Politique

La position héroïque de la Lituanie contre la Chine


La Lituanie est un petit pays balte de 2,8 millions d’habitants et d’une superficie de 65 300 kilomètres carrés. Comparez cela aux 1,4 milliard d’habitants et aux 9,6 millions de kilomètres carrés de la Chine.

Pourtant, ces derniers mois, la Lituanie a pris une série de mesures à l’encontre du Parti communiste chinois qui auraient parfois fait peur à de grandes nations comme les États-Unis, le Japon, l’Allemagne et la France.

Apparemment précipitée par la reconnaissance du génocide dans la région chinoise du Xinjiang, la Lituanie a bloqué les investissements chinois, ouvert un bureau commercial à Taïwan et, plus récemment, le 22 mai, s’est retirée d’un forum dirigé par Pékin pour la coopération économique en Europe centrale et orientale.

Les actions de la Lituanie sont révélatrices de la dégradation des relations entre l’Union européenne, dont elle est membre, et la Chine. L’Agence France-Presse rapporte que les actions de la Lituanie suscitent la colère de Pékin.

Des personnes prennent part à une manifestation en chaîne humaine en soutien à la Voie de Hong Kong, une recréation d’une manifestation pro-démocratie “Voie balte” contre le régime soviétique il y a trois décennies, à Vilnius, en Lituanie, le 23 août 2019. (Petras Malukas/AFP via Getty Images)

Samedi, la Lituanie a mis fin à ses relations avec le forum 17+1 de la Chine pour la coopération avec les États d’Europe centrale et orientale. Le forum est désormais 16+1, et comprend 11 pays de l’UE (Bulgarie, Croatie, République tchèque, Estonie, Grèce, Hongrie, Lettonie, Pologne, Roumanie, Slovaquie et Slovénie) ainsi que l’Albanie, la Macédoine du Nord, le Monténégro, la Serbie et la Bosnie-Herzégovine. Ces deux dernières sont considérées comme un seul pays.


Dans un effort apparent de division et de conquête, et pour accroître son influence, Pékin fournit aux cinq derniers pays de nombreux vaccins et masques gratuits. Mais un prêt d’un milliard de dollars accordé au Monténégro pour la construction d’une route a tourné au vinaigre : la Chine a monopolisé l’argent au profit de sa propre société de construction, des allégations de pots-de-vin versés à des politiciens “voleurs”, des retards de remboursement, le blocage de la construction et la menace d’une prise de contrôle par la Chine d’actifs monténégrins clés, comme son principal port, que le pays aurait pu mettre en gage pour garantir le prêt.

Selon EuroNews, une telle prise de contrôle pourrait donner à la Chine un territoire “souverain” au Monténégro.

Compte tenu des circonstances de plus en plus envahissantes de l’expansion économique et de l’influence de la Chine dans le monde, la Lituanie a fait ce qu’il fallait.

“Il n’y a plus de 17+1, car à des fins pratiques, la Lituanie est exclue”, a déclaré Gabrielius Landsbergis, ministre lituanien des affaires étrangères, dans un courriel adressé à Politico.

L’UE, plus riche et plus démocratique, est évidemment le meilleur choix pour le pays.

“Le déploiement de la vaccination et la lutte contre les pandémies ne sont que quelques exemples récents de l’unité de l’UE-27 dans la solidarité et la détermination. L’unité des 27 est la clé du succès dans les relations de l’UE avec ses partenaires extérieurs. Les relations avec la Chine ne devraient pas faire exception”, a déclaré le ministre des affaires étrangères à Politico.

La Lituanie a qualifié l’organisation dirigée par Pékin de “diviseur” de l’unité de l’Union européenne. La Lituanie a exhorté les autres membres de l’UE à quitter le forum étant donné la détérioration des liens avec la Chine au sujet du travail forcé des Ouïghours et des sanctions prises à l’encontre de fonctionnaires européens.

Selon l’Agence France-Presse, M. Landsbergis a appelé les membres de l’UE à rechercher “une approche et une communication beaucoup plus efficaces à 27+1 avec la Chine.”

Le 20 mai, le parlement lituanien a reconnu le génocide et les crimes contre l’humanité commis par la Chine en tant que tels. Il a demandé une enquête, par les Nations unies, sur les camps de concentration ouïghours dans la région du Xinjiang en Chine, et a demandé à la Commission européenne de revoir ses relations avec Pékin.

Le même jour, le Parlement européen a gelé l’accord d’investissement UE-Chine, jusqu’à ce que la Chine lève les sanctions contre les membres du Parlement européen et les universitaires européens. Ce vote a été un coup dur pour Pékin, qui, par sa diplomatie du génocide et de la guerre des loups, ne cesse de s’aliéner ses principaux partenaires commerciaux dans le monde. Les deux votes ont probablement précipité l’annonce par le ministre des affaires étrangères d’une rupture avec le groupement 17+1 de Pékin. Cette rupture singulière indique toutefois une confusion persistante parmi les États membres de l’UE quant à la nécessité d’une distance politique et économique avec Pékin.

