Le Japon constate une baisse considérable du nombre de cas après avoir adopté l’Ivermectine - 1 Scandal
Biotechnologie & Santé

Le Japon constate une baisse considérable du nombre de cas après avoir adopté l’Ivermectine


Le chef de l’Association médicale de Tokyo est apparu à la télévision nationale en septembre, exhortant les médecins à recourir à l’ivermectine et ils ont écouté. Un peu plus d’un mois plus tard, le Covid-19 est sous contrôle au Japon.

Le Dr Haruo Ozaki, président de l’Association médicale de la métropole de Tokyo, avait tenu une conférence de presse d’urgence le 13 août, annonçant quelque 18 000 nouvelles infections par jour. Toutefois, le nombre de décès a diminué par rapport aux flambées précédentes. Dans une interview accordée au Yomiuri Shimbun le 5 août, M. Ozaki a expliqué en détail son opinion sur l’utilisation de l’Ivermectin au Japon et a déclaré que ses premiers appels à l’utilisation de ce produit n’avaient apparemment pas été entendus.

Le Japon avait adhéré servilement à toutes les prescriptions de Big Pharma, y compris la quarantaine, la recherche des contacts, le masquage, la distance sociale, mais finalement la pandémie l’a frappé de plein fouet après qu’il ait commencé une vaccination agressive en mai 2021. Les résultats semblaient bons au départ, mais à la mi-juillet, ils ont recommencé à augmenter et le 6 août, les cas ont atteint un nouveau record historique et ont continué à augmenter.

L’ivermectine a été autorisée comme traitement le 13 août et après deux semaines, les cas ont commencé à diminuer. En fait, ils ont maintenant diminué de 99 % par rapport au pic.

Depuis le 28 avril, les responsables médicaux indiens ont commencé à fournir de l’hydroxychloroquine et de l’ivermectine à l’ensemble de la population. L’Inde étant le principal fabricant de produits pharmaceutiques au monde, elle est naturellement adaptée à la distribution massive de médicaments.


À l’instar de l’État de l’Uttar Pradesh en Inde, de certaines régions du Bangladesh et d’endroits comme l’Argentine et le Mexique, Ozaki avait demandé la mise en circulation immédiate de l’Ivermectine au Japon.

L’ivermectine est légale au Japon

Au Japon, les médecins peuvent désormais prescrire l’ivermectine sans restriction, et les gens peuvent l’acheter légalement en Inde. Le Japon est un pays où 72,5 % des habitants sont entièrement vaccinés.

Entre-temps, les Japonais n’ont pas adhéré à l’idée d’une troisième injection de rappel. Au contraire, quatre entreprises locales procèdent actuellement à des essais cliniques, mais une seule – Daiichi Sankyo – développe un type de vaccin à ARNm. Les vaccins Pfizer et Moderna, qui sont actuellement les plus utilisés au Japon, ont de nombreux effets secondaires, comme des fièvres et des douleurs, selon le quotidien national Mainichi.

Ils sont également délicats à manipuler en raison de la nécessité de les stocker à des températures de congélation et du fait que chaque flacon contient plusieurs doses. Selon un responsable de Shionogi, la société travaille sur un produit domestique qui pourra être stocké dans un réfrigérateur, avec un flacon utilisé par personne.


L’hydroxychloroquine et l’ivermectine ont toutes deux été approuvées par la FDA pour traiter ou prévenir le paludisme et les affections parasitaires. L’hydroxychloroquine est également approuvée pour traiter les maladies auto-immunes telles que le lupus érythémateux discoïde chronique, le lupus érythémateux systémique chez l’adulte et la polyarthrite rhumatoïde.


L’ivermectine et l’hydroxychloroquine sont toutes deux prescrites depuis des années avec l’approbation de la FDA. Notamment, les produits approuvés par la FDA peuvent légalement être prescrits par les médecins pour d’autres usages, y compris pour le Covid-19 lorsque cela est jugé approprié.

Une source proche du gouvernement japonais a souligné : « Les vaccins contre le coronavirus peuvent encore être améliorés, et il est possible qu’il existe des vaccins nationaux de meilleure qualité. » Le Japon a retiré les vaccins Moderna après la découverte de substances métalliques « magnétiques » dans ces vaccins. Trois lots de vaccins Moderna ont été rappelés au Japon pour cause de contamination métallique, selon un reportage de RT.

Témoignages en provenance d’Afrique

Le Dr Ozaki a cité des preuves provenant de nations africaines qui ont utilisé l’Ivermectine pour traiter le Covid-19. Il a déclaré : « En Afrique, si nous comparons les pays qui distribuent de l’Ivermectine une fois par an avec les pays qui ne donnent pas d’Ivermectine… ils ne donnent pas d’Ivermectine pour prévenir le Covid mais pour prévenir les maladies parasitaires… si nous regardons les chiffres du Covid dans les pays qui donnent de l’Ivermectine, le nombre de cas est de 134,4/100 000 et le nombre de décès est de 2,2/100 000 ».

Seuls 2,5 % des Africains ont reçu deux injections, alors que les pays riches ont verrouillé suffisamment de vaccins pour immuniser leurs populations deux ou trois fois et autorisent maintenant les rappels. Le Japon a enregistré moins de 16 000 décès jusqu’à présent, soit le taux le plus bas parmi les pays du G-7 – et près d’un quatorzième des décès par habitant de ses partenaires du G-7.

Les chiffres cumulés de Covid au Japon, en particulier les taux de mortalité, ont été nettement inférieurs à ceux de la plupart des pays de l’UE ou des États-Unis. Mais il est beaucoup plus probable que cela soit dû à une combinaison d’immunité croisée préexistante par les lymphocytes T, qui contribue également à réduire les résultats graves, ainsi qu’à l’Ivermectine.


Traduction de Free West Media par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021