Le lien étrange entre la stérilisation des chevaux sauvages et les vaccins à ARNm - 1 Scandal
A ne pas manquer Biotechnologie & Santé

Le lien étrange entre la stérilisation des chevaux sauvages et les vaccins à ARNm


Un lien étrange a été établi entre la stérilisation des chevaux sauvages et les vaccins contre le Covid-19. La vaccination contre la porcine zona pellucida (PZP) est conçue pour contenir la population de chevaux sauvages en générant des anticorps qui empêchent les juments de produire des ovules fertiles.

L’effet pharmacologique de la vaccination ne se produit pas immédiatement, mais progressivement sur une période de 2 à 6 semaines, comme pour les vaccins contre le Covid de Moderna et Pfizer, et nécessite des rappels ultérieurs.

« La zona pellucida (ZP) est une membrane glycoprotéique qui entoure tous les œufs de mammifères. Certaines protéines de cette membrane servent de récepteur aux spermatozoïdes. Le vaccin contraceptif produit par le SCC utilise la ZP du porc, d’où le nom de zona pellucida porcine (PZP). »

« En bref, la PZP est produit par un processus complexe au cours duquel la ZP est retirée de l’ovule, ses glycoprotéines sont extraites, isolées et transformées en vaccin. Le vaccin stimule l’animal cible à produire des anticorps, qui se fixent sur sa propre ZP, bloquant ainsi la fécondation et provoquant la contraception. »

« Le vaccin PZP est généralement administré, au départ, en une série de 2 vaccinations espacées de 2 à 6 semaines, puis un rappel tous les 8 mois à un an, selon l’espèce. Le PZP est émulsionné avec un adjuvant pour stimuler le système immunitaire de l’animal. » Il est extrait des ovaires de porcs qui sont utilisés comme source d’antigènes pour l’immuno-contraception. »


La zona pellucida porcine est utilisée dans la contraception des animaux sauvages depuis la fin des années 1980. Les animaux avec lesquels la PZP a été employée dans ce contexte sont les éléphants, les chevaux sauvages ou non, les élans et les cerfs à queue blanche. Il peut être administré à des animaux capturés à l’aide d’une seringue standard ou à des animaux sauvages en liberté à l’aide d’un pistolet à fléchettes. L’effet contraceptif initial dure environ un an chez les chevaux.

De la santé reproductive animale à l’homme?

Par coïncidence, le Dr Albert Bourla, PDG de Pfizer, est un vétérinaire de formation. Il est docteur en médecine vétérinaire et titulaire d’un doctorat en biotechnologie de la reproduction de l’école vétérinaire de l’université Aristote en Grèce.

Il a rejoint Pfizer en 1993 dans l’ancienne division de santé animale en tant que directeur technique pour la Grèce. Il a occupé des postes à responsabilité croissante au sein de la division Santé animale dans toute l’Europe, avant de rejoindre le siège mondial de Pfizer à New York en 2001.

De 2014 à 16, Bourla a occupé le poste de président de groupe des vaccins et de l’oncologie au niveau mondial de Pfizer. « Il a joué un rôle déterminant dans l’établissement d’une position forte et compétitive en oncologie et dans l’expansion du leadership de l’entreprise dans le domaine des vaccins », selon sa biographie.


De nombreux chercheurs mettent en garde contre la stérilité associée aux injections.


Une étude évaluée par des pairs a incidemment mis en garde contre la prise du vaccin lorsqu’on est enceinte, alors que d’autres études ont souligné la toxicité des injections en termes de santé reproductive.

La Dre Elizabeth Lee Vliet a déclaré lors de la deuxième conférence en ligne Stop the Shot diffusée le 19 août par LifeSiteNews que des recherches scientifiques revues par les pairs de 2012 et 2018 ainsi que des preuves fournies par des lanceurs d’alerte montraient que les vaccins nuisaient à la fertilité et à la grossesse. Le public n’en a pas été informé.

Les nanoparticules du vaccin « peuvent traverser la barrière sang-testicule, la barrière placentaire et la barrière épithéliale, qui protègent les tissus reproducteurs », a-t-elle expliqué.

Les cellules immunitaires humaines sont ainsi « entraînées à attaquer » une protéine vitale pour une grossesse réussie, comme dans le cas de la PZP. Mme Vliet a prévenu que cela entraînerait « des fausses couches, des malformations congénitales et l’infertilité » lors de la prise du vaccin.

Le Dr Michael Yeadon, ancien vice-président de Pfizer, a corroboré ces allégations, affirmant que les vaccins posent un « risque grave » d’infertilité. Yeadon a cité des recherches scientifiques portant spécifiquement sur les nanoparticules lipidiques, présentes dans les vaccins. « Ne prenez pas ces vaccins », a-t-il averti. « Il y a un risque grave pour votre capacité à concevoir et à porter un bébé à terme ».

Bien que les recherches sur la toxicité des nanoparticules aient été menées sur des animaux, Yeadon a fait valoir que les humains étaient également des mammifères et qu’ils couraient donc un risque similaire. « Si quelqu’un veut me persuader qu’elles ne se concentrent pas dans les ovaires humains, il va devoir me fournir des données », a-t-il déclaré.

Le vaccin a également été mis en corrélation avec des milliers de rapports faisant état d’irrégularités menstruelles. La gynécologue Christiane Northrup a averti en avril de cette année que le vaccin Covid pourrait provoquer l’infertilité chez les femmes, car la protéine Syncytin-1 présente dans le placenta était très similaire à la protéine spike du virus SARS-CoV-2.


Traduction de Free West Media par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021