La présidence Biden: un danger majeur pour la civilisation occidentale - Scandal
Politique

La présidence Biden: un danger majeur pour la civilisation occidentale


Le spectacle donné par Joe Biden lors de son simulacre de conférence de presse était sordide et lamentable. On n’avait jamais rien vu de tel de la part d’un Président des Etats-Unis.

Bien que toutes les questions aient été connues à l’avance par l’équipe Biden, et que les réponses aient été écrites sur des fiches que Joe Biden devait se contenter de lire, Joe Biden a perdu le fil de la réponse qu’il devait donner à de nombreuses reprises, et bien qu’il n’ait eu à donner la parole pour qu’il dise les questions connues à l’avance qu’à huit journalistes, il a eu besoin des photos accompagnées du nom des journalistes pour savoir à qui il devait donner la parole. Et il savait, bien sûr, dans quel ordre il devait donner la parole aux huit journalistes en question (il y en avait dix dans la salle, dont deux juste là pour être figurants) : leurs noms étaient numérotés de 1 à 8 au marqueur noir.

Ceux qui ont placé Biden en position de candidat à la présidence sont des gens crapuleux qui n’ont cessé de savoir que Joe Biden était totalement sénile et qu’ils l’utilisaient comme un pantin dont ils tireraient les fils.

Ils continuent à l’utiliser comme un pantin et ils tirent les fils. Ils bénéficient de la complicité de l’épouse de Joe Biden, qui est incontestablement très heureuse d’être à la Maison Blanche et montre qu’elle n’a pas plus de scrupules que les gens crapuleux en question. Ils bénéficient de l’acceptation de Joe Biden qui, dans ses rares moments de lucidité, sait qu’il est à la Maison Blanche et qu’il joue le rôle de Président, seulement le rôle. Ils bénéficient aussi de la complicité de l’essentiel des journalistes américains qui montrent à quel point ils sont crapuleux eux-mêmes et qui se comportent, sans honte, en propagandistes serviles.

Toutes les questions auraient pu être écrites par ceux qui tirent, dans l’ombre, les fils du pantin Biden: elles contenaient les réponses qui leur étaient apportées et reprenaient les éléments de propagande mensongère diffusés par ceux qui exercent le pouvoir réel.


La plupart des journalistes du reste du monde font comme s’ils ne savaient pas que Joe Biden est totalement sénile, et que tout cela relève de l’imposture, et c’est consternant.

C’est un moment effroyable pour les Etats-Unis. Le pouvoir exécutif est aux mains d’on ne sait qui (même si on s’en doute), le pouvoir législatif fait voter des lois destructrices et délirantes sorties de cauchemars gauchistes, et est lui-même aux mains de fanatiques qui révèlent sans aucun scrupule leur vrai visage (écouter Nancy Pelosi parler en ce moment ne peut que susciter l’horreur), le pouvoir législatif est aux mains d’une Cour Suprême qui a renoncé à veiller sur la Constitution.

Le FBI se comporte depuis le 20 janvier comme le KGB se comportait en Union Soviétique: des criminels ne sont pas poursuivis, des innocents le sont, férocement. Il suffit d’avoir été photographié le 6 janvier à Washington, DC, pour se trouver arrêté au petit matin par des hommes en armes accompagnés parfois de véhicules blindés.

Les médias, à quelques exceptions près (Fox News le soir, Newsmax et OANN toute la journée, des programmes de talk radio, des webmagazines et trois quotidiens, le New York Post, le Washington Times et The Epoch Times) sont au service du parti au pouvoir, qui n’est plus du tout un parti démocratique, et a des allures de mafia.

Une large partie de la population américaine semble ne pas voir que les institutions du pays sont piétinées et que le pays en est là parce que le piétinement des institutions a commencé il y a bien des années, s’est accentué sous Obama, s’est accéléré pendant les années Trump, et a permis le vol de l’élection du 3 novembre, et l’absence ultérieure de toute possibilité que la justice passe et sanctionne les fraudes.


C’est un moment effroyable pour le monde. La Chine a pu, avec la complicité du parti démocrate, faire déferler sur le monde une guerre biologique par le coronavirus de Wuhan, l’accompagner d’une guerre psychologique déclenchée par l’OMS sous tutelle chinoise, utiliser guerre biologique et guerre psychologique pour contribuer à faire tomber Trump, utiliser aussi Antifa et Black Lives Matter, (qui ont bénéficié de ses financements), se doter de la complicité de dirigeants de multinationales américaines voulant travailler en Chine et voulant la mise en place d’une nomenklatura mondiale.

Et la Chine ne cache plus du tous ses ambitions d’hégémonie mondiale, son mépris pour l’Occident et sa certitude que les Etats-Unis ne se relèveront pas (ils savent que l’Europe est déjà morte et ils n’en parlent même pas).

La Russie de Poutine se rapproche de la Chine, la Turquie aussi.


L’Iran des mollahs qui dispose vraisemblablement déjà de l’arme atomique (j’y reviendrai), a des liens de plus en plus étroits avec la Chine. Celle-ci mène la guerre définie dans un livre de 1999 appelé en anglais Unrestricted Warfare, la guerre sans restriction, écrit par deux colonels de l’armée chinoise, Qiao Liang et Wang Xiangsui.

Xi Jinping parle ouvertement d’hégémonie planétaire chinoise, de déchéance de l’Occident, montre son mépris pour la démocratie qui, c’est un fait, apparait très malade quasiment partout où elle est censée encore exister. La façon chinoise de faire la guerre n’implique pas de bataille militaire frontale, mais l’action pour l’effondrement de ses ennemis, et le passage à la soumission de ceux-ci. Les Etats Unis sont très infiltrés, à tous les niveaux.

J’ai décrit plusieurs fois dans des articles écrits en anglais la façon dont une gauche extrême totalitaire a mené un travail de sape, a pris en main peu à peu les institutions américaines et mené, depuis les années 1960, une “longue marche”. Le résultat est là. La longue marche s’est emparée de l’éducation, puis de la culture, puis des médias, puis du parti démocrate. Elle a recruté les milliardaires par le biais du capitalisme de connivence, et une part des républicains par la corruption.

Je veux encore espérer qu’une contre-attaque se trouvera menée, et Donald Trump s’efforce de la préparer, des actions sont en cours pour mettre au jour les fraudes massives survenues le 3 novembre.

Si les élections de mi-mandat, en novembre 2022, ne permettent pas à des républicains de combat de remporter les deux chambres du Congrès, les lumières de l’Occident s’éteindront, et la nuit viendra pour la liberté.

Pour l’heure, la nuit qui vient à l’apparence délabrée d’un vieillard chancelant, sénile, corrompu (quand Kamala le remplacera, ce ne sera pas mieux), et l’absence de visage de ceux qui l’actionnent sans se montrer.

La présidence Biden est un danger majeur pour la survie de la civilisation occidentale, et ceux qui aux Etats-Unis et en Europe s’en font complices sont en réalité complices d’un crime bien plus immense.


PAR GUY MILLIÈRE LE 29 MARS 2021


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021