Le black-out de l’Ivermectine en Inde - Scandal
A ne pas manquer Information

Le black-out de l’Ivermectine en Inde


La nouvelle de la défaite du variant Delta face à l’Inde devrait être connue de tous. C’est aussi évident que le nez sur le visage d’une personne. C’est tellement évident quand on regarde les graphiques que personne ne peut le nier.

Pourtant, pour une raison quelconque, nous ne sommes pas autorisés à en parler. Ainsi, par exemple, Wikipédia ne peut pas mentionner les méta-analyses revues par les pairs du Dr Tess Lawrie ou du Dr Pierre Kory publiées dans l’American Journal of Therapeutics.

Wikipédia n’est pas autorisée à publier la récente méta-analyse sur l’Ivermectine du Dr Andrew Hill.

De plus, il n’est pas permis de dire quoi que ce soit concernant www.ivmmeta.com qui montre les 61 études comprenant 23 000 patients qui révèlent jusqu’à 96 % de réduction des décès [prophylaxie] avec l’Ivermectine.

On peut se rendre compte de la partialité de Wikipédia en allant sur les pages « talk » pour chaque sujet et en lisant les tentatives acharnées des éditeurs pour ajouter ces faits et le refus catégorique des éditeurs « seniors » qui ont un agenda. Et cet agenda n’est pas la loyauté envers votre santé.


Le moyen le plus simple de lire la page de « discussion » sur n’importe quel sujet de Wikipédia est de cliquer sur le bouton « discussion » en haut à gauche. N’importe qui peut alors consulter les discussions des rédacteurs.

Il y a un black-out sur toute conversation sur la façon dont l’Ivermectine a battu le COVID-19 en Inde.

Lorsque j’ai parlé de la situation catastrophique dans laquelle se trouvait l’Inde au début de l’année, avec 414 000 cas par jour et plus de 4 000 décès par jour, et de la façon dont tout cela s’est évaporé en l’espace de cinq semaines après l’ajout de l’Ivermectine, on me demande souvent : « Mais pourquoi n’en parle-t-on pas dans les médias ? »

Oui, exactement. Demandez-vous pourquoi le succès de l’Inde contre le variant Delta avec l’Ivermectine est un secret si bien gardé par les NIH et les CDC.

Ensuite, demandez-vous pourquoi aucun grand média n’a rapporté ce fait, mais a plutôt essayé de vous embrouiller avec de fausses informations en disant que les décès en Inde sont 10 fois plus nombreux que les rapports officiels.


Peut-être que NPR fait autant d’efforts parce que NPR est essentiellement un porte-parole du gouvernement.

Le gouvernement américain est « tout acquis » aux vaccins avec l’enthousiasme d’une Église catholique du 17e siècle « tout acquis » au modèle géocentrique de l’Univers, qui conteste Galilée. Prétendre que les chiffres de l’Inde sont inexacts pourrait détourner l’attention du succès écrasant de l’Ivermectine.

Mais au final, la vérité compte. Elle importait en 1616, et elle importe en 2021.

Les graphiques et les données de la base de données CSSE de l’Université Johns Hopkins ne mentent pas.

Au contraire, ils fournissent une preuve irréfutable de la vérité que personne ne peut contester, pas même les NIH, CDC, FDA et OMS.

Tout comme Galilée a prouvé avec son télescope que la Terre n’était PAS le centre de l’Univers en 1616, les données indiennes montrent aujourd’hui que l’Ivermectine est efficace, bien plus que les vaccins.

Non seulement elle prévient la mort, mais elle prévient aussi les infections par le COVID, et elle est également efficace contre le variant Delta.

En 1616, vous ne pouviez pas inventer les images télescopiques de Jupiter et de ses lunes en orbite, ni falsifier les images en forme de croissant de Vénus et de Mercure. Ces images prouvaient que la Terre n’était PAS le centre de l’Univers – une vérité que l’Église catholique ne pouvait admettre.

De même, la chute massive du nombre de cas et de décès en Inde, qui est tombé à presque rien après l’ajout de l’Ivermectine, a prouvé l’efficacité du médicament. C’est une vérité que les NIH, les CDC et la FDA ne peuvent pas admettre car elle mettrait en danger la politique vaccinale.

