Le président du Mexique refuse de céder à Big Pharma sur la vaccination des enfants - Scandal
Biotechnologie & Santé

Le président du Mexique refuse de céder à Big Pharma sur la vaccination des enfants


Le président Andres Manuel López Obrador a refusé d’acheter des vaccins contre le Covid pour les enfants, affirmant que le Mexique ne cédera pas aux pressions de Big Pharma.

Si les gens l’ont félicité pour avoir osé tenir tête aux puissants, nombreux sont ceux qui s’inquiètent et prédisent que le président du Mexique subira des répercussions.

RT rapporte : Dans des remarques faites en début de semaine, le dirigeant mexicain a déclaré que son gouvernement attendait toujours que la communauté scientifique démontre les avantages de la vaccination des mineurs. Jusqu’à ce que des preuves concluantes soient fournies, le Mexique refusera d’acheter des vaccins pour les enfants, a annoncé M. Obrador, ajoutant que les entreprises pharmaceutiques semblent se concentrer davantage sur la réalisation de profits que sur la nécessité médicale, alors qu’elles engrangent des ventes record avec les vaccins anti-Covid-19.

Le Mexique ne sera pas pris en otage par des entreprises pharmaceutiques qui ne cherchent qu’à faire des affaires et à effrayer les enfants avec l’idée qu’il est nécessaire de se vacciner contre le Covid-19.

Il a également critiqué les plans des entreprises pharmaceutiques visant à introduire une troisième, voire une quatrième dose de rappel, estimant que ces injections pourraient être « superflues ».

S’exprimant sur le même sujet, le sous-secrétaire à la santé Hugo López-Gatell a affirmé qu’il n’y avait « aucune preuve scientifique » montrant que le vaccin était « essentiel » pour les mineurs, étant donné le taux élevé d’inoculation parmi la population adulte, rapporte Excélsior, le deuxième plus vieux quotidien de Mexico.

Le Mexique a approuvé une série de vaccins Covid pour une utilisation d’urgence, y compris des vaccins développés par Pfizer, AstraZeneca, Johnson & Johnson, et Sinovac, ainsi que le Sputnik V russe.


Le ministère de la santé du pays a récemment révélé qu’au moins 48 % des Mexicains avaient reçu au moins une dose de vaccin.

Comme de nombreux autres pays, le Mexique a mis en place son programme d’inoculation par étapes, en donnant la priorité aux groupes à haut risque. Actuellement, les moins de 18 ans ne sont pas inclus dans la campagne de vaccination.


Largement ignorées par les médias internationaux, les remarques provocatrices d’Obrador sont devenues virales après qu’une vidéo sous-titrée en anglais de son discours a été partagée sur les médias sociaux.

 

Plusieurs commentaires ont salué les « cajones » (co*illes, ndlr) du président mexicain pour avoir dénoncé la cupidité des grandes entreprises pharmaceutiques. Pfizer, par exemple, s’est targué de bénéfices records et a récemment relevé ses estimations de ventes de vaccins pour l’année entière à 45 milliards de dollars.



D’autres ont eu des réactions plus conspiratrices aux commentaires d’Obrador. De nombreux observateurs ont émis l’hypothèse que le président mexicain s’exposait à un préjudice potentiel ou à un « accident » en critiquant Big Pharma de manière aussi directe et brutale.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021