Information

L’arme secrète des Républicains


Apoorva Mandavilli est la journaliste du New York Times qui couvre la pandémie du coronavirus.

Elle a écrit dans un tweet (pas l’année dernière, mais il y a quelques jours seulement) :

« Un jour, nous cesserons de parler de la théorie (selon laquelle) le virus s’est échappé d’un laboratoire et peut-être même d’admettre ses racines racistes. Mais hélas, ce jour n’est pas encore arrivé ».

La « théorie du virus échappé d’un laboratoire » a toujours été la théorie la plus probable pour expliquer la propagation du virus dans le monde.

Ironiquement, la théorie alternative que Mme Mandavilli semble considérer comme moins raciste est celle de citoyens chinois mangeant des chauves-souris dans des marchés humides ou quelque chose du genre.

Lorsque le Sénateur républicain de l’Arkansas Tom Cotton a évoqué la théorie de l’échappée du virus d’un laboratoire chinois l’an dernier, il a été traité de raciste.


Des membres de la presse, aidés par certains conspirationnistes de droite, ont prétendu que selon le Sénateur Cotton, le virus avait été intentionnellement propagé en tant qu’arme biologique, ce que le Sénateur n’a jamais dit.

Un an plus tard, il semble que M. Cotton et l’ex-Président Donald Trump avaient raison. Les Services de renseignement suggèrent que des travailleurs de l’Institut de virologie de Wuhan ont été infectés et ont accidentellement déclenché une pandémie mondiale.

Il y a deux semaines, les Israéliens ont bombardé le bureau de l‘Associated Press (AP) à Gaza pendant les attaques du Hamas. Les journalistes étaient furieux. L’AP a exigé des explications.

Mais un article peu remarqué de Matti Friedman, paru dans The Atlantic en 2014, montrait que l’AP logeait, en fait, dans un bâtiment utilisé par le Hamas.

M. Friedman, un ex-journaliste de l’AP, a expliqué comment cette agence de presse ne couvrait pas certaines activités liées au Hamas en raison du harcèlement du Hamas dans leur environnement de travail commun.

Il a fallu une semaine au New York Times pour couvrir une vague d’attaques anti-juives dans la ville de New York.

Récemment, Margaret Sullivan, rédactrice média du Washington Post, a écrit un article sur la nouvelle rédactrice en chef de son journal.

Elle a inclus une ligne d’un correspondant qui demandait :


« Comprend-elle – vraiment – que… les États-Unis sont en passe de devenir un État nationaliste chrétien blanc autoritaire dans un avenir très proche ? Et si la réponse est “Oui”, qu’est-elle prête à faire à ce sujet ? Pour l’instant, rien d’autre n’est aussi important. » Jay Rosen, un professeur de journalisme très respecté de l’Université de New York, a souligné la préoccupation de ce lecteur et s’est dit d’accord avec lui. Les Démocrates contrôlent tout Washington. Joe Biden vient de remporter une élection (supposément) par plusieurs millions de voix. Mais M. Rosen s’inquiète du fait que nous soyons sur le point de créer « un État nationaliste chrétien blanc autoritaire dans un avenir très proche ».

L’été dernier, des journalistes de CNN et MSNBC se sont tenus devant des émeutiers brûlant des bâtiments à Kenosha, dans le Wisconsin, et ont qualifié les manifestations de paisibles. Un correspondant a même déclaré à la télévision qu’elles étaient ardentes « mais essentiellement paisibles ». Tandis que des vidéos montraient des militants du mouvement Antifa en train de frapper des gens dans les rues de l’Amérique, Chris Cuomo de CNN affirmait que le groupe était pacifique.

Alors que le virus faisait rage en Amérique l’année dernière et que le pays était fermé, la présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, s’est livrée à une série de manœuvres partisanes pour nuire au GOP et élargir sa coalition démocrate.

Ses efforts, notamment le blocage de l’aide financière aux petites entreprises et aux contribuables, ont été salués par la presse politique américaine comme une stratégie brillante. Pourtant cette stratégie a bien failli coûter le contrôle de la Chambre des Représentants aux Démocrates. Les Républicains ont gagné des sièges au niveau des États, ont conservé les corps législatifs des États qu’ils s’attendaient à perdre et ont été à cinq sièges près de reprendre la Chambre des Représentants elle-même.


La presse a abandonné son vernis d’objectivité tout en prétendant être la gardienne de la vérité.

Les organes de presse qui revendiquent la propriété de la vérité et des faits sont devenus des porte-paroles des politiques gauchistes.

La presse est déconnectée de l’Amérique, et les Américains qui voient le monde, puis la couverture du monde par la presse – réalisent que les deux ne sont pas les mêmes.


Cela donne au GOP un avantage latent parce que la presse, qui remet constamment en question les affirmations des Républicains, finit par escamoter la réalité qu’elle prétend couvrir. Cela permet aux Républicains de convaincre les Américains que ce qu’ils disent est vrai et ces derniers se rendent compte qu’il y a une différence entre leur vie et la façon dont la presse la couvre. Ils deviennent alors plus ouverts aux affirmations des Républicains, qui sont plus proches de la réalité qu’ils vivent.

Les Démocrates, qui sont dupes de leur propre couverture médiatique, ne réaliseront jamais ce qui s’est passé avant qu’il ne soit trop tard.

Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci





1scandal.com © elishean/2009-2021