A ne pas manquerPolitique

Le projet d’armes biologiques de Barack Obama, Hilary Clinton, Joe Biden et George Soros


L’armée russe a récemment publié un nouveau rapport sur l’ensemble du programme américain d’armes biologiques. L’armée Russe affirme que les 4 cerveaux du réseau d’armes biologiques sont Barack Obama, Hilary Clinton, Joe Biden et George Soros.

On apprend que 12 pays de l’OTAN étaient informés de ce projet et ont aidé les États-Unis dans l’opération de développement d’armes biologiques. Parmi les acteurs connus figurent les sociétés pharmaceutiques américaines Pfizer, Moderna, et bien d’autres. La Russie accuse le président Biden et les démocrates d’être responsables du Covid 19 et du réseau américain d’armes biologiques en Ukraine.

La Russie et la Chine accusent directement Obama, ainsi que George Soros, d’avoir mené pendant plusieurs décennies un plan visant à créer un réseau d’armes biologiques à l’échelle internationale, à créer des agents pathogènes afin de pouvoir les lâcher sur des populations pour prendre le contrôle du monde, en utilisant les médias et en utilisant les MILLIARDS provenant de la vaccination forcée pour alimenter leurs campagnes et maintenir le contrôle de l’information, afin que personne ne découvre pas ce qui se passe réellement.

LABORATOIRES BIOLOGIQUES PENTAGONE-UKRAINE : LA CONNEXION HUNTER BIDEN

Ce serait un euphémisme de dire que l’annonce par le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, de l’existence de laboratoires biologiques financés par les États-Unis en Ukraine, et les inquiétudes concernant le développement d’armes biologiques, ont eu leur part d’attention au cours des dernières semaines. Mais l’histoire ne s’arrête pas là, la piste des preuves mène directement aux établissements politiques, militaires, pharmaceutiques et de renseignement américains.

Indubitablement, cette histoire a tous les ingrédients d’un gigantesque scandale international, et lorsqu’elle est juxtaposée à la guerre actuelle en Ukraine, elle peut potentiellement influencer les trajectoires diplomatiques, politiques et militaires du conflit.

Pourtant, Washington continue de nier toute implication. Lorsqu’il a été pressé de répondre sur cette question, le secrétaire de presse du Pentagone, John Kirby, a qualifié les affirmations russes de « balivernes ». Cependant, malgré les tergiversations des responsables américains, les faits restent accablants.

Alors que les responsables américains et les grands médias occidentaux ont rapidement nié l’existence d’une quelconque implication des États-Unis dans ces installations biologiques, leurs affirmations sont contredites par la publication de preuves accablantes, notamment l’existence de 15 documents officiels américains précédemment publiés, et récemment retirés du site Internet officiel de l’ambassade des États-Unis à Kiev, confirmant la présence d’au moins 11 laboratoires biologiques, ainsi que de deux nouveaux laboratoires qui devaient être construits à Odessa et à Kiev.

Ces laboratoires biologiques américains situés en Ukraine ont été créés entre 2009 et 2012 et financés par le ministère américain de la défense (DOD) et l’agence de réduction des menaces DTRA.

Le programme semble être issu de la loi soviétique de 1991 sur la réduction de la menace nucléaire. Cette loi visait, entre autres, à réduire le risque de bioterrorisme et à prévenir la prolifération des armes biologiques, y compris des agents pathogènes extrêmement dangereux.

Cette loi a été suivie par un accord bilatéral de 2005 entre les États-Unis et l’Ukraine sur la prolifération des armes, signé par des représentants du ministère américain de la défense et du ministère ukrainien de la santé.

Izvestia a publié le 26 mai 2020 un article qui soulève des inquiétudes quant à l’existence de « huit laboratoires qui ont été construits et modernisés avec la participation de l’Agence d’armement spécial de la défense américaine [Defense Threat Reduction Agency (DTRA)] dans le cadre du Programme spécial d’engagement biologique entre 2005 et 2014 et qui ont fourni »une assistance à l’Ukraine pour prévenir la propagation d’agents pathogènes dangereux.

