A ne pas manquerInformation

La nouvelle campagne publicitaire de Balenciaga incite discrètement à la pédophilie et la pédopornographie

La marque de luxe Balenciaga vient de lancer une nouvelle campagne publicitaire mettant en scène de très jeunes enfants dans des poses sexuellement provocantes et un document judiciaire volontairement mal caché sur la « pornographie enfantine virtuelle ».

La marque de créateurs est sous le feu des critiques après avoir montré deux jeunes filles posant avec des animaux en peluche vêtues de ce qui semble être un équipement de soumission sado-maso, dans la nouvelle campagne publicitaire internationale.

La maison de mode – qui est associée à des personnalités comme Kim Kardashian – a présenté les mini-mannequins dans des vêtements Balenciaga, tenant dans leurs mains des peluches habillées avec d’inquiétantes tenues sado-maso dérangeantes.

Sur une image, une petite fille aux cheveux roux arborait un T-shirt de la marque tout en tenant une sangle reliée à un ours blanc, qui était dans un gilet avec un cadenas autour du cou. L’ours semble avoir des « yeux de panda »… que certains prétendent être le code d’un enfant abusé sexuellement reconnaissable à ses deux yeux noirs.

Dans un autre, un enfant brune a enfilé une tenue bleue tout en serrant un animal en peluche violet, qui porte une tenue BDSM similaire.

Traduction : Je pensais que les gens trollaient, mais non. C’est vrai. C’est peut-être pour cette raison que Balenciaga a quitté Twitter. Ils ne veulent pas être tenus responsables. Oui, ce sont des enfants tenant des ours en peluche vêtus de tenues de soumission SM.


Si les images sont assez dérangeantes à première vue, il y a des références plus dérangeantes à la pédophilie et à la pédopornographie cachées dans la campagne publicitaire.

La publicité pour le sac à main dans la troisième image de la page d’accueil de Balenciaga présente un bureau en désordre avec des papiers. Le texte d’un registre du tribunal est lisible sur l’un des papiers. Le dossier du tribunal est ÉTATS-UNIS c. MICHAEL WILLIAMS qui est un procès concernant la liberté d’expression et la sollicitation de pornographie juvénile.

MISE À JOUR : Balenciaga a maintenant remplacé l’image sur son site Web par une autre qui ne montre pas le texte du journal. La photo ci-dessus est le téléchargement original contenant la référence à la pornographie juvénile.

Les acheteurs en ligne ont repéré les publicités et ont été furieux, qualifiant les images d' »effrayantes » et « incorrectes ».

La marque « Balenciaga » vient de faire une séance photo intéressante pour ses nouveaux produits, qui comprenait un document judiciaire mal caché à dessein sur la « pornographie enfantine virtuelle », a affirmé un observateur des médias sociaux à l’œil de lynx.

« C’est dégoûtant et exaspérant. Je fais de mon mieux pour éviter ce qui ressemble à des conspirations sur Twitter, mais ils ont intentionnellement inclus cette référence à la pornographie infantile dans leur séance photo », a ajouté un autre utilisateur, en utilisant le hashtag « burnitdown ».

NewsPunch



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com © elishean/2009-2022

Articles connexes