Peu importe que l’Ivermectine sauverait plus de vies avec beaucoup moins de risques, beaucoup moins de coûts, et qu’elle mettrait fin à la pandémie rapidement.

Examinons le graphique de couleur bordeaux de l’Uttar Pradesh. Tout d’abord, permettez-moi de remercier Juan Chamie, un analyste de données très respecté basé à Cambridge, qui a créé ce graphique à partir des données CSSE de la JHU. L’Uttar Pradesh est un État de l’Inde qui compte 241 millions d’habitants. La population des États-Unis est de 331 millions d’habitants. Par conséquent, l’Uttar Pradesh peut être comparé aux États-Unis, avec 2/3 de la taille de notre population.

Ces données montrent comment l’Ivermectine a fait chuter le nombre de cas et de décès liés au COVID-19 – dont nous savons qu’il s’agit du variant Delta – à presque zéro en quelques semaines.

Une population comparable à celle des États-Unis est passée d’environ 35 000 cas et 350 décès par jour à presque ZÉRO en quelques semaines après avoir ajouté l’Ivermectine à leur protocole.

En comparaison, les États-Unis sont le graphique du bas. Le 5 août, ici, dans les bons vieux États-Unis, bénis par les glorieux vaccins, nous avons 127 108 nouveaux cas par jour et 574 nouveaux décès.

Examinons les chiffres du 5 août pour l’Uttar Pradesh, qui compte 2/3 de notre population. L’Uttar Pradesh, qui utilise l’Ivermectine, a enregistré un total de 26 nouveaux cas et exactement TROIS décès. Les États-Unis sans Ivermectine ont précisément 4889 fois plus de cas quotidiens et 191 fois plus de décès que l’Uttar Pradesh avec Ivermectine.

Ce n’est même pas proche. Les pays font beaucoup mieux AVEC l’Ivermectine. Cela pourrait être comparable à la différence de déplacement entre l’utilisation d’une automobile et celle d’un cheval et d’un buggy.

 

Uttar Pradesh sur Ivermectine : 240 millions d’habitants [4,9 % entièrement vaccinés].

  • Cas quotidiens de COVID : 26
  • Décès quotidiens dus au COVID : 3

Les États-Unis sans Ivermectine : Population de 331 millions d’habitants [50,5 % entièrement vaccinés].

  • Cas quotidiens de COVID : 127,108
  • Décès quotidiens dus au COVID : 574

Examinons d’autres zones de l’Inde utilisant l’Ivermectine avec les chiffres du 5 août 2021, compilés par le JHU CSSE :


Delhi sous Ivermectine : Population 31 millions [15 % complètement vacciné].

  • Cas quotidiens de COVID : 61
  • Décès quotidiens COVID : 2

Uttarakhand sous Ivermectine : Population 11,4 millions d’habitants [15 % entièrement vaccinés].

  • Nombre de cas quotidiens COVID : 24
  • Décès quotidiens dus au COVID : 0

Examinons maintenant une région de l’Inde qui a rejeté l’Ivermectine.

Le Tamil Nadu a annoncé qu’il rejetait l’Ivermectine et qu’il suivait plutôt les conseils douteux du style américain en utilisant le Remdesivir. Sachant cela, on pourrait s’attendre à ce que leurs chiffres soient plus proches de ceux des États-Unis, avec plus de cas et plus de décès. Vous auriez raison.

Le Tamil Nadu a ensuite pris la tête de l’Inde pour les cas de COVID-19.

Le Tamil Nadu continue de souffrir de son choix de rejeter l’Ivermectine.

En conséquence, la variante Delta continue de faire des ravages parmi ses citoyens alors qu’elle a été pratiquement éradiquée dans les États utilisant l’Ivermectine. De même, aux États-Unis, en l’absence d’Ivermectine, les personnes vaccinées et non vaccinées continuent de propager la variante Delta comme une traînée de poudre.

Tamil Nadu sans Ivermectine : Population 78,8 millions d’habitants [6,9 % entièrement vaccinés].

