La manipulation de l'information qui vise à générer une tendance au conformisme - Scandal
Information

La manipulation de l’information qui vise à générer une tendance au conformisme


Personne ne devrait jamais prendre au sérieux un sondage d’opinion publique ou une publication liée au COVID-19. La fraude est hors du commun. Les sondages d’opinion et la fausse recherche médicale sont conçus pour produire une condition de pensée de groupe.

Pour ceux qui ne sont pas au courant de l’historique des sondages d’opinion publique ou des faux résultats rapportés, sachez qu’ils ne sont pas conçus pour être une prévision précise d’une opinion publique définie ou de résultats de recherche. Ils sont uniquement conçus pour garantir la conformité en utilisant une condition appelée réflexion de groupe.

Le regretté auteur du livre Comité des 300, John Coleman, nous a renseigné sur l’histoire des sondages d’opinion publique et des études de recherche suspectes et nous a exposé leur utilisation réelle.

Coleman a été l’un des premiers auteurs à exposer la véritable intention de l’Institut Tavistock, qui a été créé en 1913.

Cette organisation est la mère de tous les efforts de propagande. La manipulation de l’opinion publique, au nom de la réalisation des objectifs mondialistes est le seul but. Même aujourd’hui, plus de 100 ans après la création de cette usine de propagande, Tavistock fournit une formation aux médias grand public sur la manière de plier la volonté du peuple à l’agenda mondialiste.


S’il y a un thème central à leur propagande, c’est dans la valeur d’utiliser des sondages d’opinion publique, ou de rapporter de fausses données médicales, afin de créer une mentalité dérivée d’une pensée de groupe.

Exemple : la tête horrifiée et culpabilisante des endoctrinés lorsqu’ils vous voient vous balader sans masque en pleine rue…

La pensée de groupe est un terme sociologique et psychologique qui part du principe que si tout le monde croit que quelque chose est vrai, c’est que quelque chose ne va pas dans l’esprit de celui qui n’y croit pas.

Les mondialistes qui dirigent Tavistock ont ​​très bien réussi à façonner les opinions sociales, culturelles, éducatives et économiques du grand public. Si vous n’y croyez pas, regardez simplement le mantra qui imprègne nos ondes et nous rappellent (1) la distance sociale; (2) porter un masque; et (3) rester à la maison autant que possible.

Il y a une expérience qui a été menée dans les années 1950 qui démontre pourquoi l’Amérique d’aujourd’hui et beaucoup d’autres pays qui suivent les mêmes règles, sont totalement d’accord avec l’autorité inconstitutionnelle.


L’une des études les plus importantes et les plus classiques sur la manière de développer la pensée de groupe au sein de la population est très bien illustrée dans une étude historique connue sous le nom d’expérience Solomon-Asch ou “tendance au conformisme”.

Les masses de l’ancien Colisée romain et des camps de concentration de l’Allemagne nazie sont de brillants exemples de la façon dont une population peut être manipulée non seulement pour accepter un meurtre de masse parrainé par l’État, mais à notre époque pour porter des masques nocifs pour la santé même lorsqu’ils sont contre-indiqués.

L’établissement d’une réflexion de groupe est essentiel pour contrôler le public, en contrôlant ses croyances.

Il a fallu 60 jours pour détruire l’économie américaine et annuler tous les gains financiers que Trump avait accomplis. Pourquoi avons-nous accepté cette folie alors que nous savions que ce qu’on nous disait était du bidon?

Avant d’examiner une étude historique qui répond à cette question, il est important de vous poser une question.

Vous considérez-vous comme un conformiste ou un non-conformiste?

Si vous posez la même question à la plupart des gens, vous constaterez que la plupart des gens se considèrent comme non-conformistes et seraient capables de tenir tête à un groupe lorsqu’ils savent qu’ils ont raison. Cependant, ce n’est pas le cas.

Les non-conformistes peuvent-ils réellement résister à la pression des pairs et NE PAS se conformer à des croyances et des actions qui sont clairement erronées? 

Cet article répondra à cette question.

