A ne pas manquerParoles de témoins

Le doyen de Cambridge affirme dans un sermon que Jésus était peut-être TRANSGENRE

Les fidèles sont partis «en larmes».

Les fidèles de l’église ont crié «hérésie» au doyen du Trinity College alors qu’ils laissaient un sermon affirmant que Jésus était peut-être transgenre «en larmes».

Mais le point de vue d’un Jésus transgenre est « légitime », selon le Dr Michael Banner, le doyen qui est intervenu pour défendre l’affirmation faite lors d’un sermon dimanche dernier selon laquelle le Christ avait un « corps trans ».

Le Dr Michael Banner, le doyen du Trinity College, soutenait le chercheur junior Joshua Heath, qui a exposé des peintures de la Renaissance et médiévales de la crucifixion représentant une blessure latérale qu’il a comparée à un vagin devant la congrégation.

Le chargé de recherche a utilisé le tableau du XIVe siècle Pietà avec la Sainte Trinité de Jean Malouel pour illustrer son propos.

La plaie latérale « prend une apparence résolument vaginale », a déclaré Heath, dont le doctorat a été supervisé par l’ancien archevêque de Canterbury Rowan Williams.

« Dans le corps à la fois masculin et féminin du Christ dans ces œuvres, si le corps du Christ comme ces œuvres suggèrent le corps de tous les corps, alors son corps est aussi le corps trans », affirme le chercheur.

Heath a utilisé la peinture du XIVe siècle Pietà avec la Sainte Trinité de Jean Malouel, exposée au Louvre, pour illustrer son propos, selon The Daily Telegraph .

L’œuvre de 1990 de l’artiste français Henri Maccheroni « Christs » est également apparue pendant le sermon, tout comme le livre de prières de Bonne de Luxembourg.

Dans une lettre au doyen, un fidèle a déclaré:

«J’ai quitté le service en larmes. Vous avez proposé de me parler après, mais j’étais trop affligé. Je méprise l’idée qu’en perçant un trou dans un homme, par lequel il puisse être pénétré, il puisse devenir une femme.

«Je méprise particulièrement ces images lorsqu’elles sont appliquées à notre Seigneur, du haut de la chaire, à Vêpres. Je méprise l’idée que nous devrions être invités à contempler le martyre d’un «trans Christ», une nouvelle hérésie pour notre époque.

D’autres ont dit qu’ils ne se sentaient pas les bienvenus dans l’église, ajoutant que les enfants présents étaient visiblement mal à l’aise.

Mais Banner a écrit une lettre défendant le sermon, vue par The Telegraph , disant:

« Pour moi, je pense que la spéculation était légitime, que vous ou moi ou quelqu’un d’autre soit ou non en désaccord avec l’interprétation, dit autre chose à propos de cette tradition artistique, ou résiste à son application aux questions contemporaines autour du transsexualisme.

Il a cependant déclaré qu’il n’inviterait pas quelqu’un qui, selon lui, chercherait délibérément à choquer ou à offenser la congrégation, ou qui, selon lui, parlerait contre la foi chrétienne.

Un porte-parole du Trinity College a déclaré: Le Collège tient à préciser ce qui suit:

«Ni le doyen du Trinity College ni le chercheur qui a prononcé le sermon n’ont suggéré que Jésus était transgenre.

«Le sermon a abordé l’image du Christ représentée dans l’art et diverses interprétations de ces représentations artistiques.

« L’exploration par le sermon de la nature de l’art religieux, dans l’esprit d’une enquête universitaire stimulante, était conforme au débat ouvert et au dialogue à l’Université de Cambridge. »

Tom Brown
Daily Mail


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.