La production du pavot en Afghanistan rapporte des milliards de dollars à l'État Profond - 1 Scandal
A ne pas manquer Politique

La production du pavot en Afghanistan rapporte des milliards de dollars à l’État Profond


Comme nous venons de l’apprendre, Biden ne met pas fin à la guerre en Afghanistan, il la privatise. En effet, l’Afghanistan est la source de plus de 90% de l’offre mondiale d’opium et de plus de 95% de l’offre européenne d’opium, depuis 2001. Les “BIG et leurs cartels” ne prévoient pas de laisser tomber cette manne financière…

Un peu d’histoire :

Les événements prévus du 11 septembre 2001 ont déclenché une série d’occupation militaire américaine de pays musulmans qui n’avaient rien à voir avec une justice exigeante.

Envahir d’autres nations est un événement planifié. En décembre 2001, 2 500 forces armées américaines avaient envahi l’Afghanistan, passant à +100 000 soldats en 2011. En mars 2003, 43 pays de l’OTAN (51 pays en 2006) s’étaient joints à l’occupation de l’Afghanistan. En mars 2003, les forces armées américaines ont envahi l’Irak au total 177 194.

Deux pays séparés, deux missions militaires différentes. En Irak, l’objectif des États-Unis était d’effondrer immédiatement le gouvernement irakien et de le remplacer par un gouvernement plus facile à gérer. En Afghanistan, l’objectif à long terme des États-Unis était de s’emparer des zones de production d’opium du pays et d’empêcher les forces taliban de détruire les récoltes d’opium.


En 2007, le Pentagone a changé la désignation de «guerre contre le terrorisme» pour l’occupation des pays du Moyen-Orient identifiés comme hostiles, pour la désignation de «longue guerre», signalant le redémarrage d’une guerre froide mondiale.

Occupation de l’OTAN et production d’opium

Depuis l’occupation militaire américaine de l’Afghanistan en 2001, suivie de l’occupation de l’OTAN en 2003, la production d’opium a augmenté de façon exponentielle. Les zones sous contrôle taliban n’avaient aucune production en 2001 (Global Research, 17 octobre 2018).

Source: Rapport 2017 de l’enquête sur l’opium en Afghanistan

L’Afghanistan est divisé en six régions composées de provinces administratives: Nord-Est (Kundaz, Takhar, Badakhshan), Est (Nuristan, Kunar, Kapisa, Laghman, Nangarhar), Central (Panjshin, Parwan, Wardak, Ghazni, Paktika, Khost, Paktya , Logar, Kaboul), Nord (Balkh, Jawzjan, Faryab, Samangan, Sari Pul, Bamyan, Baghlan), Ouest (Ghor, Hirat, Farah, Nimroz, Badghis) et Sud (Hilmand, Kandahar, Zabul, Uruzgan, Day Kundi ). La capitale, Kaboul, est située dans la province de Kaboul dans la région de l’Est.

Le pourcentage le plus élevé de culture du pavot à opium récolté se situe dans les provinces occidentales de Ghor, Hirat, Farah, Nimroz et Badghis. De plus, des cultures élevées de pavot à opium ont eu lieu dans les provinces méridionales de Hilmand, Kandahar, Zabul, Uruzgan et Day Kundi.


L’augmentation de la production résulte principalement d’une augmentation de la superficie consacrée à la culture du pavot à opium. Ces zones de culture du pavot à opium sont contrôlées par les forces militaires des États-Unis et de l’OTAN.

Provinces afghanes à production nulle entre 2016-2017: provinces du nord-est de Kundaz, Takhar. Les provinces centrales de Panjshin, Parwan, Wardak, Logar, Paktika, Paktya et Khost. Et la province nord de Bamyan.

Géographiquement, l’Afghanistan est divisé entre les climats, avec le meilleur climat pour la production de pavot à opium dans les provinces de l’Ouest et du Sud. Les provinces occidentales (Ghor, Hirat, Farah, Nimroz et Badghis) ont un climat méditerranéen chaud (Csa), un climat semi-aride chaud (BSh) et un climat désertique chaud (BWh), et le climat des provinces du sud (Hilmand, Kandahar, Zabul, Uruzgan et Day Kundi) sont séparés entre le climat désertique chaud (BWh), le climat méditerranéen chaud (Csa) et le climat désertique froid (BWk).

L’augmentation de la production résulte principalement d’une augmentation de la superficie consacrée à la culture du pavot à opium.

