La suède devient le pays le plus dangereux d'Europe - 1 Scandal
A ne pas manquer Social & Finance

La suède devient le pays le plus dangereux d’Europe


La Suède détient le record du plus grand nombre de fusillades mortelles par million d’habitants en Europe.

La nouvelle Première ministre suédoise, Magdalena Andersson, a une tâche formidable devant elle: faire face à la violence toujours croissante des gangs et aux fusillades dans les villes suédoises.

La nouvelle Première ministre suédoise, la sociale-démocrate Magdalena Andersson, qui était auparavant ministre des Finances, a une tâche formidable devant elle. Son prédécesseur, Stefan Löfven, n’a même pas réussi à contenir la croissance exponentielle des fusillades au cours de son mandat de sept ans. Le parlement suédois a élu de justesse Andersson comme successeur de Löfven en novembre, après que Löfven a annoncé sa démission en août.

« La Suède est un pays fantastique, mais nous sommes confrontés à un certain nombre de problèmes sérieux », a déclaré Andersson . « Je prévois de soulever chaque pierre pour briser la ségrégation et repousser le crime violent qui sévit en Suède… »

La Suède est confrontée à bien plus qu’un « sérieux problème ».

Depuis des années, la Suède bat de nouveaux casiers judiciaires, tout en refusant de parler ouvertement du lien entre migration et violence des gangs. Cette réticence peut résulter d’une combinaison de rectitude politique et de la peur de la Suède de faire échouer sa propre ambition déclarée d’être la « superpuissance humanitaire » du monde. Déjà en 2019, le chef du parti d’opposition Moderaterna , Ulf Kristersson, qualifiait la situation d’« extrême pour un pays qui n’est pas en guerre ».


Pendant de nombreuses années, tout débat public sur les liens entre la migration et l’augmentation des niveaux de criminalité et de violence des gangs a été considéré comme tabou.

La publication de statistiques sur le sujet a pris fin brutalement après que le Conseil national suédois pour la prévention du crime ( Brå ) les ait publiées à deux reprises – en 1996 et 2005. En 2017, le ministre de la Justice de l’époque, Morgan Johansson, a refusé de publier des statistiques sur l’ethnie antécédents de criminels en Suède; il a affirmé qu’ils n’étaient pas pertinents. Une majorité de députés a soutenu son opinion. Les recherches privées sur le sujet ont tout simplement été ignorées.

De plus en plus, cependant, alors que les fusillades devenaient des événements quotidiens qui mutilaient et tuaient de plus en plus des passants innocents, l’innommable est progressivement devenu un sujet de discussion.

« Ce n’est plus un secret aujourd’hui qu’une grande partie du problème des gangs et du crime organisé avec les fusillades et les explosions est liée à la migration vers la Suède au cours des dernières décennies », a écrit le chef de la police de Göteborg, Erik Nord, dans un éditorial en mai.

« Quand, comme moi, vous avez la possibilité de suivre les choses au niveau individuel, vous constatez qu’en principe tous ceux qui tirent ou se font tirer dessus dans des conflits de gangs sont originaires des Balkans, du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord ou de l’Est. »

En août, dans une volte-face complète reflétant à quel point les sentiments ont changé en Suède depuis 2017, le Conseil national suédois pour la prévention du crime ( Brå ), pour la première fois en 16 ans, a publié un nouveau rapport contenant des statistiques sur l’origine ethnique. des délinquants criminels enregistrés, par écrit :


« La répartition des infractions enregistrées parmi les personnes d’origine autochtone et non autochtone est souvent un sujet de discussion. Le Conseil national suédois pour la prévention du crime (Brå) a déjà publié deux études de recherche sur cette question, mais plusieurs années se sont écoulées depuis la publication de l’étude la plus récente (en 2005), qui s’est concentrée sur la criminalité enregistrée au cours de la période 1997-2001. Depuis 2001, l’immigration vers la Suède a augmenté et la composition de la population non autochtone a changé. L’étude actuelle a été lancée contre cette d’origine, dans le but de mettre à jour et d’améliorer la base de connaissances sur la délinquance parmi les personnes d’origine autochtone et non autochtone. »

Le rapport indiquait :

« Le risque d’être enregistré en tant que délinquant est le plus élevé chez les personnes nées en Suède de deux parents non autochtones, suivies par les personnes nées à l’étranger… Le risque d’être enregistré en tant que suspect est 2,5 fois plus élevé chez les personnes nées à l’étranger que c’est parmi les personnes nées en Suède de deux parents nés dans le pays. Pour les personnes nées en Suède de deux parents non autochtones, le risque est un peu plus de 3 fois plus élevé. »

La Suède a le plus grand nombre de fusillades mortelles par million d’habitants en Europe selon une étude comparative des fusillades en Europe par Brå publiée en mai. La Suède est d’ailleurs le seul pays d’Europe où les fusillades mortelles ont augmenté depuis l’année 2005. En 2020 , 47 personnes ont été tuées et 117 blessées en 366 fusillades. Pour l’ année 2021 jusqu’en novembre, 42 personnes avaient déjà été tuées et il y avait eu 290 fusillades. Selon Brå :

« Le niveau d’homicides par arme à feu en Suède est très élevé par rapport aux autres pays européens, à environ 4 décès par million d’habitants par an. La moyenne pour l’Europe est d’environ 1,6 décès par million d’habitants. Aucun des autres pays inclus dans l’étude n’a ont connu des augmentations comparables à celles observées en Suède. Au lieu de cela, des baisses continues ont été observées à la fois dans les taux d’homicides totaux et les taux d’homicides par arme à feu dans la majorité de ces pays. »

En 2019, la police a estimé que le problème persisterait pendant des années.

