A ne pas manquerSocial & Finance

Le Brésil commence à arracher les enfants aux parents qui remettent en question les résultats des élections

Le président brésilien Lula da Silva a ordonné aux services de l'enfance de commencer à retirer les enfants des parents qui nient les résultats des élections.

Depuis octobre, des millions de Brésiliens privés de leurs droits sont descendus dans la rue pour protester contre ce qu’ils prétendent être une élection volée à l’ancien président Jair Bolsonaro.

Du tweet ci-dessous: (traduit) Vers 22h00 (18/11/22), le Conseil Tutélaire a tenté de retirer les enfants de leurs parents, devant le bataillon de l’armée sur Av.Fernandes Lima – Maceió-AL.

Les manifestants brésiliens ont poussé les représentants des services à l’enfance loin de la foule.

Comme indiqué précédemment – Les manifestations se poursuivent au Brésil contre l’élection volée. Le peuple ne veut pas que les communistes dirigent.

Le parti du président Jair Bolsonaro a présenté son rapport et annoncé qu’il demanderait l’annulation de l’élection puisque les résultats n’ont pu être validés.

Depuis la fraude massive lors du second tour des élections du 30 octobre au Brésil, des millions de Brésiliens manifestent chaque jour dans la rue contre la fraude électorale du criminel communiste Luiz Inácio Lula da Silva.

Les médias grand public tels que O Globo refusent de rendre compte de ce qui pourrait être les plus grandes manifestations que le monde ait jamais vues, alimentant encore plus la rage et la déception du peuple brésilien.

Jeudi, le tribunal d’extrême gauche a ordonné aux banques de bloquer les fonds d’au moins 42 entrepreneurs agricoles soutenant le président Jair Bolsonaro.

Le ministre de la Cour suprême, Alexandre de Moraes, a ordonné le blocage des comptes bancaires d’au moins 42 individus et entreprises du Mato Grosso, soupçonnés de financer les manifestations, a rapporté CBN .

« La liste a été établie par la police fédérale et la police fédérale des autoroutes à la demande de Moraes lui-même, après avoir appris que 115 camions s’étaient déplacés à Brasilia, dans le but de renforcer les actes, au siège du quartier général de l’armée ( CQ). La décision a été transmise à la Banque centrale samedi dernier », a rapporté le média.

« Dans la décision, le ministre a déclaré que les droits de grève et de réunion sont garantis par la Constitution fédérale. Cependant, il a déclaré que les actes commis depuis la première semaine de novembre sont « antidémocratiques » et « illégaux ».


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.