Le Pentagone a-t-il financé le laboratoire P4 de Wuhan directement à l’origine du COVID-19? - Scandal
A ne pas manquer Biotechnologie & Santé

Le Pentagone a-t-il financé le laboratoire P4 de Wuhan directement à l’origine du COVID-19?


Après les révélations sur la culpabilité de Fauci, il est légitime de se demander qui était le marionnettiste derrière les pantins en place.

Le Pentagone est-il directement responsable d’un accident de laboratoire à Wuhan à l’origine de la pandémie du COVID-19?

Poser cette question, c’est commencer à comprendre pourquoi les pays occidentaux ont réagi sur la défensive après l’éclatement de l’épidémie en Chine et la diffusion du virus dans le reste du monde?

Il est certain que le Ministère de la Défense américain a financé, abondamment, une ONG, EcoHealth Alliance dont le président, Peter Daszak, était le principal interlocuteur scientifique du Professeur Shi Zhengli, responsable du P4 de Wuhan et soupçonnée d’être la première responsable de l’accident de laboratoire.

Quelle part des financements américains (et en particulier venus du Pentagone) est allée au P4 de l’Institut de virologie de Wuhan? L’enquête ne fait que commencer.


Le Pentagone a versé sur plusieurs années 39 millions de dollars à Eco Health Alliance, une ONG qui a elle-même transféré de l’argent à l’Institut de virologie de Wuhan. Quelle partie de cette somme est-elle allée aux recherches du Docteur Shi Zhengli, la désormais célèbre « Batwoman », soupçonnée d’être à l’origine de l’accident de laboratoire qui aurait déclenché la crise du COVID-19?

Il va falloir continuer à investiguer mais le comportement d’Anthony Fauci ou de Peter Daszak, scientifique d’origine britannique, collaborateur de longue date de Madame Shi et directeur d’Eco Health Alliance révèle des hommes qui ont cherché à effacer des traces compromettantes d’une collaboration avec les recherches les plus dangereuses menées à Wuhan.

Au début 2020, Donald Trump a vite repéré un sérieux problème

Jusqu’en 2020, EcoHealth Alliance ne s’est jamais caché de ses liens avec l’Institut de virologie de Wuhan. India Today a rediffusé récemment des déclarations décomplexées de Peter Daszak, le responsable de l’organisation sur ce sujet. Et tout expert du secteur savait que cette ONG, créée pour étudier les nouvelles maladies, finançait également des expériences universellement controversées (qu’elles fussent menées en Chine, en France ou aux Etats-Unis) de « gain de fonction », qui consistent à rendre des virus dangereux plus infectieux pour étudier leurs effets sur les cellules humaines.

Et puis est venu l’épidémie de COVID 19. Rapidement, les soupçons se sont tournés vers le laboratoire P4 de Wuhan. Une tempête politique a éclaté en mai 2020, lorsque l’ancien président Donald Trump a annulé une subvention de 3,7 millions de dollars destinée à EcoHealth Alliance et plus particulièrement à Peter Daszak. En fait, l’ancien président américain avait suffisamment d’informations pour lui donner à penser que l’argent gouvernemental avait été très mal utilisé. Et contre ceux qui criaient au scandale, les informations dont nous disposons aujourd’hui lui donnent raison.


En effet, des données sur les subventions fédérales rassemblées par James Baratta et Mariamne Everett montrent qu’EcoHealth Alliance a reçu plus de 123 millions de dollars du gouvernement – de 2017 à 2020 – et que l’un de ses plus grands bailleurs de fonds est le ministère de la Défense, qui a versé près de 39 millions de dollars à l’organisation depuis 2013.

Il va bien entendu falloir déterminer quelle part de cet argent a été consacrée à la recherche menée à l’Institut de virologie de Wuhan mais il ne fait aucun doute que de l’argent a été versé comme le montrent à la fois l’intitulé des financements et le comportement suspect de Fauci et Daszak.

De l’argent du Pentagone pour le développement de recherches intéressant hautement l’armée chinoise

Les subventions du Pentagone comprenaient 6 491 025 dollars de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) de 2017 à 2020 avec la description suivante : « Comprendre le risque d’émergence de zoonoses transmises par les chauves-souris en Asie occidentale « .

La subvention a été classée dans la catégorie » recherche scientifique – lutte contre les armes de destruction massive « . On appréciera cette inversion totale de la réalité puisque, comme nous l’avons indiqué dans un précédent article, l’Armée Populaire de Libération comptait beaucoup sur les recherches menées dans le P4 de Wuhan pour développer des armes biologiques. De même que la mission du DTRA est de « contrer et dissuader les armes de destruction massive et les réseaux de menaces improvisées », EcoHealth Alliance vous pose la question sur son site web: » Qui s’interpose entre vous et la prochaine pandémie? ».

EcoHealth Alliance a également reçu 64,7 millions de dollars de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), 13 millions de dollars de Health and Human Services, qui comprend les National Institutes of Health et les Centers for Disease Control, 2,3 millions de dollars du Department of Homeland Security et 2,6 millions de dollars de la National Science Foundation.

Et, comme résume le Daily Mail:

« Un chiffre de financement gouvernemental de 3,4 millions de dollars a été largement rapporté, après que le conseiller médical en chef de la Maison Blanche, Anthony Fauci, a été interrogé lors d’une audition au Sénat sur la quantité d’argent que les National Institutes of Health ont envoyé au laboratoire de Wuhan via ses subventions à EcoHealth Alliance en 2019. Mais les chiffres totaux des subventions, y compris le financement du Pentagone sont beaucoup plus importants ».

