Politique

Le Président Biélorusse a gagné sur le Mondialiste Soros


Le président biélorusse Alexander Lukashenko vient de déclarer qu’il a “battu le coup d’État mondialiste pour le renverser”.

Alexandre Loukachenko, l’homme fort de la Biélorussie, a déclaré jeudi que son pays avait vaincu les tentatives étrangères de renverser son gouvernement.

Lors de la vague de manifestations, Loukachenko a affirmé que les manifestants avaient été incités par des gouvernements étrangers à orchestrer son éviction, et jeudi il a déclaré que la Biélorussie avait réussi à repousser les attaques.

“La blitzkrieg n’a pas réussi. Nous nous sommes accrochés à notre pays”, a déclaré Loukachenko, en utilisant un langage qui résonne particulièrement bien dans un pays qui a subi d’énormes pertes aux mains des forces nazies pendant la Seconde Guerre mondiale.

“Malgré les tensions dans la société artificiellement créées par des forces extérieures, nous avons survécu”, a déclaré Loukachenko à des centaines de délégués le premier jour de l’Assemblée populaire de Biélorussie.

“Nous devons résister à tout prix. Et 2021, cette année, sera décisive”.

Les manifestations qui ont éclaté en août ont constitué la menace la plus grave pour le pouvoir de Loukachenko depuis son arrivée au pouvoir dans l’ex-pays soviétique en 1994.

Peu après son arrivée au pouvoir, Loukachenko a lancé une campagne de répression contre la Fondation George Soros, en infligeant une amende de 3 millions de dollars pour violation de la législation sur les devises.


La même année, George Soros a quitté la Biélorussie. Depuis lors, la Biélorussie a été la cible de révolutions colorées constantes visant à renverser Loukachenko.

L’année dernière, dans une interview, Loukachenko a expliqué l’importance géopolitique de la Biélorussie.

Alexandre Loukachenko a souligné que l’Occident a besoin de la Russie, et non de la Biélorussie , qui n’est considéré que comme un tremplin.

“Les autorités russes comprennent très bien que la Biélorussie ne peut pas être donnée aux Etats-Unis, comme cela a été fait avec l’Ukraine.
Pourquoi cela ne peut-il pas être fait ?
Parce qu’il s’agit d’un cordon sanitaire de quelque 1 000 km”, a déclaré le président.
Il a ajouté que lorsqu’il est devenu le premier président de la Biélorussie, il a empêché les projets de créer un tel cordon sanitaire des États baltes, de la Biélorussie et de l’Ukraine, qui séparerait la Russie.
“C’est pourquoi les Américains me détestent, depuis ces premières années.
Je n’ai pas laissé Soros ici.
Et vous étiez amis avec lui.
Je ne parle même pas de l’Ukraine.
Vous étiez amis avec lui – ceux qui étaient proches de Boris Nikolaevich [Eltsine].
Je ne mentionnerai pas les noms, vous les connaissez. Ils sont toujours là.
Demandez à Poutine combien de membres de la CIA étaient au gouvernement et au Kremlin”, a déclaré Alexandre Loukachenko.

C’est dans ce contexte que M. Loukachenko a exposé le programme de la Banque mondiale, du FMI et des agences mondiales derrière d’énormes prêts de coronavirus.

Comme cela a été rapporté l’année dernière, la Biélorussie a exposé les conditions posées par ces agences pour que des prêts soient accordés pour COVID-19.


Le président de la Biélorussie a révélé que l’aide de la Banque mondiale pour les coronavirus est assortie de conditions permettant d’imposer des mesures de confinement extrêmes, de modeler leur réponse aux coronavirus sur celle de l’Italie et même de modifier les politiques économiques qu’il a refusées comme étant “inacceptables”.

Le président de la Biélorussie n’est pas le premier à avoir exposé la pression exercée par les agences mondiales au milieu de la crise du coronavirus pour faire avancer leur programme.

Dans un développement choquant, le président de Madagascar a fait une déclaration sensationnelle selon laquelle l’OMS lui a offert un pot-de-vin de 20 millions de dollars pour empoisonner le remède COVID-19 appelé COVID-19 Organics fabriqué à partir d’Artemisia.

Il a également été révélé dans un rapport de renseignement humain intercepté que Bill Gates a offert un pot-de-vin de 10 millions de dollars pour un programme de vaccination forcée contre le coronavirus au Nigeria.


De la même manière, l’Union européenne a donné 27 millions d’euros à la Tanzanie pour imposer les mesures COVID-19 prescrites par l’OMS, comme le confinement strict, les masques obligatoires et la vaccination de masse.


Il est intéressant de noter que la Tanzanie a pris l’argent, puis a déclaré le pays exempt de coronavirus. Aujourd’hui, les Européens déversent leur colère au Parlement.

https://changera.blogspot.com/


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci





1scandal.com © elishean/2009-2021