Le Forum économique mondial s’engage pour « s’attaquer aux contenus et comportements préjudiciables en ligne » - 1 Scandal
Information

Le Forum économique mondial s’engage pour « s’attaquer aux contenus et comportements préjudiciables en ligne »


Une coalition Big Tech-gouvernement pour contrôler ce que les gens voient en ligne.

Le Forum économique mondial, un groupe international qui s’efforce de « façonner les agendas mondiaux, régionaux et industriels », a formé une nouvelle « coalition mondiale pour la sécurité numérique » composée de dirigeants de grandes entreprises technologiques et de représentants des gouvernements, qui entend proposer de nouvelles « innovations » pour contrôler « les contenus et les comportements préjudiciables en ligne ».

Le contenu dit « préjudiciable » qui sera visé par cette coalition mondiale pour la sécurité numérique a une portée considérable et englobe à la fois le contenu légal (comme la « désinformation en matière de santé » et le « contenu anti-vaccins ») et le contenu illégal (comme l’exploitation et la maltraitance des enfants et l’extrémisme violent).

Les grandes entreprises technologiques censurent déjà des millions de messages en vertu de leurs règles de grande portée qui interdisent les contenus préjudiciables et la désinformation. Elles publient également des rapports trimestriels détaillés sur cette censure.

Mais selon le Forum économique mondial, les mesures, les systèmes de recommandation et les systèmes de plainte actuels de Big Tech sont « déficients », raison pour laquelle « une coordination plus délibérée entre le secteur public et le secteur privé est nécessaire ».


Le Forum économique mondial entend assurer cette « coordination plus délibérée » par le biais de sa Coalition mondiale pour la sécurité numérique, qui s’attaquera à ce qu’elle considère comme un contenu préjudiciable par le biais d’une série de mesures.

Ces mesures comprennent l’échange de « meilleures pratiques pour les nouvelles réglementations en matière de sécurité en ligne », une « action coordonnée pour réduire le risque de préjudice en ligne » et la création de définitions mondiales du contenu préjudiciable « pour permettre une application, un signalement et une mesure normalisés dans toutes les régions ».

Parmi les membres de cette coalition mondiale pour la sécurité numérique figurent des responsables des gouvernements ou des organismes de réglementation de l’Australie, du Royaume-Uni, de l’Indonésie, de l’Ukraine, du Bangladesh et de Singapour, un cadre du géant technologique Microsoft et le fondateur de la plateforme de modération de contenu et de filtrage des blasphèmes Two Hat Security, alimentée par l’intelligence artificielle (IA).

« La sécurité mondiale en ligne est un objectif collectif qui doit être abordé en travaillant au-delà des frontières ainsi que par les nations individuelles », a déclaré Dame Melanie Daws, directrice générale de l’Ofcom. « Nous sommes impatients de collaborer avec les membres internationaux de la Coalition pour réduire le risque de préjudices en ligne et construire une vie en ligne plus sûre pour tous. »


Courtney Gregoire, responsable en chef de la sécurité numérique chez Microsoft, a ajouté : « Le Forum économique mondial occupe une position unique pour accélérer la collaboration public-privé nécessaire pour faire progresser la sécurité numérique à l’échelle mondiale, Microsoft est impatient de participer et d’aider à construire des solutions de l’ensemble de la société à ce problème de l’ensemble de la société. »


La formation de cette coalition mondiale reflète la volonté accrue des entreprises technologiques de collaborer avec les gouvernements mondiaux pour censurer les contenus légaux qu’ils jugent nuisibles et pour pousser ces gouvernements à introduire des réglementations plus expansives en matière de discours.

Quelques mois seulement avant l’annonce de cette coalition, Susan Wojcicki, PDG de YouTube, a appelé à la création de coalitions mondiales pour s’attaquer aux contenus « légaux mais susceptibles d’être préjudiciables » lors du sommet 2021 du Forum économique mondial sur la gouvernance technologique mondiale.

L’année dernière, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a demandé aux dirigeants mondiaux « davantage de conseils et de réglementations » sur ce que les gens sont autorisés à dire en ligne.

Des coalitions mondiales similaires qui ont tenté de créer des normes de censure mondiales, comme le Global Internet Forum to Counter Terrorism (GIFCT), ont abouti à la censure automatisée de la satire, des rapports des médias et d’autres types de contenu légal.


Source : Reclaim The Net – Traduit par Anguille sous roche


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021