Les Britanniques vaccinés par AstaZeneca ont peu d'espoir de se voir autorisés à voyager - 1 Scandal
Biotechnologie & Santé

Les Britanniques vaccinés par AstaZeneca ont peu d’espoir de se voir autorisés à voyager


L’espoir qu’un corridor de voyage entre le Royaume-Uni et les États-Unis soit établi cet été s’estompe.

Le doute s’installe alors que l’on craint de plus en plus que les Britanniques vaccinés avec le vaccin d’AstraZeneca se voient interdire l’entrée aux États-Unis.

Cette décision intervient alors que les pays de l’UE continuent d’imposer des restrictions de plus en plus strictes aux Britanniques qui se rendent sur le continent en raison des inquiétudes suscitées par le variant Delta.

Des responsables impliqués dans les discussions sur l’éventuel corridor de voyage entre les États-Unis et le Royaume-Uni ont déclaré qu’il était de plus en plus improbable qu’ils parviennent à une conclusion avant la fin du mois de juillet, rapporte le Financial Times lundi.

Les responsables ont ajouté que l’augmentation du nombre de cas du variant Delta au Royaume-Uni et les complexités du système politique américain allaient prolonger les discussions jusqu’en août, voire en septembre, selon le journal.

L’affaire se complique encore du fait que le vaccin d’Oxford AstraZeneca n’a pas encore été approuvé aux États-Unis.


Cela pourrait signifier que les Britanniques qui ont été vaccinés pourraient se voir interdire l’entrée aux États-Unis jusqu’à ce que le vaccin soit approuvé – un processus qui pourrait prendre plusieurs mois.

Un diplomate britannique a déclaré au FT : « AstraZeneca pose un réel problème. Si les États-Unis ne le reconnaissent pas, cela signifie que des millions de Britanniques ne pourront pas voyager si nous acceptons un nouveau corridor. »

Aujourd’hui, le nombre de cas quotidiens de Covid en Grande-Bretagne a plus que doublé en une semaine, mais les décès ont chuté de 40 % – un autre signe clair que les vaccins ont rompu le lien entre les infections et les décès.

Le ministère de la Santé a enregistré 22 868 nouvelles infections au cours des dernières 24 heures, soit une augmentation de 115 % par rapport aux 10 633 enregistrées la semaine dernière.

Il s’agit du plus grand nombre de cas quotidiens depuis la fin janvier, lorsque la deuxième vague était en train de s’éteindre, et de la plus forte augmentation des infections d’une semaine sur l’autre depuis octobre de l’année dernière. Mais seulement trois décès ont été enregistrés aujourd’hui, contre cinq il y a une semaine.


Le nombre quotidien de décès dus au Covid a augmenté au cours de la semaine écoulée, avec une moyenne de 17 victimes aujourd’hui, contre neuf au milieu du mois, ce qui est loin des niveaux observés lors des vagues précédentes.

Signe évident de l’« effet vaccin », la dernière fois que le nombre de cas s’est élevé à environ 22 000 et qu’il a augmenté, c’était au début du mois de décembre, alors qu’il y avait environ 400 décès par jour dus au Covid et que la deuxième vague commençait à se propager.

Il y a actuellement en moyenne 211 admissions à l’hôpital pour cause de Covid chaque jour au Royaume-Uni, ce qui représente le double du nombre d’admissions enregistrées au début du mois de mai. Début décembre, le pays enregistrait en moyenne 1 500 hospitalisations quotidiennes.


Pendant ce temps, les pays de l’UE continuent d’imposer des restrictions sévères aux Britanniques qui voyagent en raison des inquiétudes suscitées par le variant Delta, bien que le Royaume-Uni ait l’un des taux de vaccination les plus élevés au monde.

Plus tôt dans la journée, l’Espagne a annoncé qu’elle ne laisserait entrer dans le pays que les Britanniques entièrement vaccinés ou ceux qui ont subi un test Covid négatif, après qu’Angela Merkel a demandé une interdiction des touristes britanniques dans toute l’UE.

Le Premier ministre Pedro Sanchez a annoncé cette décision deux jours seulement avant que les îles Baléares ne soient ajoutées à la liste verte du Royaume-Uni, en même temps que Malte.

L’Espagne se joint à Malte et au Portugal pour apporter des modifications tardives, alors que l’Allemagne et la France devraient faire monter les enchères lors du sommet européen de Covid qui se tient aujourd’hui.

Angela Merkel et Emmanuel Macron souhaitent que tous les vacanciers britanniques soient interdits de séjour sur le continent en raison du variant indienne.

Malte a modifié sa politique pour n’autoriser que les arrivées de Britanniques entièrement vaccinés, tandis que le Portugal exigera une quarantaine de 14 jours pour tous les Britanniques qui n’ont pas reçu le double vaccin.

Le premier ministre espagnol, M. Sanchez, a qualifié d’« inquiétants » les chiffres de Covid en Grande-Bretagne, citant le taux cumulé de 14 jours qui est « bien supérieur à 150 cas pour 100 000 habitants ».

Selon ses détracteurs, la campagne franco-allemande de répression de la Grande-Bretagne, dont le taux de vaccination est l’un des plus élevés au monde, est motivée par la politique et non par les données.

Source : Daily Mail – Traduit par Anguille sous roche


Vu que la plupart des gens se sont fait vacciner pour un retour à la normale, et surtout pour pouvoir voyager, je me demande s’il faut en rire ou pleurer !


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021