James Baratta et Mariamne Everett ont rassemblé les déclarations de subventions des agences gouvernementales américaines à EcoHealth Alliance. Ils ont découvert que la déclaration de l’EHA concernant son vaste financement militaire se trouve dans la section « Politique de confidentialité » de son site web, sous le titre « EcoHealth Alliance Policy Regarding Conflict of Interest in Research ».

Dans cette déclaration, l’EHA indique qu’elle est « le bénéficiaire de diverses subventions de la part d’agences fédérales, dont le National Institute of Health, la National Science Foundation, l’US Fish and Wildlife Service, l’US Agency for International Development et le Department of Defense ». EcoHealth Alliance ne divulgue pas l’importance de son financement par le Pentagone.

Plongée dans les eaux troubles du marécage: de Bagdad 2002 à Wuhan 2019

En 2014, l’administration Obama a instauré un moratoire, qui interdisait de mener aux USA la recherche sur le « gain de fonction », après que des scientifiques se soient inquiétés du fait qu’elle pourrait conduire à une pandémie mondiale due à un virus génétiquement amélioré s’échappant d’un laboratoire.

Les expériences financées par EcoHealth Alliance en Chine relevaient du même type de recherche. Eh bien, pour contourner le moratoire du gouvernement Obama, EHA a utilisé une faille qui autorise la recherche dans les cas « d’urgence pour protéger la santé publique ou la sécurité nationale ».

Eh bien, James Baratta et Mariamne Everett, toujours eux, ont découvert que l’un des « conseillers politiques » d’EcoHealth Alliance est David Franz, ancien commandant du principal centre de guerre et de biodéfense biologique du gouvernement américain, Fort Detrick.


Franz est surtout connu comme ayant été placé par le Pentagone dans la Commission spéciale des Nations Unies qui avait inspecté l’Irak en 2002 à la recherches d’armes biologiques, chimiques ou nucléaires.

Quand le Docteur Daszak créait des fake news

En février 2020, M. Daszak a persuadé plus d’une vingtaine d’autres scientifiques de signer une lettre qu’il avait adressée au très respecté journal médical The Lancet.

Comme le résume très bien le Daily Mail:

« Cette lettre a intimidé la plupart des experts, qui ont refusé d’envisager que le virus puisse avoir été fabriqué par l’homme et s’être échappé de l’institut de Wuhan. Jamie Metzl, ancien haut fonctionnaire de l’administration Clinton, qui siège aujourd’hui au comité consultatif de l’Organisation mondiale de la santé sur l’édition du génome humain, a déclaré au DailyMail.com que la lettre du Lancet « était de la propagande scientifique et une forme de brutalité et d’intimidation ».

La lettre commune, publiée dans le journal médical le 19 février de l’année dernière, faisait l’éloge des scientifiques chinois « qui continuent à sauver des vies et à protéger la santé mondiale face à l’épidémie de Covid-19 » et ajoutait :

« Nous sommes unis pour condamner fermement les théories du complot suggérant que le Covid-19 n’a pas une origine naturelle ».

Hier 21 juin 2021, soit plus d’un an après, The Lancet publie une mise au point de Peter Daszak qui assure qu’il n’était pas en conflit d’intérêt en co-signant le courrier de février 2020 étant donné qu’il n’avait jamais reçu d’argent d’un laboratoire chinois sur ce sujet. Et pour cause, c’est lui qui en versait!

Ce n’est pas le seul scandale qui est en train de sortir.

Malgré ses liens étroits avec le laboratoire chinois, M. Daszak avait également été choisi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour faire partie de l’équipe de 13 membres chargée de trouver la cause de la pandémie.

On se rappelle qu’en mars dernier, après les conclusions provisoires de la commission (et les déclarations de Peter Daszak) écartant à nouveau la possibilité d’une fuite de laboratoire, l’OMS avait été obligée de présenter un communiqué plus nuancé suite à des protestations internationales.

Devant l’ampleur du scandale, Joe Biden décide que la possibilité d’une fuite de laboratoire n’est plus exclue

On comprend que, depuis quelques mois il devient de plus en plus difficile de cacher la connivence entre une partie des managers de la science occidentale et, surtout, le Ministère de la Défense américain avec ce qui s’est passé à Wuhan.

C’est sans aucun doute la raison pour laquelle Joe Biden, digne émule d’un Leonid Brejnev du temps de feu l’URSS, a soudain décrété qu’il était légitime de poser la question d’un accident de laboratoire.

En bon chien de garde de la pensée autorisée, la gouvernance de Facebook a décidé de ne plus censurer les points de vue évoquant l’accident de laboratoire à Wuhan. Mais il faut bien se rendre compte que le scandale ne fait que commencer. Inévitablement des enquêtes parlementaires vont avoir lieu aux USA.

Et il sera de plus en plus difficile au Pentagone d’échapper à l’investigation.

Se rend-on compte de ce que signifie la collaboration, par ONG interposée, de l’Armée américaine avec un laboratoire civil chinois qui travaillait pour les intérêts de l’Armée chinoise dans le développement des armes biologiques?

Bien entendu, il sera possible de livrer un Anthony Fauci ou un Peter Daszak en pâture aux médias.

Mais cela sera-t-il suffisant pour contenir la colère de moins en moins contenue de tous ceux qui découvre, à l’occasion du COVID 19, les innombrables compromissions des décideurs occidentaux avec le communisme chinois?


Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021