La promotion australienne du vaccin se termine par la mort du doyen d’une tribu aborigène - 1 Scandal
Information

La promotion australienne du vaccin se termine par la mort du doyen d’une tribu aborigène


Les médias australiens ont abandonné la promotion du vaccin impliquant un bénéficiaire issu d’une minorité ethnique après le décès de l’homme.

Un ancien de 65 ans de la tribu aborigène australienne Wakkawakka, dans l’État du Queensland, est mort après avoir reçu une deuxième injection d’ARNm. L’ancien de la tribu, Bevan Costello, avait été persuadé par l’Australian Broadcasting Corporation (ABC) de promouvoir le vaccin dans sa communauté – en le prenant lui-même.

Costello, originaire de Cherbourg, est mort six jours après avoir reçu la deuxième injection expérimentale anti-Covid, persuadé d’avoir fait ce qu’il fallait pour son peuple.

L’ABC et les responsables de la santé du gouvernement avaient convaincu Costello de convaincre les Aborigènes hésitants à se faire vacciner.

ABC a annoncé qu’il l’avait fait « pour se protéger et protéger sa communauté », répétant ainsi le discours habituel du gouvernement sur les vaccins.


Dans l’interview télévisée, Costello a raconté comment il était devenu « plus confiant » parce qu’il était complètement vacciné. Il a expliqué qu’il était diabétique et que le vaccin le protégerait contre le virus Covid-19. Selon ABC, les habitants de Cherbourg ont un taux de vaccination particulièrement bas, avec seulement 4,6 % de personnes complètement vaccinées au 9 septembre. Les responsables ont mis en cause les « mythes sur les vaccins ».

Les autorités du Queensland ont également accusé les non-vaccinés de prolonger les confinements et les décès liés au Covid.

La colonie aborigène de Cherbourg, ville rurale située au nord-ouest de Brisbane et abritant la troisième plus grande communauté aborigène du Queensland, compte une population de 1269 personnes, dont 99 % s’identifient comme des Australiens indigènes.

Connu sous le nom d’ »Oncle Bevan » dans sa communauté, il a reçu sa deuxième injection d’ARNm de Pfizer vers le 9 septembre dans un poste de vaccination pop-up local, selon ABC. Il a expliqué aux journalistes que nombre de ses congénères de la tribu Wakkawakka avaient trop peur de se faire vacciner en raison d’une « mauvaise compréhension de l’information, principalement sur les médias sociaux ». Les responsables ont même accusé la tribu Wakkawakka de laisser « beaucoup de fausses informations circuler ».


Mais il semble que l’ancien de la tribu ait mal interprété les intentions des médias et du gouvernement australien, qui souhaitaient qu’il fasse la promotion d’un vaccin expérimental et, dans son cas, mortel. ABC a rapidement abandonné le clip promotionnel mettant en scène le leader aborigène après que celui-ci soit décédé des suites de l’injection.

Les médias ont peu de détails sur le décès d’Oncle Bevan. La page Facebook du Cherbourg Aboriginal Shire Council a publié deux annonces de son décès à six heures d’intervalle, les 14 et 15 septembre. La première annonçait son « décès soudain » tandis que la seconde le décrivait comme une « mort subite ».


Pendant ce temps, le responsable de l’Association médicale australienne du Queensland a menacé les non-vaccinés d’amendes, d’accusations de fraude et d’apartheid. « La vie sera misérable sans être vacciné. Vous ne pourrez pas vous cacher », a averti le Dr Chris Perry. Sur Channel 9 en Australie, il a traité de « fous » ceux qui avaient décidé de ne pas se faire vacciner.

Même ceux qui bénéficient d’une exemption de l’obligation de se faire vacciner rencontreront des difficultés, car ils « ne pourront pas obtenir la signature d’un médecin », a déclaré le docteur Perry. L’obligation de se faire vacciner a été étendue dans l’État à l’ensemble du personnel de santé privé. Les personnes concernées ont jusqu’au 15 décembre pour se faire vacciner deux fois et présenter des preuves afin de pouvoir continuer à travailler.

« Vous ne pourrez aller nulle part pour vous divertir », a ajouté M. Perry, soulignant que seules les personnes entièrement vaccinées seraient autorisées « à entrer dans la plupart des lieux ». À ceux qui n’ont pas de certificat, il a dit : « Vous aurez une vie très, très solitaire ».

Dans l’État de Victoria, des milliers d’Australiens sont descendus dans les rues de Melbourne pour protester à la fois contre le mandat de vaccination et contre un projet de loi qui donnerait au Premier ministre de l’État de Victoria, Daniel Andrews, des pouvoirs accrus pour déclarer une pandémie et imposer davantage de confinements.

Un grand nombre de manifestants, dont des enfants et des personnes âgées, ont brandi des drapeaux australiens et défilé dans le quartier central des affaires de Melbourne samedi, exigeant la destitution de leur Premier ministre.

Craig Kelly, député du Parti de l’Australie unie pour la circonscription de Hughes (Nouvelle-Galles du Sud), a assisté à la manifestation et a commenté sur les médias sociaux que la manifestation était « contre la tyrannie », « contre les dictateurs » et « contre les abuseurs des droits de l’homme ».


Traduction de Free West Media par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021