Le sénateur Doug Mastriano lance une enquête sur les élections en Pennsylvanie - 1 Scandal
Politique

Le sénateur Doug Mastriano lance une enquête sur les élections en Pennsylvanie


« Pourquoi je lance une enquête judiciaire sur l’élection générale de 2020 et la primaire de 2021 »

Une enquête judiciaire sur nos résultats et processus électoraux pour l’élection générale de 2020 et la primaire de 2021 de Pennsylvanie contribuera grandement à rétablir la confiance dans notre système. Voter est le droit fondamental de tous les citoyens. Nous devrions continuellement chercher des moyens d’améliorer le processus de vote afin de garantir que chaque voix soit entendue.

Aujourd’hui, en tant que président du Comité des Opérations Intergouvernementales, j’ai envoyé des lettres à plusieurs comtés pour demander les informations et le matériel nécessaires pour mener une enquête judiciaire sur l’élection générale de 2020 et la primaire de 2021 en Pennsylvanie.

Nous avons demandé à ces comtés de répondre avant le 31 juillet avec un plan de mise en conformité. Les comtés représentent différentes régions géographiques de la Pennsylvanie et des compositions politiques différentes. Certains sont républicains tandis que d’autres sont démocrates, ce qui signifie qu’il s’agira d’une enquête équilibrée.

Le Comité des Opérations Intergouvernementales est un comité permanent du Sénat de l’État de Pennsylvanie qui a des responsabilités de surveillance et d’enquête concernant les activités liées à ou menées entre deux ou plusieurs gouvernements ou niveaux de gouvernement, y compris l’administration des élections à travers l’Etat. Comme le stipule l’article 14 (d) du règlement du Sénat de Pennsylvanie, chaque commission permanente est habilitée à inspecter et à enquêter sur les livres, les registres, les formulaires, les documents, les données, le fonctionnement et les installations physiques de tout organisme public de cet Etat, y compris ses commissions électorales.


Cette mesure est nécessaire car des millions de Pennsylvaniens ont de sérieux doutes sur l’exactitude de l’élection générale de 2020. Un sondage réalisé en janvier par l’université Muhlenberg a montré que 40 % des électeurs de Pennsylvanie ne sont pas convaincus que les résultats de l’élection de 2020 reflètent fidèlement le vote des Pennsylvaniens. Ne pas tenir compte de leurs préoccupations ou s’en moquer n’est ni une réponse ni approprié dans cette république constitutionnelle.

Au cours du débat sur la réforme électorale il y a quelques semaines, certains de mes collègues ont malheureusement rejeté ces chiffres de sondage comme une vérité qui dérange et ont poursuivi en affirmant que la seule raison de la méfiance à l’égard de notre processus électoral était les « théories de conspiration et les mensonges » de ceux avec qui ils sont en désaccord politique. Ce genre d’attaque ad hominen ne répond en rien aux préoccupations de millions d’électeurs.

Les arguments en faveur d’une enquête judiciaire sur l’élection générale de 2020 sont évidents pour tout observateur impartial.

C’était la première élection en Pennsylvanie avec un vote par correspondance « de masse ». En 2020, il y a eu 2,7 millions de bulletins de vote par courrier et par correspondance, contre environ 263 000 bulletins de vote par correspondance en 2016. Beaucoup de ces bulletins ont été comptés dans des lieux hors site avec peu d’observation ou de surveillance extérieure. En outre, les bulletins de vote par courrier sans vérification de signature ont été autorisés à être comptés dans tout l’Etat. Et, bien sûr, tout cela s’est déroulé au milieu du Covid-19 où l’incertitude et la peur ont eu un impact sur la conduite de l’élection.


De plus, dans les semaines précédant l’élection, le Département d’État a modifié à plusieurs reprises la manière dont l’élection de Pennsylvanie était menée. Ceux qui ont voté en personne ont été tenus à une norme plus élevée que ceux qui ont envoyé leur bulletin par la poste. Les signatures requises pour les bulletins de vote postaux ont été vidées de leur sens, la Cour suprême de Pennsylvanie ayant décidé que les bulletins ne pouvaient être rejetés sur la base d’une analyse de la signature de l’électeur.

