Opinion

L’administration Biden responsable de la recrudescence de la violence arabo-israélienne


Même les critiques les plus sévères de M. Trump ont dû admettre que, s’agissant du Moyen-Orient, l’ère Trump avait été un succès.

La pleine responsabilité de la dernière recrudescence de la violence arabo-israélienne revient au président américain Joe Biden en raison des politiques d’apaisement et de capitulation qu’il a menées au Moyen-Orient.

Lorsque M. Biden a pris ses fonctions en janvier, le Moyen-Orient vivait l’un de ses rares moments d’optimisme, principalement en raison de l’approche réussie adoptée par son prédécesseur, le président Donald J.Trump.

L’administration Trump a remporté un certain nombre de succès politiques incontestés dans la région, notamment la persuasion de plusieurs pays arabes et musulmans – les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan, le Kosovo et le Maroc – de signer les accords d’Abraham avec Israël, amenant ainsi des décennies de hostilité à une fin.

En outre, les partisans islamistes de l’Etat islamique ont été complètement mis en déroute à la suite de la destruction par la coalition militaire dirigée par les États-Unis de leur soi-disant califat, tandis que la capacité de l’Iran à saper la stabilité politique au Moyen-Orient avait été sévèrement freinée par les sanctions punitives de l’administration Trump contre le régime. Même les critiques les plus sévères de M. Trump ont dû admettre que, s’agissant du Moyen-Orient, l’ère Trump avait été un succès .


Plutôt que de s’appuyer sur l’héritage prometteur qu’il a hérité de son prédécesseur, M. Biden a plutôt cherché à se distancier des réalisations de l’administration Trump.

Avant la dernière éruption des hostilités entre Israël et les militants palestiniens, la seule intervention notable de M. Biden dans la question israélo-palestinienne avait été de restituer des centaines de millions de dollars d’aide américaine aux Palestiniens, annulant ainsi la décision de l’administration Trump de couper l’aide aux Palestiniens. l’Autorité palestinienne pour son refus de maintenir un dialogue avec Washington.

La principale préoccupation de M. Biden au Moyen-Orient a plutôt été de relancer l’accord nucléaire défectueux avec l’Iran, une initiative qui a abouti à la reprise des pourparlers avec des responsables iraniens à Vienne.

Les négociations diplomatiques renouvelées sur le programme nucléaire iranien ont eu lieu malgré le fait que le régime iranien continue de violer les termes de l’accord nucléaire conclu par le président Barack Obama.

En particulier, l’Iran a continué d’enrichir de l’uranium à un niveau bien supérieur à celui convenu dans l’accord sur le nucléaire jusqu’à un niveau juste en dessous du seuil requis pour produire des matières de qualité militaire, ce qui fait craindre que Téhéran ait repris ses travaux sur son programme d’armes nucléaires clandestines.

On craint également de plus en plus que la décision de l’administration Biden d’alléger les contraintes financières à la fois des Palestiniens et de Téhéran ait permis à l’Iran d’augmenter son soutien militaire aux militants du Hamas à Gaza.

Des sources de sécurité, qui ont demandé à ne pas être nommées, pensent que l’Iran fournit une assistance militaire au Hamas depuis au moins cinq ans. La coopération comprend une formation à la production et à l’exploitation d’armes, les militants du Hamas se rendant fréquemment en Iran pour suivre une formation spécialisée, ainsi que la visite des installations de production de missiles iraniens.

Les relations de l’Iran avec le Hamas sont supervisées par la force d’élite Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique, qui partagent leurs connaissances sur la production de missiles iraniens avec leurs homologues du Hamas.

Les responsables militaires israéliens estiment que l’étroite coopération entre l’Iran et le Hamas a aidé l’organisation terroriste palestinienne à augmenter la portée et l’efficacité des missiles et des roquettes qui ont été tirés sur les villes israéliennes ces derniers jours.

Dans de telles circonstances, il n’est donc guère surprenant que les critiques de l’approche de M. Biden aient conduit à des accusations selon lesquelles il apaisait Téhéran dans son désespoir de relancer l’accord nucléaire.



Maintenant, alors que les militants palestiniens ciblent une fois de plus les zones civiles israéliennes avec des roquettes et des missiles, la folie de l’approche malavisée de M. Biden au Moyen-Orient a été révélée.

Bon nombre des centaines de missiles tirés sur des cibles en Israël sont basés sur la conception de missiles iraniens.

En effet, l’étendue du soutien militaire de l’Iran aux militants palestiniens a été révélée par un responsable de l’organisation terroriste du Jihad islamique palestinien qui s’est vanté la semaine dernière:

“Les roquettes que nous utilisons pour pilonner Tel Aviv, nos armes et notre nourriture sont fournies par l’Iran.”

Par conséquent, alors que l’administration Biden tente de relancer les négociations avec l’Iran sur son programme nucléaire, il apparaît maintenant que Téhéran soutient activement les groupes terroristes palestiniens alors qu’ils se préparent à lancer leur assaut dévastateur contre Israël.

La violence qui en résulte entre Israël et les militants palestiniens est certainement profondément embarrassante pour M. Biden qui, ayant cherché à se distancier de la question israélo-palestinienne, se trouve maintenant obligé d’intervenir pour empêcher de nouvelles effusions de sang.

En effet, il est maintenant affirmé que, ces derniers mois, plusieurs gouvernements arabes pro-occidentaux ont tenté d’avertir l’administration Biden sur les tensions croissantes à Jérusalem, mais ils n’ont reçu aucune réponse des responsables de Biden en raison de leur réticence à s’engager sur la question.

Le résultat est que M. Biden se retrouve maintenant à chercher désespérément des moyens de mettre fin à la violence, bien que sa réponse à ce jour ait été loin d’être convaincante.

Le commentaire de M. Biden, fait à la suite d’une discussion téléphonique avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu la semaine dernière, selon lequel il s’attendait à ce que la violence cesse “tôt ou tard” semble certainement être davantage l’expression d’un vœu pieux qu’une évaluation réaliste des événements qui se déroulent sur la sol en Israël et dans les territoires palestiniens.

Certes, si M. Biden veut vraiment vraiment mettre fin à la violence, il vaudrait mieux consacrer son temps à consolider l’héritage impressionnant de M. Trump au Moyen-Orient que de gaspiller son énergie à essayer d’apaiser les ayatollahs de Téhéran.


Con Coughlin

Con Coughlin est rédacteur en chef de la défense et des affaires étrangères du Telegraph et chercheur principal distingué au Gatestone Institute.

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021