« L’article fait suite aux affirmations de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, qui a averti, le 17 avril 2020, que »les États-Unis pourraient développer des agents pathogènes mortels« dans leurs »laboratoires à l’étranger« , ajoutant que »les États-Unis tentent de renforcer leur présence biologique, y compris dans l’espace post-soviétique. »

L’affaire est devenue plus sérieuse lorsque le commandant de la force de défense russe CBRN (nucléaire, radiologique, biologique et chimique), Igor Kirillov, a expliqué comment, dans le cadre de son projet UP-4 avec la participation des laboratoires de Kiev, Kharkiv et Odessa, les États-Unis semblaient travailler au développement d’armes biologiques potentiellement puissantes. L’un des objectifs du projet semble impliquer la propagation d’infections particulièrement dangereuses par le biais des oiseaux migrateurs.

Selon Igor Kirillov,
commandant de la force de défense radiologique, chimique et biologique russe, les #US préparaient des virus comme la « grippe aviaire dans le laboratoire de guerre biologique de l’Ukraine ». À la demande de la Russie, le Conseil de sécurité de l’ONU a accepté de se réunir ce matin…. pic.twitter.com/3yIYRNez6M

– La French ConAction..🇫🇷 🚛 (@LFCNewsMedia) 11 mars 2022

Kirillov a ajouté : « Considérant que l’Ukraine a une position géographique unique où les routes migratoires transcontinentales se croisent, ils étudiaient 145 espèces biologiques dans le cadre de ce projet », ajoutant qu’« au moins deux espèces d’oiseaux migrateurs ont été identifiées, dont les routes migratoires passent par les territoires russes. »

Selon Kirillov, il était prévu de propager des maladies infectieuses particulièrement dangereuses à l’aide des oiseaux. Il s’agit notamment d’une grippe H5N1 hautement pathogène et de la maladie de Newcastle.

« De toutes les méthodes développées aux États-Unis pour déstabiliser la situation épidémiologique, celle-ci est l’une des plus irréfléchies et irresponsables, car elle ne permet pas de contrôler le développement ultérieur de la situation », a déclaré le fonctionnaire. « Avec un haut degré de probabilité, nous pouvons affirmer que l’une des tâches des États-Unis et de leurs alliés était de créer des agents biologiques pouvant cibler sélectivement divers groupes ethniques de la population », a conclu Igor Kirillov.

Le ministère russe de la Défense a ajouté que les documents obtenus confirmaient le transfert à l’étranger de nombreux échantillons biologiques prélevés sur des Ukrainiens. Par exemple, l’Allemagne finance le projet n° 68727 EN visant à étudier les agents pathogènes de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo et les Hantavirus. Dans le cadre de ce projet, des centaines d’échantillons de sérum sanguin prélevés sur des résidents de diverses régions d’Ukraine ont été transférés à l’Institut de médecine tropicale de Hambourg. Les échantillons appartenaient uniquement au groupe ethnique slave.

En outre, le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov, a ajouté que « la partie américaine prévoyait de mener des travaux sur les agents pathogènes des oiseaux, des chauves-souris et des reptiles, puis de procéder à des recherches sur la possibilité qu’ils transmettent la peste porcine africaine et l’anthrax. »

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s’est exprimé en toute franchise sur les révélations du laboratoire biologique :

Sur le scandale des biolabs américains en Ukraine, Lavrov a décrit certains agents pathogènes dangereux qui y sont expérimentés, notamment ceux « qui pourraient être liés aux groupes ethniques vivant dans l’est de l’Ukraine et dans les régions voisines de la Russie ». En d’autres termes, il a laissé entendre que l’Amérique complotait pour créer des armes biologiques qui viseraient spécifiquement les personnes au génome russe, qui auraient ensuite été utilisées par ses mandataires ethno-fascistes à Kiev à des fins génocidaires.

En outre, « les Américains ont décidé il y a quelques années qu’il était trop dangereux de faire ces choses sur leur propre sol. Ils ont donc déplacé toutes ces activités menaçantes et périlleuses vers d’autres pays, et de plus en plus, ils concentrent leurs recherches et leurs expériences autour des frontières de la Fédération de Russie et de la Chine. » Cela prouve clairement que la guerre hybride des États-Unis contre les deux acteurs de l’ordre mondial multipolaire émergent a une composante cruciale de guerre biologique.

Il va sans dire que la présence de ces programmes et le fait qu’ils soient financés par le Pentagone seront considérés comme une menace pour la sécurité nationale de la Fédération de Russie.

