Politique

L’ADN des américains devient une propriété de la Chine. Pourquoi?


La Chine militarise-t-elle l’ADN des Américains? Pourquoi une société américaine de traitement de l’ADN partage-t-elle l’ADN des Américains avec la Chine?

La réponse est stupéfiante…


Si vous avez subi un test de dépistage du COVID-19, il est fort probable que les membres du Parti communiste chinois (PCC) et de l’Armée populaire de libération (APL) possèdent votre ADN.

Si c’est le cas, ils en savent probablement plus que vous sur votre santé et vos vulnérabilités génétiques. Les implications de cette situation sont pour le moins troublantes.

La société chargée de réaliser les tests COVID-19 est Fulgent Genetics, une entreprise nationale de séquençage de l’ADN et de dépistage des maladies. Selon le site Internet de la société, sa mission est de « développer des tests génétiques flexibles et abordables qui améliorent la vie quotidienne de ceux qui nous entourent ».

Apparemment, nous devons croire que Fulgent Genetics est là pour améliorer nos vies à tous.

Des liens profonds avec la Chine

Le 29 novembre, le bureau du shérif du comté de Los Angeles a publié une lettre adressée au conseil des superviseurs du comté de Los Angeles. Cette lettre indiquait que le bureau du shérif du comté de Los Angeles ne participerait pas au test de dépistage du COVID-19 avec Fulgent Genetics.

La lettre expliquait que la direction des armes de destruction massive du Federal Bureau of Investigations (FBI) avait averti le bureau du shérif Alex Villanueva du risque que les échantillons d’ADN provenant des tests COVID-19 que Fulgent Genetics devait fournir soient « probablement partagés avec la République de Chine ».

Villanueva a également déclaré lors d’un point de presse que « Fulgent avait des liens étroits avec BGI, WuXP et Huawei Technology, qui sont tous liés à l’Académie chinoise des sciences médicales, au Conseil d’État de la République populaire de Chine et sont sous le contrôle de la RPC. »

Les questions abondent

Plusieurs questions viennent à l’esprit. Qui ou quoi est la société Fulgent Genetics?

Pourquoi une société américaine souhaiterait-elle fournir des échantillons d’ADN américains?

Pourquoi diable la Chine voudrait-elle des échantillons d’ADN d’Américains?

Dans quel but?

Combien d’échantillons d’ADN américains possèdent-ils déjà?

Et surtout, quel est le rapport entre notre ADN et les préoccupations du FBI concernant les armes de destruction massive (ADM) en provenance de Chine?

Les réponses à ces questions, ainsi qu’à d’autres questions relatives aux scénarios dystopiques du pire, sont examinées ci-dessous. Mais d’abord, quelques informations sur Fulgent Genetics.

Qui est Fulgent Genetics?

L’entreprise a été fondée en 2011 par Ming Hsieh, président du conseil d’administration, président et directeur général, et James Xie, directeur de l’exploitation. Ming Hsieh est administrateur de l’Université Fudan en Chine depuis 2011. Xie a obtenu son diplôme d’ingénieur de l’université de Chongqing en Chine en 1987. Il n’est peut-être pas surprenant que les deux hommes aient des liens profonds avec la Chine.

Et apparemment, Fulgent a partagé l’ADN des Américains d’un océan à l’autre avec la Chine.

Comme l’indique la déclaration de Villanueva, il ne s’agit pas de la seule société mandataire de l’APL engagée dans la récolte du matériel génétique des Américains. Il y en a d’autres aussi, et des millions et des millions de profils d’ADN de personnes d’Amérique et de nombreux autres endroits dans le monde ont été envoyés en Chine.

C’est là que les choses deviennent très sombres dans le domaine des armes de destruction massive. La Chine veut créer une arme de destruction massive biologique qui cible votre ADN.

Une nouvelle ère sombre de guerre biologique est arrivée

La guerre biologique n’est pas une nouveauté ; elle a été utilisée tout au long de l’histoire.