  • Cas quotidiens de COVID : 1,997
  • Décès quotidiens COVID : 33

Comme les données du CSSE de la JHU, le télescope de Galilée n’a pas menti non plus, et la vérité peut généralement être trouvée à la vue de tous. L’ivermectine fonctionne, et elle fonctionne extrêmement bien.

Le Dr George Fareed, virologue formé à Harvard, et son associé, le Dr Brian Tyson, de l’Imperial Valley, en Californie, ont sauvé 99,9 % de leurs patients avec un cocktail COVID comprenant de l’ivermectine.

Ils ont publié des versions de leur nouveau livre paru dans la revue Desert Review que tout le monde devrait lire.

Je pourrais parler de la façon dont chacun de mes patients qui ont utilisé l’Ivermectine s’est rapidement rétabli, de mon cas le plus récent qui s’est senti mieux à 90 % dans les 48 heures suivant l’ajout du médicament, mais je ne le ferai pas. Je pourrais écrire sur la façon dont Wikipédia censure plus que la Pravda, sur la façon dont vous devriez toujours lire la section « talk » de CHAQUE article de Wikipédia pour aller dans les coulisses et comprendre ce que les rédacteurs NE veulent PAS que vous lisiez, mais je m’abstiendrai.

Je pourrais écrire sur le VAERS et sur le fait qu’il est tellement plus facile d’y naviguer en suivant Open VAERS ou sur la façon dont Wikipédia a injustement dépeint le Dr Peter McCullough, l’un des médecins les plus pointus et les plus crédibles du monde. Mais je vais me retenir.

Je pourrais réciter l’histoire du traitement ambulatoire précoce du COVID-19 avec des médicaments réadaptés, y compris l’Ivermectine, avec tous les détails, et EXACTEMENT POURQUOI ces informations vitales ont été censurées, mais au lieu de cela, je vais laisser la recherche de ces sujets à chacun de vous, lecteurs, en tant qu’individus.

Parce que vous savez déjà ce qui va se passer si vous vous asseyez simplement et avalez ce que les médias vous donnent à manger. Vous DEVEZ remettre en question ce que le gouvernement vous dit, et toujours FAIRE VOTRE PROPRE recherche.

Après l’inquisition de Galilée en 1616, le pape a interdit tous les livres et toutes les lettres qui soutenaient que le soleil était le centre de l’univers et non la Terre.

De même, aujourd’hui,  la FDA et l’OMS ont interdit toute utilisation de l’Ivermectine pour le COVID en dehors d’un essai clinique.

YouTube et Wikipedia considèrent tous deux l’Ivermectine pour le COVID comme une hérésie.

« YouTube n’autorise pas les contenus qui diffusent des informations médicales erronées contredisant les autorités sanitaires locales ou les informations médicales de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le COVID-19… Informations erronées sur le traitement : affirmations selon lesquelles l’Ivermectine est un traitement efficace contre le COVID-19. »

Wikipedia définit l’hérésie comme :

« Toute croyance ou théorie qui est fortement en désaccord avec les croyances ou coutumes établies, en particulier les croyances acceptées d’une église ou d’une organisation religieuse. Le terme est généralement utilisé en référence à des violations d’enseignements religieux importants, mais il est également utilisé pour des points de vue fortement opposés à toute idée généralement acceptée. Un hérétique est un partisan de l’hérésie ».

L’hérésie consiste à ne pas être d’accord avec le gouvernement, ou son autorité sanitaire, même s’ils ont tous tort et même si leurs politiques nuisent aux gens. Aujourd’hui, on ne parle plus d’hérésie, mais de désinformation.

Galilée a été reconnu coupable d’hérésie et condamné le 22 juin 1633 à un emprisonnement formel, bien que celui-ci ait été commué en assignation à résidence, sous laquelle il est resté pour le reste de sa vie.

Le 7 août 2021, Medpage Today a publié un nouveau quiz, « La désinformation sur le COVID peut-elle vous coûter votre licence médicale ? »


Sources : TheDesertReview.com via Zero Hedge – Traduit par Anguille sous roche


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021