A ne pas manquerPolitique

Les Démocrates ne dissimulent plus leur folie anti-Trump


Les Démocrates dansent avec le diable. Pour eux, c’est le commencement de la fin et ils savent que Donald Trump, s’il est réélu en 2024, sonnera la fin de la récréation.

Alors ils ont décidé , avec leurs comparses de la gauche et leurs complices dans les médias de masse, de passer à la phase accélérée de l’atteinte de leur hégémonie politique. Leurs principales armes sont l’accusation de « racisme systémique », la Théorie Critique de la Race enseignée dans les écoles, ainsi que la censure de la « désinformation » et des « opinions inacceptables » en utilisant les médias sociaux et les chefs d’entreprises « woke ». Les Américains ne peuvent pas honnêtement prétendre qu’ils ne voient pas ce qui se passe. C’est à eux qu’il appartient de réagir.

Comment le « le Syndrome de Dérangement anti-Trump » pourrait sauver l’Amérique


Pendant les quatre années où il a été président, Donald Trump a reconstruit l’économie après les désastres politiques des années Bush-Obama. Il a considérablement réduit l’immigration illégale, a affronté et exposé le Parti communiste chinois et, grâce à l’opération Warp Speed, il est venu à bout de la pandémie du coronavirus chinois. Si cette liste est impressionnante, sa réalisation la plus significative à long terme pourrait bien le placer au panthéon des présidents américains qui ont sauvé la nation : il a fortuitement arraché les lattes du plancher et exposé les termites qui se nourrissent furtivement et sans relâche des fondements culturels, sociétaux et gouvernementaux du pays.

Au cours des dernières étapes de la campagne de 2016 et des quatre années de sa présidence, les caractéristiques personnelles de Donald Trump et le moment de son élection ont poussé les élites dirigeantes et la gauche américaine d’inspiration marxiste à la folie furieuse et, ainsi, elles se sont totalement exposées.

Leur duplicité collective, leur alliance dissimulée, et l’ampleur des progrès secrets et inquiétants de cette fusion dans la transformation de la nation en une oligarchie socialiste à parti unique sont maintenant mises à jour et chacun peut s’en rendre compte.

Avec ce que l’on appelle souvent le Syndrome de Dérangement anti-Trump (SDT), cette colère s’est transformée en une frénésie obsessionnelle de ne rien laisser au hasard afin de forcer M. Trump à démissionner ou, sinon d’étouffer sa présidence et, au moyen de la fraude électorale, si nécessaire, s’assurer qu’il ne sera pas réélu.

Donald Trump possède un trait de caractère que les élites dirigeantes ont ignoré jusqu’à ce qu’il devienne évident qu’il pouvait réellement remporter la présidence.

Non seulement M. Trump est capable de s’identifier aux masses populaires et avoir de l’empathie pour elles, mais il pense, agit et parle comme la plupart d’entre elles.

La possibilité d’avoir à la Maison Blanche un homme qu’ils percevaient comme ressemblant à leur vision stéréotypée des Américains moyens rendait les élites furieuses. Pour elles, M. Trump était la copie conforme des ploucs abrutis du Sud, des ouvriers négligés du Midwest, des habitants peu instruits des ghettos urbains, des fermiers peu sophistiqués des milieux ruraux, et des chauffeurs de camion vulgaires.

M. Trump constituait également une menace existentielle pour la gauche américaine et son projet vieux de plusieurs décennies d’atteindre l’hégémonie politique et de transformer la nation en un État socialiste.

Après avoir infiltré pendant des décennies la bureaucratie, les établissements d’enseignement (ce que les élites dirigeantes ont choisi d’ignorer), et après huit ans de la présidence d’Obama, la gauche est devenue convaincue que son objectif ultime est non seulement à la portée de la main mais incontournable.

En 2018, 40% de tous les Américains avaient une opinion favorable du socialisme, pour les plus jeunes générations (les Millenniaux et la Génération Z) c’était 49%. De plus, 52% de ce groupe démographique disait préférer vivre dans un pays socialiste plutôt qu’un pays capitaliste.

Encore plus surprenant, 30 % avaient une opinion favorable du marxisme. Actuellement, 51% des moins de 40 ans pensent que l’Amérique est une nation raciste ayant une longue histoire de discrimination.

La tendance au cours des deux dernières décennies est une augmentation inexorable, en particulier parmi les jeunes générations, de la préférence pour le socialisme/communisme par rapport au capitalisme et de la perception des États-Unis comme étant une nation injuste et raciste qui doit être transformée.

Craignant de perdre leur base de pouvoir et leur style de vie, les élites dirigeantes, conscientes de ces tendances, ont été incitées à se fusionner tacitement avec la gauche américaine d’influence marxiste, dans l’espoir qu’elle s’associe et s’en remette à une oligarchie dominée par elles. Cet accord sur le partage du pouvoir ne tenait qu’à un fil, mais les deux partis étaient convaincus que l’hégémonie permanente de la gauche était imminente.

Jusqu’à ce que l’élection de Donald Trump menace l’influence des élites et les ambitions de la gauche.

Le Syndrome de Dérangement anti-Trump a fortuitement exposé ce qui était en train de métastaser sous la surface depuis de nombreuses années et qui est maintenant mis en lumière au centre de la scène où il est à la vue de chacun.

