Politique

La France serait-elle prisonnière d’une secte?


La secte « covidiste » animée par ses grands gourous, Macron, Véran et le « Conseil scientifique » qui n’a de scientifique que le nom, nous a répété que « Hors de la vaccination, il n’y avait pas de salut ! »

Tous ceux qui refusaient de se faire « vacciner » étaient des « irresponsables », des « criminels », des parias, des pestiférés, des « non-citoyens », des exclus, et cette fois-ci « responsables de millions de morts », comme le disait auprès du pape François, le directeur de Pfizer, grand bienfaiteur de l’humanité et exclusivement soucieux du salut des hommes… La question que nous sommes en droit de nous poser est la suivante : « La France serait-elle prisonnière d’une secte? »

Le sectaire

C’est quoi exactement une secte? Quels en sont les signes distinctifs? Il y a dix critères qui ont été retenus par la Commission parlementaire sur les sectes en 1995. (Cf., « Rapport de la Commission d’enquête sur les sectes », enregistré le 22 décembre 1995, président Alain Gest.)

Au Chapitre I, section A, titre 2, nous trouvons cette synthèse des critères définissant le sectaire :

  • – la déstabilisation mentale ;
  • – le caractère exorbitant des exigences financières ;
  • – la rupture induite avec l’environnement d’origine ;
  • – les atteintes à l’intégrité physique ;
  • – l’embrigadement des enfants ;
  • – le discours plus ou moins anti-social;
  • – les troubles à l’ordre public ;
  • – l’importance des démêlés judiciaires ;
  • – l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels ;
  • – les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics.

Rien qu’à la lecture de ces 10 critères, on croirait lire la description du déroulé des mesures de « l’état d’urgence sanitaire Covid-19 » décrétées par nos « responsables » politiques !

La torture psychologique

Or, si nous relisons également les 8 critères de tortures psychologiques de la charte Biderman, nous retrouvons une résonnance étrange avec ces critères du sectaire :

1 – Le confinement. C’est l’isolement des personnes qui prive l’individu de tout soutien social qui lui donnerait la capacité à résister. L’isolement développe chez la personne isolée, une préoccupation intense sur elle-même. L’isolement rend la personne dépendante de l’autorité qui a tout pouvoir sur elle et qui décide pour elle ce qu’elle doit faire et ne doit pas faire. C’est le rôle du bourreau ou du tortionnaire.

2 – On passe ensuite à la monopolisation de la perception. Il s’agit de fixer l’attention sur une situation difficile et immédiate. On force l’introspection négative. Il est impératif alors pour l’individu placé dans une telle situation, d’éliminer toutes les informations qui sont incompatibles avec le narratif officiel de l’autorité. L’autorité veut punir toutes les actions qui sont contraires à la soumission.

3 – L’épuisement induit veut affaiblir toutes capacités à la résistance, toute aptitude mentale et physique à résister. On maintient une situation absurde pour épuiser psychiquement la personne qui ne sait plus où est la raison ni où elle en est. La peur est constamment entretenue. Le mensonge l’alimente. On falsifie allègrement les chiffres. On construit un scénario cataclysmique de désastre sanitaire, on improvise des fosses communes, des hangars pour stocker les cadavres ; on interdit aux familles de se rendre auprès de leurs morts ; tout est mélangé : les autres causes de maladies et de mort ont subitement disparu ; tout se rapporte à la « pandémie » qui devient obsessionnelle, un délire hystérique collectif ; les hôpitaux sont tout à coup saturés et toutes sortes de mises en scène invraisemblables sont inventées pour faire croire à la menace, au danger, à la mort qui guette chacun à tout moment…

4 – Les menaces, les sanctions, les mesures coercitives sont répétées régulièrement et intentionnellement pour éveiller, cultiver, entretenir l’anxiété et le désespoir. Le masque est obligatoire. La distanciation sociale et la distance de sécurité sont obligatoires. On éloigne les personnes les unes des autres. On ne peut plus s’embrasser, ni même se serrer la main. Le danger permanent est là qui menace impitoyablement les non soumis aux règles sanitaires de sécurité. Les personnes peuvent à tout moment sans le savoir devenir cas contacts. On finit par instituer un pass sanitaire puis un pass vaccinal sans lequel il n’est plus possible d’aller nulle part. C’est une ostracisation, une condamnation à la mort sociale…

5 – Des indulgences occasionnelles sont aménagées afin d’indiquer à l’individu que toute soumission entraîne un bienfait, procure une motivation positive à ce qui est conforme et empêche l’accoutumance aux privations imposées.