«En 2002, les agriculteurs ont profité du vide de puissance suite à l’invasion américaine et sont revenus à la plantation de pavot comme culture de rente. Selon le rapport de l’ONU sur la production d’opium de 2002, la culture du pavot est tombée à environ 8 000 hectares en 2001, puis est passée à environ 74 000 hectares après la chute des talibans »(Rawlings, 2013).

La différence entre une production accrue de pavot à opium et une production nulle de pavot à opium entre les provinces tient à la présence des forces de l’OTAN et à la présence des forces taliban. L’Islam interdit la consommation de drogue et les talibans sont des prohibitionnistes stricts de la production de pavot, détruisant les cultures là où se trouvent les talibans, ce qui n’entraîne aucune production d’opium.

Les forces de l’OTAN s’emploient à empêcher les talibans de détruire les cultures d’opium, ce qui entraîne une production élevée d’opium:

«Les États-Unis ont envahi l’Afghanistan en grande partie pour restaurer l’industrie de l’héroïne et ils gagnent maintenant environ 1,5 billion de dollars chaque année grâce à cette activité» (Press TV, 2017).

«Le commerce de l’héroïne ne« remplit pas les caisses des talibans »comme le prétendent le gouvernement américain et la communauté internationale: bien au contraire! Le produit de ce commerce illégal est la source de la formation de richesse, largement récoltée par de puissants intérêts commerciaux / criminels dans les pays occidentaux. … La prise de décision au Département d’État américain, à la CIA et au Pentagone est essentielle pour soutenir ce commerce hautement rentable de plusieurs milliards de dollars, troisième en valeur des produits de base après le pétrole et le commerce des armes »(Chossudovsky, 2005).

Carte de la base de l’OTAN. Source: OTAN

Les forces de l’OTAN situées dans des zones de production nulle d’opium ne s’engagent pas avec les forces taliban (Global Research, 2018).

L’Italie, par exemple, est connue pour payer les talibans pour ne pas attaquer les patrouilles italiennes de l’OTAN (Ingram, 2009). En outre, plusieurs pays de l’OTAN alternent entre les provinces, de sorte qu’une année, une province peut avoir une certaine production d’opium sous le drapeau d’un pays de l’OTAN, puis l’année suivante, la production d’opium tombe à zéro sous le drapeau du prochain pays de l’OTAN qui tourne en (Press TV , 2017).

Le processus s’appelle «Push down pop up»; alors qu’un pays de l’OTAN et les forces gouvernementales provinciales tentent de supprimer la production de pavot à opium dans une zone, la faiblesse de la sécurité frontalière dans d’autres provinces crée une opportunité pour la production de pavot à opium d’augmenter dans les zones moins surveillées par l’OTAN (Redmond, novembre 2011).

Une baisse et une production nulle de pavot à opium apparaissent également dans les régions où le gouvernement afghan a confiance en la population locale, où le gouvernement incite les agriculteurs à éradiquer leur récolte d’opium ou à ne pas en produire du tout (Asia Foundation, 2017).

Pour reconstruire l’Afghanistan, soixante pour cent de l’aide aux «projets» est financée par des organisations non gouvernementales (ONG) privées.

Ces organisations sont constituées de sous-traitants privés travaillant à l’agenda des donateurs. (Source: Plan de transition USAID / Afghanistan, 2015-2018). L’économie de l’Afghanistan repose sur plusieurs industries clés: les ONG, la drogue et l’agriculture (FAO, 2012-2015). De plus, «depuis 2001, les États-Unis ont dépensé environ 8,6 milliards de dollars pour lutter contre les stupéfiants en Afghanistan» (The Guardian, 2018).


Source: ONUDC, 2016

Les zones de production accrue de pavot à opium semblent se situer dans les provinces du nord, de l’ouest et du sud de l’Afghanistan, où le climat est méditerranéen chaud (Csa), semi-aride chaud (BSh) et désert chaud (BWh). La région de l’Est a connu une légère augmentation de la production d’opium, car les Taliban se sont détournés de l’éradication du pavot à opium pour la contrebande de minéraux de talc, de chromite et de marbre à travers la frontière vers le Pakistan pour financer leurs opérations. La sécurité aux frontières autour de l’Afghanistan est poreuse, ce qui permet de faire entrer et sortir clandestinement des choses dans le pays (Ghosh, 2018).

À qui profite le commerce de l’opium?