L’histoire de la résistance de la Lituanie contre la tyrannie

La Lituanie a une longue expérience des tentatives de maintien de son indépendance face à des régimes autoritaires étrangers, notamment les multiples partitions et occupations de son territoire aux 18e et 19e siècles par la Russie, la Prusse, la France, l’Allemagne et la Pologne. Cette profonde compréhension historique de l’impérialisme autoritaire explique probablement en partie le fait que la Lituanie s’oppose aux tentatives de Pékin d’exercer une influence sur l’Union européenne.

Les révoltes contre la domination russe sur la Lituanie au XIXe siècle ont conduit Moscou à tenter de russifier le pays, qui a perdu son code juridique, datant du XVIe siècle, en 1840. L’impérialisme culturel russe a stimulé la résistance nationaliste et culturelle lituanienne. Sous le joug russe, les Lituaniens ont continué à promouvoir leur culture et leur langue par le biais d’écoles informelles qui utilisaient des livres en langue lituanienne importés clandestinement d’Allemagne.



Des personnes forment une chaîne humaine sous la devise “La voie balte – c’est nous” de la tour Gediminas aux limites de la ville à Vilnius, en Lituanie, le 23 août 2019. Des séparatistes catalans aux militants pro-démocratie de Hong Kong, la chaîne humaine qui a aidé les États baltes à gagner leur indépendance de l’Union soviétique il y a trois décennies inspire toujours les défenseurs de la liberté dans le monde entier. (Petras Malukas /AFP/Getty Images)

Un congrès de 1905, qui a profité de la libéralisation pendant la révolution russe de 1905, a demandé la création d’une entité politique lituanienne autonome. Mais en 1915, l’armée allemande a occupé la Lituanie dans le but de créer un État satellite. L’État a été proclamé “indépendant” en février 1918, mais il est resté sous contrôle militaire allemand jusqu’à l’armistice de novembre 1918.

Au début de 1919, l’armée soviétique a occupé le pays, avant d’en être chassée par l’armée polonaise au milieu de 1919. Les Alliés occidentaux ont protégé un certain territoire pour la Lituanie, et deux ans plus tard, après quelques combats avec la Pologne, la Lituanie a rejoint la Société des Nations en tant qu’État souverain indépendant.

L’Armée rouge, alliée de l’Allemagne nazie, réoccupe la Lituanie en 1940 et absorbe le pays dans l’Union soviétique. 35 000 Lituaniens ont été déportés. L’Allemagne a attaqué les Soviétiques en 1941 et a de nouveau occupé la Lituanie. Environ 250 000 Lituaniens sont morts, dont la plupart étaient juifs.

En 1944, les Soviétiques réoccupent la Lituanie, qui se défend par la guérilla jusqu’au début des années 1950. Joseph Staline déporta environ 220 000 Lituaniens de 1947 à 1949 et imposa ses réformes culturelles au pays. La Lituanie a conservé un mouvement clandestin farouchement nationaliste, produisant plus de publications clandestines que toute autre république de l’Union soviétique.

La perestroïka et la glasnost (restructuration et ouverture) en Union soviétique ont créé les conditions d’une législature lituanienne indépendante qui a déclaré son indépendance en 1990. En 2004, après une décennie de travail, la Lituanie est devenue membre de l’UE et de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

La Lituanie et la Chine aujourd’hui

La population lituanienne actuelle n’est pas particulièrement anti-chinoise. Une enquête Pew de 2019 a révélé que seuls 33 % des Lituaniens avaient une opinion défavorable de la Chine, tandis que 45 % avaient une opinion favorable. Comparez cela à 85 % des Japonais, 70 % des Suédois et 67 % des Canadiens qui ont une opinion défavorable de la superpuissance asiatique.

L’opinion sur la Chine en Lituanie est influencée par les perspectives économiques de la personne interrogée, ce qui est logique puisque l’une des principales plaintes à l’égard de la Chine est qu’elle vole les emplois et les technologies.

“En Lituanie, 55 % de ceux qui jugent leur économie bonne ont une opinion favorable de la Chine ; seuls 33 % de ceux qui disent que l’économie est en mauvais état partagent cette opinion, soit un écart de 22 points”, selon Pew. L’opinion défavorable médiane de la Chine dans les 34 pays sondés par Pew en 2019 était de 41 %.

Les Lituaniens ont souffert à l’intersection de l’empire pendant des centaines d’années. La dernière chose qu’ils devraient vouloir est un autre aspirant, cette fois à l’hégémonie mondiale, venant d’aussi loin que Pékin.


Le gouvernement lituanien a pris une position si ferme contre le parti communiste chinois et ses tactiques de division et de conquête devrait être un signal pour le reste de l’UE, et pour le monde entier.

Ce peuple fort, qui a connu des centaines d’années de domination étrangère et qui a finalement obtenu la liberté en 1990, nous dit quelque chose sur la Chine. Nous devons les écouter.

Source: The Epoch Times, le 25 mai 2021 – Traduction par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021