6 – La démonstration de la toute-puissance de l’Etat suggère l’inutilité et la futilité de la résistance ! Le Qrcode est obligatoire pour des contrôles permanents.

7 – Le harcèlement, la rhétorique, la condamnation, l’accusation, provoquent une dégradation psychique de la personne qui a pour but de faire comprendre le prix de la résistance et son coût comme étant plus dommageable à l’estime de soi que celui de la capitulation. Cette pratique réduit la personne au niveau d’une pure survie animale.

8 – Les exigences et demandes sont volontairement incohérentes, stupides et imposées de force, afin de briser la résistance, de développer des habitudes de soumission pour des exigences même incohérentes, infondées, idiotes, humiliantes. Sans arrêt, les autorités pratiquent l’inversion accusatoire : on dénonce chez la personne ce qui concerne précisément l’autorité. On fait du mensonge une vérité et de la vérité un mensonge.

Toute critique est aussitôt nommée « complotisme ». La raison et l’esprit critique sont criminalisés. On interdit les vrais traitements qui pourraient vraiment guérir très simplement et très rapidement. Tout élément, comme l’autopsie, pour la recherche d’une compréhension rationnelle de la situation sanitaire est prohibé. Il ne faut pas que la vérité émerge. On censure toute documentation qui permettrait de découvrir la vérité.

On sanctionne durement tout médecin qui prend la parole en faveur de la vérité scientifique, on peut même l’interner en l’accusant de folie. On fait disparaître toute personne qui s’approche de trop près de la vérité et qui risque d’entraîner avec lui une adhésion populaire. Une multitude de collaborateurs du pouvoir tortionnaire joue ce jeu en toute tranquillité et ces serviteurs dévoués du système pervers sont persuadés d’être dans le juste et le vrai !

Les peuples ont été pris en otages par la secte pan-médicaliste du fanatisme covidiste et maltraités par les sectateurs sanitaristes au service de la caste digitalo-financière et de son « Geat Reset » pour un transhumanisme négateur de l’humanité.

La stratégie du choc

Après une préface où Naomi Klein expose les différents points de son argumentation, le premier chapitre de son livre « La stratégie du choc », porte sur la torture et plus particulièrement sur les expériences de lavage de cerveau. D’après Naomi Klein, ces recherches ont été menées pour détruire la personnalité du sujet en lui administrant des chocs divers afin d’obtenir une « page blanche » sur laquelle on pourrait ensuite écrire une nouvelle personnalité.

Le déconditionnement permet un reconditionnement élaboré par les maîtres de ce « Great Reset ».

S’appuyant sur plusieurs recherches documentaires, Naomi Klein soutient que, de la même manière, des désastres naturels, les changements de régimes, les attentats, qui conduisent à des chocs psychologiques, permettent au capitalisme d’appliquer la doctrine de Friedman qui est l’un des représentants les plus connus de l’école de Chicago.

Ils imposeraient, à l’occasion des désastres, des réformes économiques que Naomi Klein qualifie d’ultra libérales.

L’actualisation des théories de Milton Friedman conduit à la division des villes en deux zones, une zone verte riche et protégée des dangers, et une ou plusieurs zones rouges dangereuses et misérables.

L’imposition de politiques néo-libérales s’accompagnent de régimes autoritaires ou totalitaires, des états d’urgence, l’organisation de crises perpétuelles permettant le maintien des états d’urgence et justifier ainsi la tyrannie.

Les gouvernements programment la fin de la propriété privée, le salaire universel qui est conçu comme un moyen ultra efficace de contrôle et de dépendance au système.

Enfin, pour permettre la naissance et la réalisation d’un tel programme il était nécessaire de passer par le trans-humanisme ou puçage nanotechnologique des individus pour un contrôle nécessaire permanent des pensées, des désirs, des émotions, des motivations de chacun, des volontés et ainsi mettre un point final à toute liberté.

Conclusion

La secte qui nous torture et qui veut nous enfiler ses chaînes nanotechnologiques pour nous conduire à la docilité éternelle et à la soumission inconditionnelle, à travers son programme acharné des injections aux produits ARNm graphénisés, se trouve confrontée à l’échappée de la Chine, à la fugue de l’Inde, à l’indépendance de la Russie, aux déconvenues d’une Amérique latine revêche et indisciplinée, ainsi qu’à une absence totale de l’Afrique sur la scène covidiste ! Cela fait trop d’absents au programme. Du coup, les commanditaires des coups tordus qui nous tombaient dessus depuis deux ans, se sont dévoilés ; ils ont « laissé tomber le masque » et nous les avons découverts tous réunis à leur pupitre de grands régisseurs de la crise !

