A ne pas manquerPolitique

L’affaire Hunter Biden rebondit

En juillet le sénateur républicain Chuck Grassley mettait en cause un agent spécial du FBI, impliqué selon lui dans un plan visant visant à discréditer les informations issues de l’ordinateur d’Hunter Biden.

Auditionné au Sénat, le directeur du FBI, Christopher Wray, s’est déclaré troublé par les informations que le sénateur Grassley lui apportait.

Interviewé le 25 août par Joe Rogan, le directeur de Meta (Facebook) Mark Zuckerberg rapporta que le FBI était venu voir son équipe et l’avait mise en garde contre la désinformation russe. Après quoi, il avait censuré toutes les informations relatives aux révélations du New York Post sur l’ordinateur d’Hunter Biden.

Dès le lendemain, 26 août, le FBI a publié un communiqué affirmant avoir bien sonné l’alerte chez les propriétaires de réseaux sociaux, mais uniquement de manière générale, sans citer Hunter Biden. Le directeur du FBI, Christopher Wray, a licencié un de ses agents spéciaux, Timothy Thibault, accusé d’avoir abusé de ses fonctions pour manipuler les médias. Celui-ci clame son innocence et assure qu’une enquête plus approfondie mettra en évidence qu’il n’a pas commis la faute dont on l’accuse.

Le 29 août, les deux sénateurs républicains, Chuck Grassley (Iowa) et Ron Johnson (Wis.), ont écris à Mark Zuckerberg pour lui demander de préciser ce que le FBI avait dit à son équipe.

L’affaire fait grand bruit dans la mesure où l’ordinateur saisi par le FBI atteste de la corruption d’Hunter Biden et met en cause son père.

Or, début août, des lanceurs d’alerte avaient attesté devant le sénateur Grassley que le FBI avait conçu un plan pour discréditer les informations issues de l’ordinateur d’Hunter Biden afin de protéger son père, le président Joe Biden.

L’ancien directeur national du Renseignement, Richard Grenell, a souligné qu’aucun agent parmi la cinquantaine d’employés du FBI qui a fait la leçon aux réseaux sociaux ne disposait d’information leur permettant de soupçonner que les allégations du New York Post étaient de la désinformation russe. Ce faisant, il s’opposait aux nombreuses personnalités du Renseignement qui, le 19 octobre 2020, ont tenté de faire accroire que l’affaire Hunter Biden était de la désinformation russe [1].

Lors de son discours annonçant l’opération militaire spéciale russe visant à appliquer la résolution 2202 en Ukraine, le président Vladimir Poutine avait fait allusion à Hunter Biden (administrateur du géant des hydrocarbures ukrainien Burisma) et à ses amis en parlant d’une « bande de drogués » qui avait pillé les richesses de l’Ukraine.

Par la suite, le ministère russe de la Défense a publié des documents attestant qu’Hunter Biden, via une société qu’il avait créée avec le beau-fils de John Kerry, avait piloté en Ukraine le programme militaire de recherches biologiques pour le compte du Pentagone

Donald Trump Jr., le fils du président Donald Trump, aborde la question des magouilles d’Hunter Biden dans son livre Liberal Privilege : Joe Biden and the Democrats’ Defense of the Indefensible, Gold Standard Publishing (2020).
L’enquête du New York Post a donné lieu à un autre ouvrage : Laptop From Hell : Hunter Biden, Big Tech, and the Dirty Secrets the President Tried to Hide par Miranda Devine, Post Hill Press (2021).


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com © elishean/2009-2022

Articles connexes