Dans un article de Donbass Insider, on peut lire ce qui suit : « Les UKR_Leaks fournissent un aperçu inédit de la procédure de destruction des souches étudiées dans les laboratoires biologiques en Ukraine, après le lancement de l’opération militaire russe. L’un des documents indique que le 25 février 2022, le lendemain du lancement de l’invasion russe, les souches suivantes ont été complètement détruites dans un laboratoire de Kharkov. »

Il s’agit notamment (mais pas exclusivement) des agents pathogènes suivants :

Candida albicans (un champignon qui provoque des candidoses).
Escherichia coli (bactérie qui peut causer des ulcères, des infections urinaires et même des prostatites)
Serratia marcescens (bactérie pouvant provoquer des infections des voies urinaires et du sang)
Shigella sonnei et Shigella flexneri (bactéries responsables de la shigellose, une infection intestinale)
Salmonella Typhimurium (cause d’infections intestinales)
Proteus vulgaris
Enterobacter aerogenes (infections nosocomiales)
Staphylococcus aureus (Staphylocoque doré, qui peut provoquer des intoxications alimentaires, ainsi que des infections locales ou généralisées pouvant aller jusqu’à la septicémie)
Pseudomonas aeruginosa (bactéries très résistantes aux antibiotiques, responsables d’infections nosocomiales)
Proteus mirabilis (infections des voies urinaires et de la peau)
Klebsiella pneumonia (pneumonie et infections des voies urinaires, mais une souche virulente originaire d’Asie peut infecter le système nerveux central et présente un taux de mortalité élevé)
Corynebacterium pseudodiphtheriticum (dangereux si le système immunitaire est déprimé)
Corynebacterium xerosis
Corynebacterium diphtheriae (cause la diphtérie)
Bacillus licheniformis
Bacillus stearothermophilus.

Selon les rapports confirmés par le ministère russe de la Défense, 232 conteneurs abritant l’agent pathogène de la leptospirose, 30 conteneurs de la tularémie, 10 de la brucellose et cinq de la peste, ont tous été détruits à Kiev.

Les autorités russes estiment qu’au total, il existe 30 laboratoires biologiques de ce type basés en Ukraine qui sont financés et supervisés par les Américains (avec un budget de plus de 200 millions de dollars).

Enfin, le 11 mars 2022, Sergeĭ Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, a demandé une réunion avec le Conseil de sécurité des Nations Unies pour que l’ambassadeur russe auprès des Nations Unies, Vassily Nebenzia, puisse approfondir et divulguer les conclusions de son rapport de renseignement sur le présumé programme ukrainien d’armes biologiques soutenu par les États-Unis.

Réunion du Conseil de sécurité d’aujourd’hui sur les allégations de la #Russie concernant des activités biologiques militaires en #Ukraine (11 mars 2022) pic.twitter.com/1T1Z8eYSk6

– La French ConAction..🇫🇷 🚛 (@LFCNewsMedia) 11 mars 2022

Du point de vue de l’investigation, il faut donc s’intéresser de plus près aux entreprises chargées par les États-Unis et le gouvernement ukrainien de se charger de la construction et de la gestion de ces bio-laboratoires hautement sensibles. Il est difficile, voire impossible, de croire qu’un projet aussi vaste puisse recevoir le feu vert sans un large soutien politique aux États-Unis. Lorsqu’il s’agit de programmes gouvernementaux, une règle générale veut que là où il y a un soutien politique, il y a de puissants lobbies d’entreprises et des ONG. C’est pourquoi nous devons nous pencher sur les entreprises qui fournissent le DoD, le DTRA et l’USAID afin de comprendre leurs antécédents et de savoir s’il y a eu des conflits d’intérêts.

Grâce à ces sous-traitants, nous pouvons également découvrir des indices sur la raison pour laquelle un pays situé dans l’arrière-cour de l’Europe et limitrophe de la Russie a été choisi pour développer une recherche aussi controversée et les laboratoires biologiques associés.

Metabiota et la connexion Biden

Jusqu’à récemment, peu de gens savaient que l’histoire de ce laboratoire biologique ukrainien allait bien au-delà du simple financement du Pentagone, et qu’elle touchait directement le réseau du pouvoir politique et des entreprises américaines.