Il existe aux États-Unis un système de justice à deux vitesses basé sur l’affiliation ou les opinions politiques. Le FBI, qui était autrefois l’organe d’application de la loi le plus respecté du pays, est aujourd’hui un appendice du Parti Démocrate et le Ministère de la Justice en est l’exécuteur de facto. Ils opèrent politiquement, de façon vicieuse, en enquêtant à partir d’allégations fictives (par exemple, la collusion Trump-Russie), en alimentant des accusations malveillantes (par exemple, la soi-disant « insurrection armée » du 6 janvier) et en appliquant le traitement le plus sévère possible aux transgresseurs qui « pensent mal » tout en ignorant généralement les anarchistes qui « pensent bien ».

La bureaucratie fédérale est un pouvoir à part entière, favorable à la gauche, qui peut délibérément détruire un président ou un citoyen ordinaire sans subir de répercussions.

En exploitant la pandémie du coronavirus chinois comme un moyen de battre Donald Trump, les membres élus du Parti Démocrate ont montré qu’ils sont des tyrans mesquins et vindicatifs. Ils ont réduit de manière calculée les libertés individuelles, lancé des confinements inutiles et dévastateurs, provoqué une peur injustifiée dans la population, détruit la crédibilité de la communauté médicale et scientifique du gouvernement, et amené la nation au bord du chaos économique.
Le Parti Démocrate, dans sa guerre contre Donald Trump, s’est révélé être une filiale à part entière de la gauche radicale américaine qui utilise de manière flagrante des tactiques nazies pour atteindre ses objectifs.

Les complotistes élites dirigeantes/gauchistes, déterminés à vaincre Donald Trump en 2020, ont utilisé tous les moyens, y compris la fraude électorale, pour atteindre leur objectif. Par conséquent, il ne devrait plus y avoir de spéculation concernant la fraude électorale à grande échelle. Elle existe.

Ces mêmes complotistes tentent maintenant audacieusement d’intégrer la fraude électorale potentielle dans chaque État et de s’assurer que quelqu’un d’inacceptable pour eux ne sera jamais élu président.

Ce que l’on appelait autrefois les « grands médias » ne peuvent plus prétendre être impartiaux alors qu’ils marchent avec les gauchistes, dénigrant Donald Trump et vilipendant ses électeurs. Ils sont le bras de propagande non dissimulé de l’élite dirigeante/l’oligarchie de la gauche américaine, diffusant volontiers des « fake news » sur l’opposition et régurgitant les points de discussion qui leur sont donnés par leurs maîtres.

Les élites se sont entendues avec leurs comparses de la gauche, accélérant leur calendrier pour atteindre l’hégémonie politique en fomentant volontairement des troubles civils. Les principales armes utilisées afin de mener à bien ce projet sont l’accusation de « racisme systémique » et la défense de la Théorie Critique de la Race qui impose ouvertement une discrimination raciale, le fait de fermer les yeux sur un antisémitisme virulent et croissant, et la censure de la « désinformation » et des « opinions inacceptables » en utilisant les médias sociaux et l’extorsion des entreprises et des gouvernements.

Au cours des quatre derniers mois, les médias de masse ont abondamment vanté les politiques autocratiques de l’Administration Biden et du Congrès contrôlé par les Démocrates. — Des politiques qui englobent et exposent davantage les points précédents.

Ainsi, la majeure partie des citoyens ne peut honnêtement prétendre être ignorante ou inconsciente de ce qui se passe dans le pays, car cela devrait être évident pour toute personne ayant un minimum de conscience et d’intelligence qui n’est pas imbue d’une fidélité aveugle au Parti Démocrate ou à l’idéologie marxiste.

Ce n’est plus une exagération de dire que l’avenir des États-Unis ne tient qu’à un fil. Le fait de dire que cette nation est proche du point de non-retour dans sa course effrénée vers un bouleversement sociétal et culturel potentiellement violent ne vient pas du délire d’un alarmiste de droite déséquilibré.

La faute n’incombe pas à la gauche radicale américaine, qui est peu nombreuse, mais à la classe dirigeante, par son inaction délibérée, son souci d’auto-glorification et sa volonté de s’allier avec la gauche.

Ce sont ces actions traîtresses s’étendant sur plusieurs décennies qui ont amené les États-Unis à ce point.

Alors que les élections de mi-mandat de 2022 aux niveaux étatique, local et fédéral sont essentielles pour endiguer la marée et retarder ce qui pourrait être inévitable, la seule solution est le remplacement de la classe dirigeante actuelle.

Cela peut être accompli si les Américains s’unifient et utilisent leur poids économique pour boycotter les entreprises et les institutions, en particulier les universités, qui promeuvent le socialisme ou les politiques de haine de l’Amérique.

L’élection de Donald Trump et le Syndrome de Dérangement anti-Trump ont offert à l’Amérique une dernière chance de rouvrir complètement la nation. Il appartient maintenant aux citoyens de le faire.

Steve McCann pour American Thinker

Traduit par Magali Marc pour Dreuz.info.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

Tous les effets du vieillissement ont une cause commune :

Le raccourcissement de vos télomères.  

L'Epitalon provoque la production par la glande pinéale d'une enzyme qui reconstruit donc rallonge les télomères....

www.epitalon-sante.com

 

1scandal.com © elishean/2009-2022


Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.