Les dangers mortels de la technologie à ARNm utilisée dans les concoctions dites « vaccinales » - Scandal
Biotechnologie & Santé

Les dangers mortels de la technologie à ARNm utilisée dans les concoctions dites « vaccinales »


Dolores Cahill, biologiste moléculaire et immunologiste à l’Institut Conway de recherche biomoléculaire et biomédicale, est spécialisée dans le transfert au sein des politiques sanitaires de la recherche scientifique.

Dans cette vidéo de 15 minutes (en anglais et doublée en français, extrait de l’interview mené par Oracle Films le 31 décembre 2020), elle nous parle des soi-disant-vaccins à ARNm et des graves dangers qu’ils représentent. Elle y évoque également les cas de morts de bébés suite à la vaccination aux USA et du fait que les vaccins « récents » ne sont pas soumis à des tests d’innocuité.

Une seconde vidéo (en anglais et sous-titrée en français) est un entretien d’une heure mené par FranceSoir en association avec BonSens. L’article a été publié le 14 janvier 2021 :
« Le professeur Cahill amène une vision sans concession du coronavirus, expliquant l’attitude « criminelle » des gouvernements envers leur population avec le confinement alors que des traitements en phase précoce existent (Zinc, Vit.C, Vit.D, Hydroxychloroquine et Ivermectine). Elle évoque sa vision de l’épidémie, les problèmes, la gestion de la crise, les vaccins et les complications liées à la vaccination. Lien de la vidéo :

https://www.francesoir.fr/opinions-entretiens/video-debriefing-dolores-cahill

Un debriefing qui intéressera les auditeurs est lié au fait que pour elle, les confinements et autres mesures sont non nécessaires et illégales.


Elle finit par expliquer les problèmes avec les vaccins à ARN messager et les conséquences de ces vaccins sur le système immunitaire de chaque individu, chez qui la réponse du système immunitaire entraîne des effets secondaires.


« C’est comme un jeu de roulette russe », nous dit-elle, et ces vaccins ne devraient jamais être donnés en double doses car cela risque d’entraîner des problèmes supplémentaires liés à la facilitation de l’infection virale par les anticorps (antibody dependend enhancement) dont on ne connaît pas la temporalité de l’effet.


Pour Dolores Cahill, cette approche des traitements à ARN messager ne leur octroie pas les conditions pour s’appeler « vaccin ». Ce sont des « dispositifs médicaux » ou des « thérapies géniques». »

« Il ne s’agit pas d’un vaccin […] le terme vaccin est utilisé pour rendre cette substance subrepticement acceptable en vertu d’une autorisation d’utilisation d’urgence dans le cadre de la santé publique […] Il s’agit d’un ARNm encapsulé dans une enveloppe de graisse qui doit pénétrer une cellule. C’est un dispositif médical conçu pour stimuler la cellule humaine de manière à ce qu’elle puisse produire elle-même des agents pathogènes. Ce n’est pas un vaccin !

C’est un dispositif chimique, un système d’exploitation, un agent pathogène synthétique et un dispositif de production d’agents pathogènes chimiques. […] un dispositif mécanique, sous la forme d’un très petit concentré de technologie, qui est inséré dans le système humain pour stimuler la cellule [cible] afin qu’elle produise elle-même des agents pathogènes.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021