Les Arabes inquiets de la politique de Biden face à l'ingérence iranienne - 1 Scandal
Politique

Les Arabes inquiets de la politique de Biden face à l’ingérence iranienne


L’animateur de télévision d’origine syrienne Faisal Al-Kasim a récemment demandé à ses 5,9 millions d’abonnés sur Twitter : « Quelle est la meilleure, la réputation d’Israël ou la réputation de l’Iran dans la région [du Moyen-Orient]?

Le résultat du sondage a montré que 74,8% considéraient Israël comme ayant une meilleure réputation contre 25,2% en faveur de l’Iran.

Le lendemain, Al-Kasim, qui anime une émission de débat populaire sur le réseau qatarien Al-Jazeera appelé The Opposite Direction , a mené une autre enquête sur Twitter. Cette fois, il a demandé à ses partisans : « Soutenez-vous le bombardement israélien de l’Iran et de ses milices en Syrie?

Selon les résultats du sondage, 77,8% ont déclaré soutenir les frappes militaires israéliennes, tandis que seulement 22,2% ont exprimé leur opposition.

Les découvertes d’Al-Kasim n’ont pas surpris de nombreux Arabes, en particulier ceux vivant dans les États du Golfe, qui continuent d’exprimer leur profonde inquiétude face à l’ingérence continue de l’Iran dans leurs affaires intérieures.


Cette préoccupation est exprimée alors que les pourparlers visant à rétablir l’accord nucléaire de 2015, le Plan d’action global commun (JCPOA), se déroulent à Vienne entre l’Iran et les puissances mondiales signataires de l’accord.

Les Iraniens exigent la levée complète des sanctions imposées par les États-Unis après leur retrait unilatéral de l’accord en 2018, comme condition préalable à la conclusion d’un nouvel accord avec les puissances mondiales.

Cependant, de nombreux Arabes s’inquiètent de l’apaisement perçu par les Européens et l’administration Biden envers les mollahs de Téhéran.

Se référant aux remarques de l’envoyé spécial des États-Unis pour l’Iran, Robert Malley, qui a déclaré à CNN que « à un moment donné dans un avenir pas si lointain, nous devrons conclure que le JCPOA n’existe plus, et nous devrons négocier un accord entièrement un nouvel accord différent », le journal saoudien Al-Yaum a décrit les déclarations comme « des messages frustrants qui reflètent la position globale des États-Unis envers l’escalade iranienne ».


Le journal a déclaré que la position de l’administration Biden « soulève un point d’interrogation sur le sérieux des efforts américains pour sauver le monde des menaces iraniennes ».

« Le régime iranien insiste pour adopter, soutenir et armer des entités terroristes afin de continuer à commettre des crimes et des violations qui déstabilisent la sécurité et la stabilité et la détérioration de la situation humanitaire dans la région.

Selon l’expert militaire irakien Adnan Salman :

« Les interventions de l’Iran dans les pays voisins tels que l’Irak, la Syrie, le Yémen, le Liban, Bahreïn et le Koweït sont devenues claires et tangibles… L’Iran a créé de nombreux partisans pour lui dans ces pays pour mettre en œuvre sa vieille politique d’exportation de la révolution [islamique]. »

L’écrivain et analyste politique saoudien Abdel Aziz Khamis a souligné que depuis l’invasion américaine de l’Irak en 2003, les « mesures expansionnistes » de l’Iran dans la région ont augmenté. L’intervention iranienne, a déclaré Khamis, a atteint son paroxysme lorsque l’Iran s’est vanté d’occuper quatre capitales arabes : Bagdad, Beyrouth, Sanaa et Damas :

« Les Iraniens ont transformé ces capitales arabes en bases pour ses milices armées, leur fournissant de l’argent, des armes et tout ce dont ils ont besoin pour affirmer l’hégémonie de l’Iran sur la région… Le groupe Ansar Allah au Yémen [les Houthis], le Hezbollah au Liban, les Brigades du Hezbollah et Sayed al-Shuhada et d’autres gangs en Irak, ainsi que d’autres gangs brutaux dans les territoires syriens et palestiniens, ont servi d’outils qui ont permis à Téhéran de s’ingérer dans les affaires de ces pays et d’en menacer d’autres. »

Comme d’autres commentateurs arabes, Khamis a déclaré qu’il ne comprenait pas le silence et l’indifférence de la communauté internationale face à la « situation aggravante de la falsification iranienne dans la région ».