Au IVème siècle avant JC, les archers scythes infectaient leurs flèches en les plongeant dans des corps décomposés. Au 14e siècle, les Tartares ont catapulté des cadavres infectés par la peste dans les rangs de leurs ennemis lors du siège de Kaffa. Et pendant la Seconde Guerre mondiale, l’armée impériale japonaise a bombardé les villes chinoises de puces chargées de peste.

Mais ces formes de guerre biologique « à l’ancienne » ne sont qu’un jeu d’enfant par rapport aux dernières technologies d’armes biologiques basées sur l’ADN qui exploitent l’intelligence artificielle (IA) et la génomique. Nous entrons dans une ère nouvelle et très risquée.

Guerre biologique et manipulation de l’ADN

Tout comme l’IA et la génomique permettent de manipuler l’ADN pour aider le corps humain à lutter contre toutes sortes de maladies, cette même technologie peut également être utilisée pour créer des agents pathogènes uniques qui n’affectent que certaines personnes.

Les armes spécifiques à l’ADN peuvent cibler une race, un sexe, voire une famille ou un individu ayant une structure génétique particulière.

Ce n’est pas seulement une possibilité, c’est une probabilité, si ce n’est déjà une réalité.

De plus, du moins en théorie, les armes biologiques spécifiques à l’ADN n’ont pas d’effets secondaires, car elles ne nuisent qu’aux personnes présentant des caractéristiques génétiques spécifiques.

L’accès de la Chine à l’ADN des Américains est incontestablement un problème de sécurité nationale.

Les États-Unis contre la Chine dans la « course à la mort de 2035 »

Selon certaines estimations, le(s) vainqueur(s) de la course aux armes biologiques sera(seront) déterminé(s) en 2035.

Il se pourrait bien que ce soit beaucoup plus tôt.

Dans la course à la création d’armes biologiques hautement efficaces, ciblées et mortelles, les États-Unis et la Chine sont au coude à coude. Les deux nations ont investi des sommes considérables dans l’IA et la génomique. Chacun veut prendre la tête de la création de ces super armes biologiques basées sur l’ADN.

Comme dans toutes les courses à l’armement, la nation qui développera la capacité de lancer une attaque biologique sans craindre de retour de flamme sera en position de force. Ce n’est pas une image réjouissante, mais c’est la réalité.

Mais il ne suffit pas d’être capable de lancer une attaque biologique mortelle, hautement ciblée ou même une ADM. La survie d’une nation dépend également de sa capacité à se défendre contre une telle attaque. Tout comme la stratégie de représailles nucléaires (capacité de seconde frappe) est censée dissuader une première frappe, la capacité de représailles d’une nation en matière de guerre biologique peut être un facteur critique pour dissuader de telles attaques.

Malheureusement, l’IA et la génomique facilitent la création de milliers d’agents pathogènes mortels génétiquement modifiés. En revanche, il est impossible d’immuniser des populations entières, ou même un petit nombre de personnes, contre des milliers d’agents pathogènes nouvellement créés, du moins pour le moment.

La technologie de guerre biologique devient virale

Comme on pouvait s’y attendre, la diffusion rapide de l’information constitue en soi un problème.

L’internet a rendu impossible le confinement de la plupart des secrets. Si une technologie existe, pour le bon prix, elle sera mise à la disposition des méchants. Ou, dans le cas de l’APL et de la communauté scientifique chinoise, elle sera développée et – si l’expérience actuelle avec le virus du PCC est un indicateur – déployée intégralement.

Cette réalité n’est pas de bon augure pour limiter l’accès et l’utilisation d’une nouvelle et dangereuse arme biologique par la Chine, ou tout autre adversaire des États-Unis.

Si Fulgent et d’autres aident la Chine à développer des agents pathogènes ciblant l’ADN contre les Américains, il n’y a pas de réponse facile à une telle menace, et il n’y en a pas de bonne. Mais la saisie de tous les matériaux, données et actifs, et la poursuite de ces entreprises seraient un début.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

Tous les effets du vieillissement ont une cause commune :

Le raccourcissement de vos télomères.  

L'Epitalon provoque la production par la glande pinéale d'une enzyme qui reconstruit donc rallonge les télomères....

www.epitalon-sante.com

 

1scandal.com © elishean/2009-2022


Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.