Dans les années 1950, le psychologue d’origine polonaise Solomon Asch a mené une étude de conformité. Les participants se sont inscrits pour participer à une expérience de psychologie dans laquelle on leur demande de passer un test de vision. C’était une tromperie. La véritable expérience a tenté de répondre à la question: les gens peuvent-ils résister à la pression des pairs afin de ne pas se conformer à une fausse croyance?


Assis dans une pièce avec les autres participants, les participants à la recherche voient un segment de ligne, puis on leur demande de choisir la ligne correspondante dans un groupe de trois segments de longueurs différentes.

L’expérimentateur a ensuite demandé à chaque participant individuellement de sélectionner le segment de ligne correspondant. Au début de l’expérience, chacun dans le groupe choisit la bonne ligne afin d’établir une mentalité de réflexion de groupe. Pourtant, au fur et à mesure que l’expérience se poursuivait, les autres participants déclarent faussement et délibérément et à l’unanimité qu’une ligne différente est en fait la bonne correspondance lorsqu’il est évident que la mauvaise réponse a été sélectivement choisie par les complices de l’expérience. L’objectif est de changer l’opinion du sujet toujours assis dans le siège six.

Choisir la bonne ou la mauvaise réponse

Inconnu du sujet principal de l’expérience, tout le monde dans l’expérience est un confédéré et leurs réponses ont été planifiées à l’avance dans le but de déterminer si la réponse du participant peut ou non être manipulée par les personnes qui donnent délibérément la mauvaise réponse.

Près de 75 pour cent des participants aux expériences de conformité ont accompagné le reste du groupe au moins une fois. Près de 60% des sujets ont totalement abdiqué leur libre arbitre aux autres confédérés. Après avoir combiné les essais, les résultats ont indiqué que les participants se conformaient à la réponse de groupe incorrecte environ un tiers du temps. À la fin des expériences, on a demandé aux participants pourquoi ils avaient suivis le reste du groupe. Dans la plupart des cas, les élèves ont déclaré que même s’ils savaient que le reste du groupe avait tort, ils ne voulaient pas risquer de subir des critiques personnelles.

C’EST POURQUOI NOUS PORTONS UN MASQUE !!! 

Nous voulons éviter les «Karens» c’est-à-dire les abrutis conditionnés qui vous font un patacaisse en pleine rue s’ils vous voient sans masque…, et surtout, nous voulons simplement nous intégrer.

Quelques-uns des participants étaient si faibles d’esprit qu’ils ont laissé entendre qu’ils pensaient en fait que les autres membres du groupe avaient raison dans leurs réponses. Cela explique pourquoi même si le site Web du CDC dit que «les masques n’empêchent pas la propagation des virus» et en mars, Fauci a déclaré qu’il n’était pas nécessaire que le public porte un masque, mais nous suivons toujours les ordres des politiciens locaux pour le faire.

Ces résultats suggèrent que la conformité peut être influencée à la fois par un besoin de s’intégrer et par la conviction que d’autres personnes sont plus intelligentes ou mieux informées.

Compte tenu du niveau de conformité observé dans les expériences d’Asch, la conformité peut être encore plus forte dans des situations de la vie réelle où les stimuli sont plus ambigus ou plus difficiles à juger. Par exemple, un soldat, en essayant de décider s’il tirera sur des civils innocents, sera forcé de peser ses propres risques.

Asch a également constaté que le fait que l’un des confédérés donne la bonne réponse tandis que le reste des confédérés donne la réponse incorrecte réduit considérablement la conformité. Voila ce qui devrait conforter les lanceurs d’alertes et autres chercheurs de vérité. Combien de personnes pouvons-nous influencer et combien de personnes peuvent-elles influencer à leur tour?

Lorsqu’une seule autre personne soutient le sujet de l’expérience, seulement cinq à dix pour cent des participants se sont conformés au reste du groupe. Les alliés, attachés à une croyance centrale, sont ce qui pousse de nombreux médias alternatifs à rechercher sans relâche la vérité et à informer ensuite autant de personnes qu’elles écouteront.

Si «ils» peuvent nous amener à porter un masque alors que c’est clairement contre-indiqué que peuvent-ils nous faire faire d’autre?


D’après un article de Dave Hodges


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021