Le réseau d’intérêts des Biden est vaste, mais jetons d’abord un coup d’œil à Metabiota.

Metabiota était auparavant connu sous le nom de Global Viral (GV), qui était auparavant connu sous le nom de Global Viral Forecasting Institute (GVFI), initialement fondé comme une organisation axée sur l’étude des maladies infectieuses, leur transmission entre les animaux et les humains, et le risque lié à leur propagation mondiale. Toutefois, ces domaines de recherche sont désormais confiés à Metabiota, une société indépendante qui se concentre sur l’analyse des données et des risques associés aux épidémies.

Cette entreprise est un point d’appui essentiel dans le nouveau complexe industriel mondial des pandémies.

Sur sa page d’accueil, Metabiota déclare :

« Notre mission : Rendre le monde plus résilient aux épidémies. Les épidémies menacent les vies et les moyens de subsistance dans le monde entier. Nous fournissons des données, des analyses, des conseils et des formations pour se préparer aux menaces sanitaires mondiales et atténuer leurs impacts. »

Elle est spécialisée dans le big data et la modélisation informatique des épidémies historiques et actuelles, et vante, entre autres capacités, les « outils permettant de cartographier et d’analyser les expositions opérationnelles et d’assurance-vie, les indices. »

Global Viral a démarré en tant qu’organisation à but non lucratif en 2008 avec un financement de départ de Google et de la Fondation Skoll, ainsi que de 22 autres investisseurs, selon un rapport de Marlin & Associates, qui révèle également que le premier tour de table de série A était mené par nul autre que Rosemont Seneca Partners.

Metabiota compte deux membres du conseil d’administration, Neil Callahan et John Deloche. Callahan et Deloche font tous deux partie de Rosemont Seneca.

Rosemont Seneca Partners est une société de fonds d’investissement. Le fonds a été nommé d’après la ferme Rosemont, le domaine de la famille Heinz situé près de Pittsburgh. La société a été fondée en 2009 par Christopher Heinz, beau-fils de l’ancien secrétaire d’État américain John Kerry, Devon Archer, homme d’affaires et ancien mannequin d’Abercrombie & Fitch qui était le camarade de classe de Heinz à l’université, et Hunter Biden, fils de l’actuel président des États-Unis Joe Biden.

Associés d’affaires et amis : Hunter Biden, Christopher Heinz et Devon Archer.

Quant à Heinz, il a mis fin à sa collaboration avec le duo en 2014 après que Biden et Archer ont rejoint le conseil d’administration de Burisma Holdings, une société énergétique ukrainienne qui a son lot de scandales liés aux Biden.

Les sites Web de Burisma et de Rosemont Seneca Partners sont tous deux actuellement hors service, mais avec l’aide de la Wayback Machine, nous pouvons voir Metabiota, présenté sur le site Web de Rosemont Seneca Technology Partners.

Actuellement, Metabiota a des bureaux à San Francisco, Washington DC et Guangzhou, en Chine, ainsi que des avant-postes pour la collecte de données dans d’autres régions d’Asie et d’Afrique. Metabiota est impliquée dans des organisations très puissantes telles que le ministère américain de la défense, le DTRA, l’USAID et le Forum économique mondial (WEF), pour n’en citer que quelques-unes.

Depuis 2014, Metabiota a commencé à recevoir des fonds du ministère américain de la défense, ce qui est confirmé ici sur USASPENDING.gov.

Il est particulièrement intéressant de noter que non seulement Metabiota est payé par le DoD américain, mais que Global Viral Forecasting Inc. l’est aussi.

Selon le site Web de Metabiota6E25.tmp 1 | Pentagon-Ukraine Bio Labs : The Hunter Biden Connection | The Paradise Newssite l’entreprise a été impliquée en Irak dans le cadre du Biological Threat Reduction Integrating Contract (BTRIC) où elle s’est associée à l’important entrepreneur du gouvernement américain Black & Veatch sur le Cooperative Threat Reduction Integrating Contract (CTRIC) III attribué par le DTRA en Irak avec un plafond de contrat à livraison indéfinie/quantité indéfinie (ID/IQ) de 970 millions de dollars.

En 2014, Metabiota a également obtenu un financement de la Commission européenne pour aider à lutter contre Ebola, dans le cadre d’Horizon 2020 de l’UE, le plus grand programme européen de financement de la recherche et de l’innovation jamais réalisé.

