Le sosie de Biden pour l'ONU - 1 Scandal
A ne pas manquer Politique

Le sosie de Biden pour l’ONU


Quand vous n’avez pas de politique étrangère, pourquoi ne pas prétendre en avoir une en organisant un sommet international? Le président américain Joe Biden a certifié 109 pays comme « démocraties » en les invitant à un « Sommet pour la démocratie » virtuel. Qu’est-ce que Biden entend par démocratie? L’invitation de Biden exclut au moins 20 alliés de longue date des États-Unis.

Qu’ont en commun l’Inde, l’Irak et les îles Salomon?

La réponse est que le président américain Joe Biden a certifié les trois comme des « démocraties » avec 106 autres pays, en les invitant à un « Sommet pour la démocratie » virtuel les 9 et 10 décembre 2021.

Le mouvement de Biden me rappelle l’une de mes phrases françaises préférées : Meubler le vide.

Dans ce cas, quand vous n’avez pas de politique étrangère, pourquoi ne pas prétendre en avoir une en organisant un sommet international?


Et de quoi le sommet va-t-il discuter?

Eh bien, trois objectifs ont été fixés: Se défendre contre l’autoritarisme, lutter contre la corruption et promouvoir les droits de l’homme. Quelque chose d’autre oublié – peut-être la maternité et la tarte aux pommes?

Le problème, c’est que l’ensemble du projet, un gimmick de relations publiques hâtif et mal pensé, est construit autour de concepts qui ne sont jamais définis.

Pour commencer, qu’entend Biden par démocratie?


En l’absence d’une définition, nous devons supposer qu’il veut dire que la démocratie est ce qu’il dit qu’elle est. Dans ce cas, la démocratie, qui est un système de gouvernement qui se présente sous de nombreuses formes différentes, est réduite à une idéologie qui, à son tour, la rend antidémocratique.

L’exercice nous rappelle la création du Komintern par Staline, qui prétendait que lui et lui seuls pouvaient décider qui était un « vrai socialiste ».

Mais si nous adoptons la définition non idéologique de la « démocratie » comme un système dans lequel les gens se gouvernent eux-mêmes ou du moins ont une part à se gouverner à travers une législature plus ou moins librement élue, l’exclusion de certains pays de la liste de Biden devient déroutante. Par exemple, comment exclure le Koweït, la Jordanie, la Tunisie, le Maroc et même l’Algérie, mais inclure l’Irak?

En excluant la Turquie et la Hongrie, deux alliés militaires des États-Unis, Biden affaiblit la prétention de l’OTAN à être « une alliance de démocraties ».

L’exclusion de la Russie est également déroutante.

Vladimir Poutine est peut-être un homme désagréable, mais la Russie a toujours un système multipartite, organise des élections régulières, est moins oppressante et compte moins de prisonniers politiques que les Philippines sous le président Rodrigo Duterte, que Biden a invité.

Et si l’autoritarisme est le péché originel dans ce cas, pourquoi inviter autant d' »hommes forts » africains, sans parler du Brésilien Jair Bolsonaro?

Le Chili est également invité. Mais seulement 10 jours après le sommet de Biden, il pourrait bien se retrouver avec Jose Antonio Cast, un héritier politique d’Augusto Pinochet, comme président.

Inutile de dire que la République populaire de Chine est également exclue.

Il est certain qu’on ne saurait considérer l’État à parti unique de Pékin comme une démocratie. Cependant, d’après nos décomptes, au moins 20 des pays invités, dont les Îles Salomon mentionnées ci-dessus, ne sont guère plus que des satellites de la République populaire.

À l’autre extrémité du spectre, l’invitation de Biden exclut au moins 20 alliés de longue date des États-Unis.

Le « sommet » proposé par Biden est une arme à double canon.


Le deuxième baril est censé réunir des représentants de la société civile et du secteur privé pour aider à atteindre les trois objectifs fixés pour le sommet.

C’est déroutant.

Si ceux qui seront invités viennent de pays déjà certifiés comme démocraties, cela n’a pas de sens de les séparer de leurs gouvernements démocratiques. S’ils devaient provenir de pays exclus, leur inclusion dans le dispositif Biden signifierait toutefois leur transformation en groupes politiques d’opposition.