« Nous pensons que cela [des fusillades et des violences extrêmes] pourrait continuer pendant cinq à dix ans dans les zones particulièrement vulnérables », a déclaré le commissaire de la police nationale Anders Thornberg en 2019. « Les drogues sont établies dans la société et les gens ordinaires les achètent. Il existe un marché. que les gangs continueront à se battre ».

« La recherche montre », selon le rapport de Brå, « que l’augmentation de la violence mortelle par arme à feu en Suède est fortement associée aux environnements criminels dans les zones vulnérables ».

La police suédoise a tiré la même conclusion : « Les zones vulnérables sont un foyer de crime organisé », écrivait récemment la police suédoise . « Les criminels dans les zones vulnérables sont des exportateurs de crime vers d’autres parties du pays ».

La police suédoise définit les « zones vulnérables » comme « des zones géographiquement limitées qui se caractérisent par un faible statut socio-économique et où les criminels ont un impact sur la communauté locale ».

Selon le dernier rapport sur les zones vulnérables, publié le 3 décembre par la police suédoise, il existe 61 de ces enclaves.


Selon la police suédoise, certaines de ces zones sont classées dans la catégorie « zones particulièrement vulnérables », qui présentent des niveaux de problèmes encore plus élevés.

Celles-ci se caractérisent par des « menaces et actes de violence systématiques », en particulier contre les témoins de crimes, des conditions de travail presque impossibles pour la police et « des structures sociétales parallèles, l’extrémisme, comme des violations systématiques de la liberté religieuse ou une forte influence fondamentaliste qui restreint les droits de l’homme et libertés, les personnes voyageant pour participer au combat dans les zones de conflit, [et] une forte concentration de criminels.

En Suède, qui compte environ 10 millions d’habitants, 556 000 personnes vivent dans les 61 zones vulnérables, soit 5,4 % de la population suédoise, selon le rapport « Facts for change – un rapport sur les 61 zones vulnérables de la Suède ».

Trois habitants sur quatre des quartiers vulnérables sont d’origine étrangère ; les pays de naissance les plus courants sont la Syrie, la Turquie, la Somalie, la Pologne et l’Irak. Selon le rapport, le nombre d’habitants d’origine étrangère vivant dans une zone vulnérable varie. Dans cinq des zones vulnérables du pays, la proportion de résidents d’origine étrangère est de 90 % ou plus : Rosengård à Malmö, Hovsjö à Södertälje, Fittja à Botkyrka, Rinkeby/Tensta à Stockholm et Hjällbo à Göteborg. Il y a environ 2,5 millions de personnes en Suède d’origine étrangère ; 16,2% d’entre eux, selon le rapport. vivent dans des zones vulnérables. Dans un récent communiqué de presse, la police suédoise a écrit :

« La principale raison sous-jacente du développement des fusillades et des explosions est la situation qui prévaut dans les zones vulnérables, où les résidents se sentent menacés par des criminels, où il y a un trafic de drogue ouvert et où les criminels ont créé à certains endroits des structures sociales parallèles. »

La nouvelle Première ministre suédoise a annoncé qu’elle était enfin prête à imposer des sanctions plus sévères pour dissuader les gangs.

« Des peines encore plus sévères seront imposées pour les infractions liées aux gangs », a annoncé Anderson dans sa première déclaration sur la politique du gouvernement le 30 novembre.

« Il ne devrait pas être possible de menacer les témoins de se taire ; au contraire, ils devraient recevoir le soutien dont ils ont besoin pour accomplir leur devoir en toute sécurité. Il sera plus facile de détenir des personnes soupçonnées d’infractions graves … Toute personne qui commet des infractions multiples doit être punie. plus sévèrement. Les peines réduites pour les jeunes de 18 à 20 ans qui commettent des infractions graves seront abolies. Les peines devraient mieux refléter la gravité des infractions, même lorsque les auteurs sont jeunes.

Les peines réduites pour les jeunes ont été un obstacle majeur à la résolution de ces problèmes, car les jeunes sont parmi les principaux moteurs de la violence des gangs, qui inclut désormais même les enfants.

Dans six des sept régions policières, les gangs utilisent des enfants de 12 ans dans la conduite de leurs activités criminelles, y compris la vente de drogue et le transport d’armes.

Dans les villes de Stockholm et de Göteborg, la police aurait déclaré que des centaines d’enfants sont impliqués dans des actes criminels pour des gangs.

Selon les chefs du renseignement suédois, le recrutement d’enfants a augmenté ces dernières années et, selon certains experts, les gangs criminels recrutent désormais des enfants aussi jeunes que huit ans.


En août, la police a arrêté trois adolescents, âgés d’environ 15 ans, pour avoir tiré et blessé grièvement deux hommes et une femme de 60 ans – qui se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment – ​​dans la ville de Kristianstad.

« Malheureusement, c’est devenu une routine », a déclaré une femme qui travaille dans la région . « S’il y a eu des fusillades pendant la nuit, il y en a généralement plus le lendemain… On a peur de gêner. »

Judith Bergman, chroniqueuse, avocate et analyste politique, est Distinguished Senior Fellow au Gatestone Institute.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021