Politique

La Saskatchewan emboîte le pas à l’Alberta pour se libérer des griffes de Trudeau

Le Canada bouge et c'est de plus en plus chaud pour Trudeau !

La Saskatchewan fait enfin un pas en avant vers son autonomie provinciale en mettant en œuvre la « Saskatchewan First Act ». Trudeau a maintenant une autre raison de pleurer dans son coin.

L’Alberta d’abord, puis la Saskatchewan ont donné à Trudeau un compte-gouttes en libérant l’autonomie des provinces des griffes de Trudeau.

La Saskatchewan First Act , qui, selon l’administration provinciale, confirmera l’autonomie et l’autorité de la province sur ses ressources naturelles, a été déposée mardi. L’administration provinciale a déclaré la semaine dernière que la mesure sera son acte d’ouverture de la séance d’automne.

La loi «affirme sa compétence législative exclusive en vertu de la Constitution du Canada, et en particulier des matières énumérées aux articles 92 et 92A de la Loi constitutionnelle de 1867».

Selon la loi, la Saskatchewan a autorité sur (1) l’exploration des ressources non renouvelables, (2) le développement, la conservation et la gestion des ressources naturelles et forestières non renouvelables, (3) l’exploitation des sites et des installations de génération et de production d’électricité , (4) la réglementation de toutes les industries et entreprises de compétence provinciale, (4) la réglementation de l’utilisation des engrais.

La loi stipule que la province a compétence sur le contrôle des normes environnementales, des émissions de gaz à effet de serre et d’autres émissions dans chacune des situations susmentionnées.

La deuxième partie de la Saskatchewan First Act modifierait la Saskatchewan Act pour inclure :

  • La Saskatchewan jouit d’une autonomie dans les matières relevant de sa compétence législative exclusive, conformément à la Loi constitutionnelle de 1867.
  • La Saskatchewan dépend de l’agriculture, du développement des ressources non renouvelables, de la foresterie et de la génération et de la production d’énergie électrique.
  • La production de ce qui précède est «essentielle au bien-être et à la prospérité de la Saskatchewan et de ses habitants».
  • La nouvelle loi stipule que ces articles seront également ajoutés à la Loi constitutionnelle de 1867.

Les provinces des Prairies se heurtent à la dictature de Trudeau et veulent tracer des frontières entre la compétence fédérale et provinciale.

La nouvelle première ministre assermentée de l’Alberta, Danielle Smith, a pris les choses en main et a voulu libérer sa province de l’idéalisme libéral autoritaire, mais il semble maintenant que d’autres aient emboîté le pas. La Saskatchewan est également venue avec une « première loi de la Saskatchewan » pour sauvegarder sa souveraineté.

Lire aussi :

Danielle Smith prépare « le convoi de l’Alberta » un FREEDOM CONVOY 2.0 criant « Trudeau must go »

Avant de se lancer dans la course pour devenir la prochaine première ministre de la province, Danielle a assuré à la province qu’elle accueillerait également favorablement une loi sur la souveraineté de l’Alberta, ou « loi contentieuse ». Et maintenant, elle est prête à détacher toutes les ficelles des politiques fédérales.

Smith a demandé à son cabinet d’adopter une position ferme et de rejeter tout accord imposant des conditions onéreuses à la réception de fonds fédéraux. Elle était centrée sur le mépris du gouvernement fédéral, exhortant les ministres à défendre les intérêts de l’Alberta en ce qui concerne les fonds et les politiques fédéraux.

Comme si cela ne suffisait pas à irriter les nerfs des fédéraux, la province de la Saskatchewan leur donne un double coup dur. Mitch McAdam, directeur de la branche du droit constitutionnel de la province, a déclaré qu’il pense que les modifications introduites aideront la province à faire valoir des cas de compétence avec le gouvernement fédéral devant les tribunaux si cela arrive.

« Il n’y a rien dans les amendements qui dit que la province peut ignorer les lois fédérales ou que la loi fédérale ne s’appliquera plus en Saskatchewan. Ce que fait la loi, c’est qu’elle reconnaît que c’est le rôle des tribunaux, et les tribunaux sont les arbitres ultimes de la ligne de démarcation entre la compétence fédérale et provinciale », a déclaré McAdam.

Les Prairies reconnaissent depuis longtemps les répercussions économiques négatives que les politiques fédérales ont sur la province. Les premiers ministres conservateurs veulent promouvoir les intérêts du peuple maintenant. Ils veulent tirer les ficelles des décisions illogiques que Justin Trudeau impose aux provinces qui ont porté un coup sévère à leur économie.

Les provinces ont la capacité d’étendre leurs industries de production extrêmement durables sur terre, mais les politiques environnementales irrationnelles ne permettront jamais que cela se produise. Il est maintenant temps pour eux de libérer leurs ressources naturelles des griffes d’Ottawa.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.