Lorsqu’il s’agit de contrats gouvernementaux, le risque de conflits d’intérêts est élevé, surtout lorsqu’il s’agit de contrats internationaux d’un montant aussi élevé. Comme démontré ci-dessus, nous pouvons voir le propre fils de l’ancien vice-président, Hunter Biden, et sa société Rosemont Seneca directement impliqués dans le financement d’un entrepreneur fédéral américain connu sous le nom de Metabiota.

Nous pouvons également attirer l’attention sur Andrew Weber, responsable des partenariats mondiaux chez Metabiota en 2016, que l’on voit également ici en 2011 au Centre Lugar à Tbilissi en Géorgie.

En outre, nous avons également l’ancienne scientifique du Center for Diseases Control (CDC) des États-Unis, Nita Madhav, qui est l’actuelle PDG de Metabiota, ce qui confirme une fois de plus la porte tournante entre les agences gouvernementales et les sociétés liées au gouvernement.

Y a-t-il autre chose que nous devrions savoir sur Metabiota ? La réponse est oui.

Nathan Daniel Wolfe, un virologue américain qui a d’abord créé le Global Viral Forecasting Institute (GVFI), une initiative de recherche à but non lucratif consacrée à la prévention des pandémies, avant de passer en 2007 à Global Viral, qui a finalement donné naissance à une filiale commerciale connue aujourd’hui sous le nom de Metabiota, pionnière de la modélisation du risque épidémique.

Dr Nathan Wolfe 3C7B.tmp | Laboratoires biologiques Pentagone-Ukraine : The Hunter Biden Connection | The Paradise NewsEn outre, le Dr Wolfe (image, à gauche) fait également partie du comité de rédaction d’EcoHealth Alliance, une société qui est devenue célèbre pour ses recherches célèbres sur le « gain de fonction » au Wuhan Institute of Virology à Wuhan, en Chine, l’épicentre présumé de l’épidémie de SRAS COV2. Le PDG d’EcoHealth Alliance est Peter Dazsak, qui travaille avec le Dr Nathan Wolfe dans le cadre d’un consortium et d’une initiative dirigée par l’USAID appelée « PREDICT ».

La société de Wolfe a également été impliquée dans l’« Initiative Bellagio » dans le cadre du Global Virome Project, une fois de plus, aux côtés de Peter Daszak d’EcoHealth Alliance, et du US Office of Biodefense Research Resources & Transnational Research avec la participation du tristement célèbre Dr Anthony Fauci du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID).

Les magnats de la virologie : Les docteurs Anthony Fauci et Peter Daszak ont joué un rôle central dans le financement de la catastrophe virale présumée de Wuhan.

De plus, le Dr Wolfe était également membre du Defence Science Research Council (DSRC) de la DARPA.(DSRC).

Le Dr Wolfe évolue dans des sphères intéressantes, incluant des personnages apparemment improbables comme Ghislaine Maxwell, qui a récemment été condamnée en tant que complice de Jeffrey Epstein pour trafic sexuel.

Le 22 août 2017, Metabiota, le pionnier de la modélisation du risque épidémique a annoncé la création de deux innovateurs sur le marché, Munich Reinsurance Company, le plus grand réassureur au monde et un expert en solutions de risque global, et In-Q-Tel Inc, un incubateur de technologies de pointe de classe mondiale pour la sécurité nationale également connu sous le nom d’IQT. Cette société est largement considérée comme une façade de la Central Intelligence Agency (CIA), permettant aux services de renseignements américains de diriger et d’être directement impliqués dans la plupart des projets technologiques de pointe lancés aux États-Unis.

En 2021, Metabiota a été présélectionnée par le WEF pour devenir l’une de ses « Tech Pioneers », ce qui n’est pas une grande surprise puisque Metabiota et le Dr Nathan Wolfe sont déjà membres du WEF (lien 1, lien 2).

Wolfe est également un ancien élève du programme Young Global Leaders du Forum économique mondial de Klaus Schwab.