Le 17 septembre, la Cour suprême de l’AP a décidé que les comtés devaient compter les bulletins reçus jusqu’à trois jours après le jour du scrutin. Une semaine avant l’élection, le Département d’État a déclaré à la Cour suprême que les bulletins reçus après 20 heures le 3 novembre seraient séparés. Mais le département a changé les règles deux jours avant l’élection et a ordonné aux comtés de vérifier ces bulletins dès leur réception. La Cour suprême des États-Unis a dû intervenir et ordonner aux comtés de séparer les bulletins.

Quelques heures seulement avant l’ouverture des bureaux de vote le 3 novembre, le ministère a de nouveau modifié les règles en fournissant des directives tardives sur la manière d’aider les électeurs dont les bulletins de vote par correspondance ou par correspondance ont été incorrectement remplis. Ces « conseils » ont entraîné une application incohérente dans tout le comté. Certains comtés ont contacté les électeurs comme indiqué, tandis que d’autres ne l’ont pas fait. Ces directives n’étaient pas fondées sur la législation actuelle ou la jurisprudence.

Cela défierait toute logique de supposer qu’une élection avec le genre de changements drastiques que nous avons vus en 2020 a été menée parfaitement avec zéro erreur ou fraude.

Le gouverneur Wolf et le secrétaire d’État ont refusé de mener tout type d’enquête approfondie malgré les inquiétudes de millions de nos concitoyens au lendemain de l’élection et les centaines de déclarations sous serment alléguant des fraudes de première main, des irrégularités et des comportements illégaux observés dans les bureaux de vote.


Ce qui s’est rapproché le plus d’une enquête, c’est un petit audit dit « de limitation des risques » qui consistait en un échantillon de seulement 45 000 bulletins de vote sélectionnés au hasard lors des élections de novembre. C’est loin d’être le type d’enquête nécessaire pour déterminer toute fraude, inconduite ou anomalie technique. Cet audit a été mené par le Département d’État et n’a pas inclus la participation du public ou d’observateurs extérieurs.

Les problèmes liés au processus électoral ne se sont pas limités à 2020. Lors des primaires de mai, plusieurs bureaux de vote ont épuisé leur stock de bulletins de vote. Cela s’est produit alors que les comtés sont tenus d’imprimer au moins 10 % de bulletins de plus que le nombre le plus élevé de votes exprimés lors de l’une des trois élections primaires municipales précédentes. Dans certaines circonscriptions, les machines à voter ont incorrectement étiqueté les en-têtes des bulletins républicains comme étant démocrates alors que les courses républicaines apparaissaient toujours. Dans un comté, un « problème d’impression » a entraîné le rejet des bulletins de vote démocrates et républicains. Ces erreurs se sont produites lors d’une élection à faible taux de participation, où les erreurs devraient être moins susceptibles de se produire.

Une enquête judiciaire complète est absolument nécessaire pour notre Etat, dans un souci de transparence et de responsabilité. Il n’y a rien à craindre s’il n’y a rien à cacher. Ceux qui ont des inquiétudes quant à l’intégrité des élections de 2020 et 2021 verront ces inquiétudes examinées et, espérons-le, résolues. Ceux qui pensent qu’il n’y a eu aucune fraude électorale, aucune irrégularité et que les élections se sont déroulées parfaitement auront la chance d’être justifiés.

Cette enquête n’a pas pour but de renverser les résultats des deux élections. Les objectifs sont de restaurer la foi en l’intégrité de notre système, de confirmer l’efficacité de la législation existante sur la gouvernance des élections et d’identifier les domaines où une réforme législative est nécessaire.

À la lumière du récent veto du gouverneur à un projet de loi complet sur la réforme électorale (HB 1300) et du refus de son administration d’aborder sérieusement les préoccupations de millions de nos citoyens, il incombe au corps législatif d’exercer sa responsabilité de surveillance.

Les dommages causés à notre processus électoral ne seront pas réparés avec le temps. Je crois que la seule façon de restaurer la confiance dans le processus électoral de notre comté est d’entreprendre une enquête judiciaire. En faisant cela, la foi en notre système électoral sera restaurée.

Les habitants de notre Etat devraient avoir la certitude que leur vote compte. Il faut de la responsabilité et de la transparence pour garantir que nos élections sont libres et équitables.

Source


Traduit par https://lesdeqodeurs.fr/


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021