guérison » de la secte du covid vont un jour reconnaître publiquement tous les dommages qu’ils ont causés à la société, ainsi qu’aux personnes et à leurs familles, depuis mars 2020, et encore moins s’excuser pour tous les abus qu’ils ont infligés à ceux d’entre nous qui ont rapporté les faits… eh bien, ils ne le feront pas. Ils vont tourner, équivoquer, rationaliser et mentir comme des arracheurs de dents, tout ce qu’il faut pour se convaincre et convaincre leur public que, lorsque la m*rde a frappé le ventilateur, ils n’ont pas claqué des talons et sont devenus complètement de « bons allemands ».

Faites vivre l’enfer à ces gens si vous en avez besoin. Je suis aussi en colère et trahi que vous. Mais ne perdons pas de vue les enjeux ultimes ici. Oui, le récit officiel s’effrite enfin, et le Culte du covid commence à imploser, mais cela ne signifie pas que ce combat est terminé. GloboCap et ses marionnettes au gouvernement ne vont pas annuler tout le programme « de la Nouvelle Normalité », faire comme si les deux dernières années n’avaient jamais existé, et se retirer gracieusement dans leurs somptueux bunkers en Nouvelle-Zélande et leurs méga-yachts.

Les mouvements totalitaires et les cultes de la mort ne s’éteignent généralement pas avec grâce. Ils s’effondrent généralement dans une orgie de violence gratuite et nihiliste, alors que le culte ou le mouvement tente désespérément de maintenir son emprise sur ses membres vacillants et de se défendre contre l’empiètement de la réalité. Et c’est là où nous sommes en ce moment… ou là où nous allons être très bientôt.

Dans le monde entier, des villes, des États et des pays poursuivent la mise en œuvre de la société de biosécurité de la Nouvelle Normalité, bien qu’il n’y ait plus aucune justification plausible pour celle-ci. L’Autriche va de l’avant avec la « vaccination » obligatoire. L’Allemagne s’apprête à faire de même. La France met en place un système de ségrégation nationale pour punir les « non-vaccinés ». La Grèce impose des amendes aux retraités « non vaccinés ». L’Australie met en place des « camps de quarantaine ». L’Écosse. L’Italie. L’Espagne. Pays-Bas. La ville de New York. San Francisco. Toronto. La liste est longue, et longue, et longue.

Je ne sais pas ce qui va se passer. Je ne suis pas un oracle. Je suis juste un satiriste. Mais nous nous rapprochons dangereusement du point où GloboCap devra devenir un véritable fasciste s’il veut finir ce qu’il a commencé. Si ça arrive, les choses vont devenir très moches. Je sais, c’est déjà moche, mais je parle d’un tout autre genre de mocheté. Pensez à Jonestown, aux derniers jours d’Hitler dans son bunker, ou aux derniers mois de la famille Manson.

C’est ce qui arrive aux mouvements totalitaires et aux cultes de la mort une fois que le charme est rompu et que leurs récits officiels s’effondrent. Quand ils tombent, ils essaient d’emmener le monde entier avec eux. Je ne sais pas pour vous, mais j’espère que nous pourrons éviter cela. D’après ce que j’ai entendu et lu, ce n’est pas très amusant.

Traduction de The Consent Factory par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

www.epitalon-sante.com

1scandal.com © elishean/2009-2022

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.