Le plus grand risque dans le plan de Biden est qu’il puisse conduire à une ré-idéologisation des relations internationales, ce que beaucoup pensaient avoir pris fin avec la fin de la guerre froide.

Après des siècles de guerres de religion, l’Europe a d’abord opté pour un système international fondé sur des règles par le biais des traités westphaliens, qui ont conduit à quelque trois siècles de paix et de stabilité relatives.

Après la Seconde Guerre mondiale, c’est pour désidéologiser les relations internationales que les États-Unis ont mené l’effort pour créer un nouvel ordre mondial construit autour des Nations Unies, de sa charte et de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Cela signifiait des droits égaux pour toutes les nations membres, quels que soient leur système de gouvernement, leur religion et leur idéologie dominante.

Le système westphalien fondé sur des règles a été développé pour devenir un ordre mondial fondé sur le droit qui, bien que certainement imparfait, a inauguré la fin du colonialisme et empêché la résurgence d’idéologies prônant le culte de la race, de la religion ou de la guerre des classes.

Pendant des décennies, le leadership américain, même lorsque les États-Unis eux-mêmes ont transgressé, a été un élément clé du maintien de l’ordre mondial fondé sur la loi. Le projet de Biden pourrait signaler un changement radical dans les ambitions de leadership mondial des États-Unis – de la direction d’un ordre mondial fondé sur la loi à la direction d’un méli-mélo de « démocraties » certifiées par Washington.

C’est pourquoi Biden et son équipe parlent de « valeurs », un concept subjectif, plutôt que de lois concrètes élaborées au fil des décennies grâce à un consensus international douloureusement façonné.

À l’origine, tenter de dupliquer les Nations Unies faisait partie du programme des groupes ultra-conservateurs aux États-Unis et en Europe occidentale. Sous le président Barack Obama, cela s’est transformé en une ambition non déclarée de l’ultra-gauche.

C’est pourquoi Obama a fait le tour de l’ONU et de ses agences sur un certain nombre de questions, notamment l' »accord nucléaire » avec les mollahs de Téhéran, la catastrophe humanitaire en Syrie et le canular de relations publiques connu sous le nom de « sauver la planète ».

Biden, qui se présente comme centriste, se réapproprie peut-être la stratégie d’Obama en essayant de créer un sosie pour l’ONU. Une version moins audacieuse de celle-ci a été brièvement commercialisée par le Premier ministre britannique Boris Johnson sous la forme d’une alliance des nations « anglosphère ».

Je n’ai jamais été un fan de l’Organisation des Nations Unies en tant qu’organisation et j’ai écrit sur ses lacunes pendant des décennies. Cependant, personne ne peut nier le rôle qu’il a joué et doit continuer de jouer dans la défense et l’application de l’idée de relations internationales fondées sur le droit.

Ce qu’il faut, c’est l’approche conservatrice, ce qui signifie garder ce qui fonctionne et couper ce qui ne fonctionne pas à travers un certain nombre de réformes qui ont été débattues pendant des décennies pour adapter l’ONU aux exigences d’un monde en évolution. La création d’un organe parallèle pseudo-idéologique qui exclut plus de 80 États membres de l’ONU, dont deux membres permanents du Conseil de sécurité ; et quelque 40 pour cent de l’humanité, ne le feront pas.

Le sosie peut fournir le vide pendant quelques jours et fournir à une administration sans gouvernail quelques titres favorables. Mais il n’apportera aucune réponse aux problèmes auxquels le monde est confronté aujourd’hui, problèmes qui ne peuvent être résolus sans la participation de toutes les nations dans le cadre d’un ordre mondial fondé sur le droit et non sur l’idéologie.


Amir Taheri
Amir Taheri a été rédacteur en chef exécutif du quotidien Kayhan en Iran de 1972 à 1979. Il a travaillé ou écrit pour d’innombrables publications, publié onze livres et est chroniqueur pour Asharq Al-Awsat depuis 1987.

Gatestone Institute


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021