Saleh Al-Qallab, un éminent écrivain jordanien et ancien ministre de l’Information, a averti que « la pénétration iranienne dans la région arabe a franchi toutes les frontières ».

« La situation dans cette région n’est pas confortable du tout », a-t-il déclaré. « Ce que fait l’Iran équivaut à une guerre ouverte contre les Arabes. »

Al-Qallab a souligné que la milice houthie soutenue par l’Iran au Yémen a lancé des attaques de roquettes et de drones contre l’Arabie saoudite. Il a appelé les Arabes à se rallier à l’Arabie saoudite alors qu’elle continue de faire face aux menaces du mandataire iranien.


L’ancien ministre koweïtien de l’Information et de la Culture, Saad Bin Tefla Al-Ajami, a déclaré que les puissances mondiales qui mènent actuellement des négociations avec les Iraniens à Vienne ne se soucient pas de la « politique hostile » de l’Iran envers les Arabes. « L’Iran interfère dans la région dans le but de la dominer », a fait remarquer Al-Ajami.

« L’Iran est mû par une combinaison d’idéologie raciste et l’absence d’un moyen de dissuasion arabe ou international pour arrêter son ingérence flagrante dans la région [arabe]. L’Iran cherche à créer un État au sein d’un État dans les pays arabes. Le modèle libanais actuel de L’hégémonie de l’Iran à travers le Hezbollah est le modèle auquel l’Iran aspire et projette dans tous les pays arabes. »

Al-Ajami a exprimé sa déception face à l’échec de la communauté internationale à « dissuader l’intrusion iranienne ».

La communauté internationale, dont les représentants négocient avec les Iraniens à Vienne sur le programme nucléaire de Téhéran, « n’est pas préoccupée par les politiques agressives [de l’Iran] contre nous », a-t-il ajouté. « Les priorités et les intérêts des puissances mondiales sont différents des nôtres, bien qu’elles soient conscientes des politiques de déstabilisation de l’Iran pour l’ensemble de la région. »

Faisant écho aux préoccupations croissantes des pays arabes concernant la politique actuelle des États-Unis envers l’Iran, l’écrivain égyptien Emil Amin a déclaré que la décision de l’administration Biden de négocier avec les Iraniens était « dangereuse et intrigante ».

L’administration Biden, a ajouté Amin, refuse de divulguer des informations sur les négociations qui pourraient « représenter de graves dangers » pour les États-Unis.

« L’administration Biden fait valoir que la mise à disposition de ces informations peut nuire à la sécurité nationale américaine et révéler des sources de renseignement. Cette excuse est fragile et faible. Voici la vérité claire : la faible administration Biden s’efforce de parvenir à un accord [avec l’Iran] à tout prix pour embellir son image devant les Américains. »

De tels avertissements de la part des Arabes sur les intentions malveillantes de l’Iran refont surface chaque fois que les puissances mondiales et les Iraniens reprennent les pourparlers sur l’accord nucléaire à Vienne.

Ces avertissements reflètent l’inquiétude croissante du monde arabe concernant un accord qui enhardirait les mollahs iraniens et les encouragerait à poursuivre leurs politiques « expansionnistes et hostiles » contre les Arabes. Les avertissements, devenus monnaie courante dans les médias arabes, sont principalement dirigés contre l’administration Biden.

Il est néanmoins encourageant de voir le soutien croissant des Arabes aux frappes militaires d’Israël contre les milices soutenues par l’Iran en Syrie. Les Arabes semblent comprendre que l’intervention de l’Iran en Syrie a causé plus de violence et d’effusion de sang là-bas.

De même, la meilleure réputation d’Israël par rapport à l’Iran parmi de nombreux Arabes, comme le montre l’enquête de la personnalité de la télévision d’origine syrienne, est un point de lumière.

Ces Arabes, en bref, disent qu’ils considèrent l’Iran et les États-Unis, et non Israël, comme les principales menaces pour leur sécurité et leur stabilité.


Il reste maintenant à voir si l’administration Biden et les autres parties négociant avec les mollahs entendront les voix du monde arabe – ou continueront à permettre aux mollahs de les tromper en faisant lever les sanctions américaines tandis que Téhéran continue de faire avancer son prévoit d’obtenir des armes nucléaires et d’étendre son contrôle à davantage de pays arabes.

Khaled Abu Toameh est un journaliste primé basé à Jérusalem.

  • Suivez Khaled Abu Toameh sur Twitter

Gatestone Institute


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021