Pour en revenir à l’Ukraine, il est important de considérer qui est le principal entrepreneur responsable de la construction et du transfert de ces laboratoires biologiques aux autorités sanitaires ukrainiennes. B&V, alias Black & Veatch, est l’un de ces entrepreneurs, dont le siège se trouve à Overland Park, dans le Kansas, et qui est considéré comme l’un des principaux entrepreneurs du ministère américain de la défense impliqués dans la construction de laboratoires biologiques dans de nombreux pays du monde.

Extrait de leur propre site Web :

« Black & Veatch a achevé le premier laboratoire de niveau de sécurité biologique 3 (BSL-3) d’Ukraine, à Odessa, en respectant les délais et le budget. Cette nouvelle installation améliore les systèmes de surveillance des maladies mis en place par le gouvernement pour détecter, signaler et répondre aux attaques bioterroristes, aux épidémies et aux pandémies potentielles. Le laboratoire BSL-3 d’Odessa a été conçu et construit par Black & Veatch. C’est le premier laboratoire BSL-3 de la région et le premier à être mis en service, accrédité et opérationnel dans le cadre du programme de réduction des menaces biologiques (BTRP) de l’Agence américaine de réduction des menaces (DTRA). »

Un autre acteur dans ce même domaine est CH2M Hill, une filiale de Jacobs Engineering Group Inc. basée à Dallas. CH2M Hill est un autre grand contractant du DoD américain qui a obtenu des contrats de 341,5 millions de dollars du DTRA dans le cadre du programme du Pentagone pour des laboratoires biologiques en Géorgie, en Ouganda, en Tanzanie, en Irak, en Afghanistan et en Asie du Sud-Est. La moitié de cette somme (161,1 millions de dollars), a été attribuée au Centre Lugar à Tbilissi, en Géorgie, comme l’indique le rapport très détaillé en 2018 de la journaliste d’investigation Dilyana Gaytandzhieva. Cela inclut un contrat de 22,8 millions de dollars (2020-2023) pour deux laboratoires biologiques ; l’Institut de recherche scientifique d’État de diagnostic de laboratoire et d’expertise vétérinaire-sanitaire (ILD de Kiev) et le Service d’État de l’Ukraine pour la sécurité alimentaire et la protection des consommateurs Laboratoire régional de diagnostic (RDL d’Odessa).

Gaytandzhieva expose le projet mené par le Pentagone pendant cinq ans en Géorgie et en Ukraine, y compris des documents révélant des expériences biologiques américaines sur des soldats alliés d’Ukraine et de Géorgie. Le Pentagone a mené des expériences biologiques à l’issue potentiellement mortelle sur 4 400 soldats en Ukraine et 1 000 soldats en Géorgie. Selon les documents qui ont fuité, tous les décès de volontaires devaient être signalés dans les 24 h (en Ukraine) et 48 h (en Géorgie).

Il est important de noter que le personnel américain est indemnisé pour les décès et les blessures de la population locale, ce qu’il ne pourrait pas faire aux Etats-Unis. Est-ce l’une des raisons pour lesquelles ces activités sont menées à l’étranger et dans des pays qui figurent en permanence en tête de l’indice mondial de corruption ?

Le sénateur américain Richard Lugar s’était rendu à Tbilissi, en Géorgie, à de nombreuses reprises pour encourager et commercialiser le projet Nunn-Lugar Global. Sa dernière mission en date remonte à 2008, quelques semaines après l’invasion de la Géorgie par la Russie. Cela vous rappelle quelque chose… le Lugar Research Center a attiré l’attention du public en 2017, lorsque les autorités russes ont affirmé à plusieurs reprises que le centre était engagé dans le développement d’armes biologiques pour les États-Unis.

Le rôle évident de l’industrie pharmaceutique transnationale dans tout cela est également caché. Arms Watch a exposé le rôle de Gilead Sciences en Géorgie, rapportant ce qui suit en 2020 :

Le géant pharmaceutique américain Gilead a versé au moins 178 millions de dollars à des médecins et 81 millions de dollars à des hôpitaux aux États-Unis pour promouvoir et prescrire les médicaments de l’entreprise malgré des cas de décès et de graves effets secondaires. Le fabricant de médicaments a financé pas moins de 21 833 médecins rien qu’en 2019, selon les données sur les paiements de Gilead de 2013 à 2019.

