Le Royaume-Uni abandonne le projet de passeport vaccinal - Scandal
Social & Finance

Le Royaume-Uni abandonne le projet de passeport vaccinal


Il n’y aura pas d’obligation légale de montrer son statut vaccinal du COVID lors de grands événements, les ministres reculant sur les propositions.

Les projets visant à faire des passeports Covid-19 une obligation légale pour les grands événements vont être abandonnés, selon le Telegraph.

Les responsables qui travaillent sur l’examen de la certification du « statut » Covid-19 estiment qu’il n’y a aucune chance que la loi soit modifiée pour rendre leur utilisation obligatoire au Royaume-Uni.

« Il ne s’agit pas de dire ‘ça a ses chances’. Cela n’arrivera pas », a déclaré une source gouvernementale bien placée, proche de l’étude. « Tout le monde dit que c’est enterré ».

Cette décision intervient alors que les ministres examinent les données afin de déterminer si la levée des restrictions peut se poursuivre comme prévu à partir du 21 juin en Angleterre, date à laquelle on espérait que le public pourrait retourner en plus grand nombre aux grands événements tels que les matchs de football et les concerts.

Le gouvernement a exprimé pour la première fois son intérêt pour les passeports Covid en février, lorsqu’une étude sur leur utilisation au niveau national a été lancée dans le cadre de la feuille de route de Boris Johnson pour la réouverture de l’Angleterre.


Depuis lors, les ministres ont défini ces contrôles en apportant la preuve de trois choses : avoir reçu un vaccin Covid, avoir un test négatif récent ou des anticorps après avoir attrapé le virus.

Préoccupations éthiques

La présentation d’une preuve de vaccination est désormais acceptée pour les voyages internationaux, étant donné que certains pays exigent une preuve pour l’entrée sur leur territoire, et les voyageurs britanniques peuvent déjà le faire via l’application NHS (système de la santé publique du Royaume-Uni).

Cependant, leur utilisation au Royaume-Uni est beaucoup plus controversée, les critiques avertissant que le fait d’obliger les gens à montrer une preuve de leur état de santé pour des événements sociaux soulève de graves questions éthiques.

Les ministres du gouvernement avaient envisagé de modifier la loi afin d’exiger des passeports Covid-19 lors d’événements tels que des matchs de football, des concerts, des festivals et des colloques d’affaires.


Le premier ministre a déjà exclu leur utilisation pour des activités essentielles telles que la visite au supermarché ou chez le généraliste, et a indiqué qu’il n’était pas favorable à leur utilisation par les pubs et les restaurants.

Les plans sont « tués dans l’œuf » alors que des complications émergent

Cependant, les membres du groupe de travail sur le Covid-19, qui fait partie du Cabinet Office (département exécutif du gouvernement britannique chargé du soutien du Premier ministre, NdT) et qui a examiné la certification du statut Covid-19, pensent maintenant qu’elle ne sera pas du tout requise légalement.

La source, bien placée, a déclaré au Telegraph : « Plus personne n’en parle comme d’une chose potentielle… ça a été tué dans l’œuf ».

Les documents soumis à la commission du cabinet des opérations du Covid-19 au début du mois, dont les détails ont été communiqués au Telegraph, contribuent à expliquer la baisse d’intérêt.

Selon notre compréhension, ces documents mentionneraient que l’application du NHS n’aurait pas pu être utilisée par des visiteurs étrangers, ce qui aurait porté atteinte au système.

Il a également été noté qu’il existe certaines exemptions médicales à la vaccination, notamment pour les personnes ayant des réactions allergiques et les jeunes, ce qui complique les choses.

Auparavant, lors de réunions privées, des ministres ont fait part de leurs inquiétudes quant aux avantages exacts des passeports Covid-19 en matière de santé, pressant les responsables d’être plus clairs sur le raisonnement.

Une autre raison de la baisse d’enthousiasme est le faible nombre de cas et le nombre croissant de Britanniques vaccinés, ce qui signifie que les avantages pour la santé sont moins évidents, un point que les ministres ont souligné en privé.


L’approbation finale de cette décision n’a pas encore été donnée.

Gove et Johnson sont tous deux réticents

Michael Gove, le ministre du Cabinet Office chargé de superviser l’étude, doit encore soumettre ses recommandations à M. (Boris) Johnson. Mais des sources proches des deux ministres affirment qu’ils sont instinctivement réticents à adopter le projet.

En outre, Israël, le pays dont l’adoption des passeports Covid-19 est devenue le modèle étudié de près par le Royaume-Uni (y compris lors d’un voyage de M. Gove sur place) abandonnera bientôt son « laissez-passer vert », car un grand nombre de ses citoyens sont désormais vaccinés. Cette décision a été soigneusement notée par les ministres.

La décision du gouvernement de ne pas modifier la loi pour obliger les grands événements à utiliser les passeports ne signifie pas en soi que de tels systèmes ne seront jamais adoptés.

Une mise à jour du gouvernement sur l’étude en avril a déclaré que rien n’empêchait les entreprises de demander une preuve du statut de Covid-19 avant d’accorder l’entrée, à condition qu’elles ne violent pas les lois sur l’égalité.

Le travail sur l’application du NHS, qui est en cours de conversion pour pouvoir montrer la preuve d’un vaccin, d’un test négatif ou d’anticorps, est susceptible de se poursuivre, étant donné qu’elle est utilisée pour les voyages internationaux.

Les ministres du gouvernement pourraient également choisir de se pencher à nouveau sur les passeports Covid-19 pour l’automne et l’hiver, arguant qu’une détérioration soudaine de la situation Covid pourrait faire revenir l’idée.

Triomphe de l’arrière-ban

Cependant, la décision de ne pas annoncer de changements juridiques pour rendre obligatoires les passeports Covid-19 serait considérée comme un triomphe par les députés conservateurs de l’arrière-ban, qui ont promis de se joindre aux rebelles travaillistes pour faire échouer cette initiative.

M. Gove, qui s’exprimait jeudi devant une commission spéciale, a laissé entendre que la position du gouvernement s’était assouplie en soulignant qu’il n’était pas encore décidé à introduire les passeports Covid-19.

Il a dit : « Je pense que certains, mais pas au sein de cette commission, ont l’impression que le gouvernement s’est accroché à cette question de la même manière que JFK a dit qu’il allait envoyer un homme sur la lune, que nous allons introduire une politique de certification quoi qu’il arrive, quoi qu’il arrive.

« Ce n’est pas le cas. Nous l’avons examiné de manière pragmatique, pour voir s’il peut apporter une valeur ajoutée et, si ce n’est pas le cas, nous n’irons pas de l’avant ».

Une source de Whitehall (toutes les institutions dirigeantes de Grande-Bretagne, NdT) a déclaré :

« Michael [Gove] a écouté très attentivement les arguments pour et contre la certification Covid et l’étude n’a négligé aucun détail pour déterminer s’il y a lieu de les utiliser au niveau national. Il fera bientôt des recommandations au Premier ministre ».

Un porte-parole du gouvernement a déclaré :


« L’examen de la certification du statut de Covid est en cours et aucune décision finale n’a encore été prise. Le Chancelier du Duché de Lancaster informera le Parlement après les congés ».

source : https://lesdeqodeurs.fr


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021