Politique

Le pape François RÉVOQUE un évêque portoricain pour s’être opposé aux mandats de vaccins sataniques

L’année dernière, le Vatican a appelé l’évêque portoricain Fernández Torres à démissionner après avoir été surpris en train de dire aux catholiques qu’ils peuvent refuser les «vaccins» contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19) en toute bonne conscience Lorsqu’il a refusé, le pape François est intervenu et a renvoyé Torres lui -même .

Selon des informations, le pape François a renvoyé Torres, un catholique conservateur au franc-parler, du diocèse d’Arecibo, sans aucune procédure officielle. Le pape François a simplement dit que Torres lui avait désobéi et avait démontré un « manque de collégialité », pour citer LifeSiteNews , avec ses collègues évêques portoricains.

Le Saint-Siège a annoncé que le pape François avait « soulagé » l’évêque d’Arecibo de la pastorale à compter du 9 mars en raison du refus de Torres d’accepter et de promouvoir les vaccins contre la grippe Fauci, qui contiennent des ingrédients fabriqués à partir de bébés humains avortés .

L’évêque de 57 ans est un ardent défenseur de la vie et de la famille qui s’oppose avec véhémence aux mandats d’injection covid. Torres proteste maintenant contre son retrait par le pape François comme « totalement injuste », après avoir publié une déclaration sur le fait qu’il ne pouvait pas en toute bonne conscience « être complice d’une action totalement injuste ».

« Aucun procès n’a été fait contre moi », a écrit Torres, « et je n’ai été formellement accusé de rien, et simplement un jour le délégué apostolique m’a communiqué verbalement que Rome me demandait de démissionner ».

Torres avait dirigé le diocèse d’Arecibo pendant près de 12 ans avant d’être limogé par le pape François pour avoir refusé de promouvoir les poisons de Big Pharma.

« Un successeur des apôtres est maintenant remplacé sans même entreprendre ce qui serait un processus canonique en bonne et due forme pour destituer un curé. »

L’Église catholique a pleinement embrassé la pharmakeia, ce que la Bible interdit strictement

Torres a poursuivi en déclarant que le Vatican lui avait dit qu’il n’avait commis aucun crime réel, mais qu’il était renvoyé pour ne pas avoir été « obéissant au pape ». Torres dit également qu’il a été accusé d’avoir « une communion insuffisante avec mes frères évêques de Porto Rico ».


«Il m’a été suggéré que si je démissionnais du diocèse, je resterais au service de l’Église au cas où à un moment donné on aurait besoin de moi dans un autre poste; une offre qui prouve en fait mon innocence », a ajouté Torres.

« Cependant, je n’ai pas démissionné parce que je ne voulais pas devenir complice d’une action totalement injuste et que même maintenant, j’hésite à penser que cela puisse arriver dans notre Église. »

Torres a en outre fustigé l’Église catholique pour son hypocrisie dans la prédication de la miséricorde mais ne l’a pas montrée dans la pratique. Il a également réprimandé le pape François et le Vatican pour leur manque « d’un minimum de sens de la justice ».

« J’exprime ma communion dans la foi catholique, avec le pape et mes frères dans l’épiscopat, malgré ma perplexité face à un arbitraire incompréhensible », a-t-il encore ajouté.

Le Vatican a convoqué Torres pour une réunion à Rome, à laquelle il a refusé. L’évêque résiste également à l’envoi de séminaristes au Séminaire interdiocésain de Porto Rico, que le Vatican a approuvé en 2020.

Le limogeage de Torres est intervenu après qu’il a refusé de se joindre à une déclaration publiée par les six autres évêques catholiques de Porto Rico annonçant que les spectateurs de la messe seraient désormais séparés en fonction de leur statut d’injection.

Cette même lettre, que Torres a refusé de signer, imposait également un mandat strict de covid pour le clergé et les employés de l’Église, affirmant qu ‘ »il n’y a aucune base » dans l’enseignement catholique pour que quiconque rejette les injections forcées.

« Le respect de la conscience de la personne est aussi la doctrine catholique », a écrit Torres, citant Le Catéchisme de l’Église catholique. « La conscience, et sa liberté, ne peuvent pas être considérées uniquement comme un droit civil, mais sont quelque chose d’intrinsèque à notre foi catholique. »


Les sources comprennent :
LifeSiteNews.com
NaturalNews.com


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com © elishean/2009-2022

Articles connexes