Arms Watch a déjà révélé qu’au moins 249 patients inscrits au projet d’élimination de l’hépatite C de 3,3 milliards de dollars de Gilead en Géorgie sont décédés, selon des documents ayant fait l’objet d’une fuite. La cause du décès de certains patients a été signalée comme « inconnue » dans les rapports confidentiels de Gilead. D’autres patients inscrits au programme ont interrompu leur traitement en raison d’événements indésirables graves. Certains d’entre eux sont décédés.

Le géant pharmaceutique américain Gilead a dissimulé 249 décès de patients et versé illégalement des pots-de-vin à des médecins aux États-Unis pour stimuler les ventes : documents https://t.co/X01WTNF0lu pic.twitter.com/ZxPN5yMEnH

– Dilyana Gaytandzhieva (@dgaytandzhieva) 18 octobre 2020

Ce qu’il est important de noter ici, c’est le lien entre ce scandale de Big Pharma et l’Ukraine. À peu près au même moment où ces problèmes de sécurité des médicaments étaient connus en interne par Gilead, par le biais de ses opérations en Géorgie et ailleurs, Gilead tentait toujours de forcer le ministère ukrainien de la Santé et l’autorité de réglementation des médicaments à accepter son coûteux médicament breveté contre l’hépatite C « Sovaldi » – par opposition aux versions génériques moins chères. Si seulement les Ukrainiens avaient su ce que Gilead savait à l’époque, mais qu’elle a caché au public.

Ces exemples démontrent la profonde implication du cartel pharmaceutique dans cette histoire de laboratoire biologique – une histoire qui mérite une enquête plus approfondie, ainsi que le lien entre le lobbying de Big Pharma à Washington et l’établissement de ces installations biologiques financées par le contribuable américain et situées dans le monde entier.

Revenons maintenant à Black & Veatch…

Lorsqu’il s’agit du monde des grands contrats gouvernementaux, il faut toujours suivre l’argent.

La Defense Threat Reduction Agency (DTRA) a attribué à Black & Veatch Special Projects Corp. (Black & Veatch) l’un de ses contrats d’intégration de la réduction des menaces biologiques (BTRIC) en 2008. Le contrat IDIQ de 5 ans (avec une option de 5 ans) a un plafond collectif de 4 milliards de dollars entre les cinq contractants sélectionnés. Le DTRA a également attribué à Black & Veatch (entrepreneur intégrateur) le premier ordre de mission dans le cadre du BTRIC, BTRIC TO1 en Ukraine en 2008.

Le BTRIC TO1 est un élément essentiel du programme de coopération et de réduction des menaces biologiques (CTR et BTR) du département américain de la Défense (DoD) / DTRA et des agents de mise en œuvre (exécutifs) de l’Ukraine – ministère de la Santé (MoH), Académie des sciences agraires (AAS) et Comité d’État pour la médecine vétérinaire (SCVM) et de l’I. I. Mechnikov Anti-Plague ukrainien. Mechnikov Anti-Plague Research Institute à Odessa, qui a été mis à niveau vers un BSL-3 sous contrat DTRA en 2011.

Selon Black & Veatch, le laboratoire a été conçu pour travailler avec des agents pathogènes qui peuvent être « introduits par une attaque bioterroriste. » Ce n’est pas un détail insignifiant, car il renvoie directement à la fonction plausible de « double usage » de ces laboratoires biologiques – à la fois pour la recherche biologique, ainsi que pour le développement d’armes biologiques.

Article original
Laboratoires biologiques Pentagone-Ukraine : La connexion Hunter Biden

En examinant en profondeur les fichiers UKR Leaked et en prenant le temps de trouver des documents traduits, nous pouvons voir que la gestion du projet sur la partie ukrainienne est composée de scientifiques et de personnel du ministère ukrainien de la Défense (dernière page du PDF ci-dessous), un détail clé qui confirme la nature de défense de ces projets. Toutefois, s’il est clairement indiqué que le bénéficiaire/l’agent exécutif est le ministère de la santé de l’Ukraine, pourquoi le ministère de la défense ukrainien est-il impliqué?

Cela laisse entrevoir la possibilité d’une opération militaire conjointe avec le Pentagone américain, ce qui en ferait apparemment une opération de l’OTAN sur le sol ukrainien. Il s’agirait d’une ligne rouge compréhensible pour la Russie. ….

Geopolintel


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

www.epitalon-sante.com

1scandal.com © elishean/2009-2022

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.