Réponse: Tous ceux qui investissent dans le commerce de l’opium en Afghanistan.

Le rapport mondial sur les drogues de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (2017) indique la valeur marchande de l’héroïne aux États-Unis d’Amérique à 200 dollars par gramme: 189 000 grammes X 200 dollars = 37 800 000 dollars par baril de 50 gallons.

La valeur de la production d’opium en 2017 se situait entre 4,1 et 6,6 milliards de dollars, soit 20 et 32 % du produit intérieur brut (PIB), et a fourni jusqu’à 354 000 emplois à temps plein aux zones rurales pour le désherbage et la récolte du pavot à opium. D’autres pays bénéficient également du commerce de la drogue (UNODC, 2017).

Culture de l’opium en Afghanistan, 2011. Source Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, 2011

Des zones de production réduite de pavot à opium apparaissent dans les régions du centre (hauts plateaux du centre) et du nord-est (Hindu-Kush) de l’Afghanistan, où l’altitude dépasse 10 000 pieds au-dessus du niveau de la mer. Les régions du nord-est et du nord semblent avoir les pires terres agricoles en raison des régions de haute montagne, tandis que le reste du pays semble être propice à l’agriculture:

«L’hiver peut être très rude, en particulier dans les régions de montagne. Certaines zones sont isolées de la première chute de neige de l’automne jusqu’à ce que le dégel printanier ait de nouveau fait fondre la neige. Dans les cas les plus graves, cela peut signifier jusqu’à six mois par an et au-delà »(Norwegian Afghanistan Committee, 2018).

L’ONUDC rapporte plusieurs raisons pour lesquelles les agriculteurs islamiques en Afghanistan produisent des pavots à opium. L’une des raisons est le manque d ‘«éradication dirigée par le gouverneur» (ONUDC, 2017, p. 27). D’autres raisons sont la politique islamique et les opportunités économiques:

«L’opium est autorisé car il est consommé par les kafirs (infidèles) en Occident et non par les Afghans.»

Exposant la compréhension des dirigeants talibans de la politique de l’économie de la drogue, Rashid a ajouté: «Nous ne pouvons pas pousser les gens à cultiver du blé car il y aurait un soulèvement contre les talibans si nous les forcions à arrêter la culture du pavot. Nous cultivons donc de l’opium et obtenons notre blé du Pakistan »(Redmond, 2011).

Où va l’opium?

La sécurité aux frontières autour de l’Afghanistan est poreuse, ce qui permet de faire passer de l’opium hors du pays. Les talibans autorisent la vente de pavot à opium d’Afghanistan au Pakistan, en percevant une taxe de 20 pour cent lorsque:

“La valeur de la production d’opium en 2017 représentait entre 4,1 et 6,6 milliards de dollars EU, soit 20 à 32% du produit intérieur brut (PIB), et fournissait jusqu’à 354 000 emplois à plein temps aux zones rurales pour le désherbage et la récolte du pavot à opium” (ONUDC, 2017). Ajoutez à cela les 8,6 milliards de dollars que les États-Unis consacrent aux efforts de lutte contre les stupéfiants en Afghanistan (The Guardian, 2018).

L’opium sort d’Afghanistan. Source ONUDC, 2008

L’opium et l’héroïne sont ingérés et transportés à l’intérieur de réfugiés rémunérés (hommes, femmes et enfants) appelés Packers.

La route des Balkans est la principale voie de trafic pour le trafic mondial d’opiacés.

Route de l’opium des Balkans. Source: ONUDC, 2008

Une autre route est la route de l’Oppistan.

Route «Oppistan». Source: Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, 2016

Alors qu’un autre est les vols diplomatiques. Ces vols, entrant et sortant des zones de guerre, bénéficient de l’immunité diplomatique et ne peuvent être recherchés pour la contrebande: drogues, armes ou personnes.

Le gouvernement des États-Unis occupe l’Afghanistan parce qu’il estime que la production de pavot à opium dans ce pays «menace considérablement les États-Unis» (Thomas, 2009).

Résultats de la longue guerre

Augmentation des décès par surdose de drogue aux États-Unis.

Source: Centre national des statistiques sanitaires

L’héroïne et les opioïdes synthétiques ayant un impact sur les États…

et les communautés plus proches de chez eux.


Source: CDC, Université de Chicago (NORC), USDA, 2017. The Staggering Numbers Behind America’s Opioid Epidemic, ZeroHedge.com, 17/10/2018.

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021