Social & Finance

L’Allemagne au Top du Wokisme: des étudiants demandent des « produits menstruels pour tous


L’Allemagne continue de couvrir le monde d’ »innovations ». L’une d’entre elles est la dernière avancée de la coalition des feux de signalisation, composée des anciens gauchistes du SPD et des nouveaux Verts : Vous pouvez enfin choisir votre propre genre.

Cela n’a pas été possible depuis des milliers de millénaires, mais l’administration Scholz n’a pas peur de poser un nouveau jalon pour l’humanité. Et ceux qui pensaient que le sexe n’était déterminé que par les gènes et ne pouvait être changé, ne croiront peut-être pas à cette bonne nouvelle.

Malheureusement, à Berlin, malgré le libre choix libérateur du sexe, la discrimination est encore monnaie courante. Un titre du Berliner Tagesspiegel, un journal entièrement dédié à la lutte contre l’omniprésence des nazis, a attiré l’attention sur cette situation critique.

Le journal, qui est également soutenu par l’argent des contribuables, a titré sur cette terrible inégalité : « Les étudiants berlinois exigent des produits menstruels pour tous les sexes ».

L’article, qui n’est malheureusement disponible que derrière une barrière de paiement « binaire », poursuit : « Le comité général des étudiants (AStA) de l’université technique de Berlin exige des produits menstruels dans toutes les toilettes de l’université, c’est-à-dire des serviettes et des tampons. »

Le comité aurait également déclaré : « Nous demandons explicitement que ces produits ne soient pas seulement fournis dans les toilettes des femmes, mais dans toutes les toilettes pour tous les genres. »

Les étudiants « placent également leur proposition dans un contexte révolutionnaire plus large : ‘Sur la voie d’une société égalitaire et queer/féministe dans laquelle les exclusions capitalistes, patriarcales, anti-femmes, trans, inter et queer sont réduites, ceci n’est qu’un tout petit pas’. »

Enfin, les hommes de Berlin peuvent se réveiller demain matin sans avoir à s’inquiéter qu’ils sont massivement discriminés parce qu’il n’y a pas de tampons et de serviettes fournis dans les toilettes pour hommes parce que le genre n’est qu’une « construction sociale ».

Et puisque cette proposition échoue en raison d’une logique élémentaire, elle est également qualifiée de « woke », ce qui signifie que le rire, l’incrédulité et la moquerie à l’égard de cette suggestion seront bientôt punissables par la loi.

En achetant un abonnement d’essai au Tagesspiegel, les lecteurs doivent toutefois savoir qu’ils n’ont le droit de choisir qu’entre « M. » et « Mme », ce qui va à l’encontre des nouvelles règles berlinoises sur la fluidité du genre.

Traduction de Free West Media par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

www.epitalon-sante.com

1scandal.com © elishean/2009-2022

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.