Politique

Les attaques à « d’armes soniques » contre des fonctionnaires américains se multiplient

Après avoir appris jeudi que les services de renseignement américains enquêtaient sur au moins deux attaques soniques potentielles par « énergie dirigée » contre le personnel de la Maison Blanche – dont l’une se serait produite à l’extérieur de l’enceinte de la Maison Blanche – la commission du renseignement du Sénat américain est intervenue vendredi, affirmant que de tels incidents mystérieux semblent se produire de plus en plus fréquemment dans le monde.

Les sénateurs Mark Warner (D) et Marco Rubio (R) ont convenu que ces attaques par micro-ondes durent depuis « près de cinq ans » et ont visé « le personnel du gouvernement américain à La Havane, à Cuba et ailleurs dans le monde ».

Dans une déclaration commune, les deux membres ont déclaré : « Cette tendance à attaquer nos concitoyens au service de notre gouvernement semble s’intensifier. La commission sénatoriale du renseignement a l’intention de faire toute la lumière sur cette affaire », selon Reuters.

Comme pour les attaques du « syndrome de La Havane » de fin 2016 et début 2017, au cours desquelles une cinquantaine de membres du personnel diplomatique ont déclaré avoir ressenti des symptômes étranges allant de vomissements à des commotions cérébrales, en passant par des nausées extrêmes et des maux de tête chroniques, que l’on pensait être le résultat d’une sorte d’arme à « énergie dirigée » non détectée, les incidents les plus récents ont vu les médias spéculer sur le fait que la Russie ou la Chine pourrait être derrière eux.

C’est à partir de la semaine dernière que ces mystérieux incidents sont revenus sur le devant de la scène médiatique nationale après que des responsables de la défense ont déclaré qu’ils pensaient que la Russie était probablement à l’origine des attaques à l’arme à énergie micro-ondes contre les troupes américaines dans le nord-est de la Syrie.

Apparemment, certaines troupes américaines occupant le pays ont commencé à signaler des « symptômes de grippe », ce qui a amené le ministère de la défense à enquêter sur un lien possible avec des armes à micro-ondes ou à énergie dirigée sur le champ de bataille en Syrie. Politico rapporte que « les responsables ont identifié la Russie comme un coupable probable, selon deux personnes ayant une connaissance directe de la question ».


Malgré les cas de symptômes étranges et même de traumatismes crâniens ressentis par le personnel diplomatique ou les troupes à l’étranger, aucune « arme à énergie » n’a jamais été trouvée ou découverte comme étant à l’origine de ces attaques présumées. Le plus souvent, le personnel américain signale les symptômes suffisamment longtemps après l’attaque présumée pour que le « complot » et le coupable ne soient pas détectés. Naturellement, cela a donné lieu à un immense scepticisme et à des réactions négatives.

Une réponse profondément critique à tous ces reportages à la fin de la semaine a fait une boutade : « Un autre jour, une autre histoire de source anonyme sur des agresseurs non identifiés qui auraient agressé des employés du gouvernement américain dans le monde entier. Cette fois, selon CNN, les agences fédérales se penchent sur quelque chose de plus proche de chez elles : les symptômes dont ont souffert un employé de la Maison Blanche en Virginie et un membre du Conseil national de sécurité près de la pelouse sud de la Maison Blanche. »

« Bien qu’un rapport gouvernemental ait par la suite conclu que la cause la plus probable était plutôt une sorte d’”énergie radiofréquence dirigée et pulsée” (c’est-à-dire une arme à micro-ondes), cette conclusion était principalement basée sur un manque de preuves pour d’autres causes et a reçu un fort rejet de la part de nombreux autres membres de la communauté scientifique. »

Le commentaire de Gizmodo souligne en outre qu’« aucune preuve tangible de quelque nature que ce soit concernant cette technologie n’a jamais été présentée publiquement par le gouvernement américain. Les rapports citant des responsables gouvernementaux qui soupçonnent les services de renseignement russes d’être impliqués ont été largement anonymes et soutenus principalement par des rumeurs selon lesquelles le gouvernement russe aurait repris les recherches de l’ère soviétique sur les armes expérimentales ».

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021