La série des abandons allait commencer dans le peloton Occidental : Israël, la Grande-Bretagne, l’Irlande, le Japon, le Danemark, la Suède, la Norvège : « Nous sommes maintenant dans une nouvelle phase où nous devons considérer le coronavirus comme l’une des nombreuses maladies respiratoires à variation saisonnière » (Geir Bukholm, directeur adjoint de l’institut de santé publique), l’Espagne qui annonçait qu’elle allait abandonner toutes les mesures des contraintes sanitaires dans le pays et considérer désormais la Covid-19 comme une maladie endémique de grippe ; une foule de gens commençait à rejoindre les résistants au pass vaccinal dans tous les pays en proie aux gigantesques manifestations de protestation contre le pass vaccinal. Les camionneurs entreprenaient le blocage en règle de l’Australie, du Canada…

En France, Le Pr Eric Caumes le disait sur un plateau de télévision : « d’un point de vue épidémiologique, santé publique, médical, le pass vaccinal est clairement une erreur ».

Il ajoutait que le pass était lié à l’élection présidentielle :

« Le pass vaccinal est une punition. C’est une affaire de campagne électorale. Ça a été fait dans une optique d’ennuyer (« d’emmerder ») les personnes qui ne se font pas vacciner. On ne peut pas bâtir une politique de santé publique sur le fait d’emmerder une partie de la population. »

Les yeux s’ouvraient enfin sur le mensonge des autorités qui s’étaient aventurées à vouloir imposer aux « doubles vaccinés » une troisième injection, puis une quatrième, puis une cinquième, etc…

Mais, les « autorités » du Canada et de la France allaient se raidir dans l’autoritarisme et la répression accentuée ! Fatale erreur qui ne pouvait que précipiter la chute des vautours du fanatisme covidiste. Nous en sommes là aujourd’hui et bientôt sonnera la Bérézina de ceux qui auront cru que le mensonge pouvait avoir un avenir !

Le raidissement n’a fait que provoquer une explosion des contestations et de la résistance en Occident. Certes, pour le moment, c’est une simple fissure qui a été provoquée dans le barrage du délire covidiste. Il n’y a toujours pas d’explosion spectaculaire du barrage, mais la nature va faire son travail sur la fissure qui a été causée dans sa structure, disait à propos un animateur de radio québécoise, et nous verrons prochainement le barrage s’effondrer…

En France, quasi 5 personnes sur dix (46% des français selon le Dr Fouché et RéinfoCovid) ont refusé les injections aux substance expérimentales théoriquement appelées « vaccins anti-Covid-19 » et depuis que la troisième dose a été annoncée comme nécessaire à l’actualisation du « pass sanitaire », devenu entre-temps le « pass vaccinal », le nombre des résistants n’a fait qu’augmenter.

Le 23 janvier, pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, le Canada était à 51,1% de « vaccinés » ; les USA à 29% ; la Belgique à 12,1% ; l’Espagne à 51,8% ; l’Italie à 27,9% ; la Suisse à 5% ; l’Autriche à 11,1% ; l’Allemagne à 15,6% ; la France à 3,5% ! La résistance de la France est élogieuse et elle explique le comportement violent de Macron contre les citoyens de son pays…

En ce qui concerne les enfants de 0 à 11ans, l’Autriche est le seul pays européen à les avoir vaccinés à 100% ! (Cf., LP/INFOGRAPHIE/23/01/2022)

Les mondialistes de la caste stato-financière au pouvoir en Occident, n’ont plus assez de temps pour imposer leur « Great Reset » ; ils ont donc opté pour la solution d’une nouvelle guerre mondiale avec la Russie. Cette guerre permettra de cacher l’échec cinglant du capitalisme sous sa forme ultra libérale. Les Russes seront désignés comme coupables des malheurs de l’occident capitaliste, tombant à point nommé. Cette guerre sera hautement meurtrière pour les peuples qui seront ainsi châtiés d’avoir osé mettre les maîtres en échec… Puis le soleil se lèvera de nouveau à l’Est !

Jean-Yves Jézéquel

mondialisation.ca


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

www.epitalon-sante.com

1scandal.com © elishean/2009-2022

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.