Social & Finance

La France devrait supprimer les passeports vaccinaux avant juillet

Le ministre français de la Santé a affirmé que le gouvernement supprimerait probablement les passeports pour le vaccin contre le coronavirus de Wuhan (COVID-19) avant juillet .

Lors d’un entretien accordé le 2 février à BFMTV, le ministre de la Santé et des Solidarités, Olivier Veran, a déclaré qu’il y avait de fortes chances que les passeports vaccinaux soient abandonnés avant l’été.

« Le passeport vaccinal aura une fin – et sur la base de la dynamique actuelle de la pandémie, il est probable que cette fin interviendra bien avant le mois de juillet », a-t-il déclaré à la station.

Malgré les perspectives optimistes de Veran, il a déclaré que certaines conditions préalables doivent encore être remplies avant que toute discussion sur l’abrogation des passeports vaccinaux puisse se poursuivre.

« Lorsque nous aurons vidé les unités de soins intensifs (USI) et libéré de l’espace pour les patients qui seraient normalement en [soins intensifs], lorsque les soins de santé non liés au COVID en France n’ont plus besoin d’être reportés et qu’il n’y a pas de nouvelle variante en circulation – alors le le but du passeport vaccin sera tout à fait discutable et nous pourrons le supprimer. »

Selon le ministre de la Santé, sept millions de citoyens français risquent d’invalider leur passeport vaccinal à moins qu’ils ne reçoivent une dose de rappel COVID-19 d’ici le 15 février.

Cela a conduit à la prolifération de faux laissez-passer pour les vaccins. Vieran a poursuivi que les autorités françaises avaient détecté 300 000 faux passeports de vaccins et les désactiveront dans les prochains jours.

Le ministre a réitéré la nécessité pour les citoyens d’être vaccinés et boostés.

« À tout le moins, les gens devraient recevoir une dose du vaccin [COVID-19] », a déclaré Veran.

Il a également mentionné les découvertes de scientifiques et de conseillers selon lesquelles le système immunitaire doit avoir été exposé au moins trois fois à des vaccins ou à une infection pour fournir une protection efficace.

Le passeport vaccinal relègue les Français non vaccinés aux citoyens de seconde zone

Le gouvernement français a adopté le passeport vaccinal en janvier, prenant effet le 24 janvier. Il a remplacé le laissez-passer sanitaire antérieur qui considérait la vaccination, la guérison récente d’une infection ou un résultat négatif au test COVID-19 comme condition préalable à l’entrée dans certains établissements. Le laissez-passer sanitaire avait été jugé valide jusqu’au 17 janvier en préparation de la nouvelle mesure la semaine suivante.

Le passeport vaccinal est désormais obligatoire avant d’entrer dans les établissements de restauration, les lieux culturels, les installations sportives et les centres commerciaux. C’est également une condition préalable à l’embarquement sur les vols intérieurs, les trains longue distance et les autocars. Seuls les hôpitaux et les établissements de soins pour personnes âgées acceptent l’ancien laissez-passer sanitaire qui considère un résultat de test COVID-19 négatif.

Le passeport vaccinal devait initialement expirer en juillet, mais la remarque de Veran a évoqué la possibilité de voir le mandat être prématurément abrogé. Cependant, une analyse a souligné que le passeport vaccinal relègue les non vaccinés en France à des citoyens de seconde classe.

La correspondante de LifeSiteNews à Paris, Jeanne Smits, a dénoncé le passeport français pour les vaccins dans un article du 28 janvier. Elle a souligné que la réglementation COVID-19 du pays « a atteint un nouveau niveau de tyrannie » avec l’effectivité du passeport vaccinal. Selon Smits, les propriétaires d’entreprise ont été les principales victimes de l’exigence du passeport vaccinal.

« Malgré les assurances gouvernementales que l’économie se porte bien et que les secteurs de la restauration et des loisirs sont sauvés par le laissez-passer vaccinal, de plus en plus de rapports émanent des propriétaires et des dirigeants de ces entreprises qui voient leur clientèle se réduire à vue d’œil. Beaucoup s’attendent à être contraints de fermer leurs portes dans un avenir proche si rien ne change », a-t-elle écrit.

« Certains suggèrent que le laissez-passer pour le vaccin sera levé à l’approche de l’élection présidentielle d’avril, afin que [le président français Emmanuel] Macron puisse bénéficier des retombées positives d’une telle décision. Mais il reste qu’il n’y a pas d’exigences légales pour que le mandat soit levé. Cela est laissé à l’appréciation d’un gouvernement qui a menti et encore menti depuis le début de la crise [COVID-19] ».

Les sources comprennent :
LifeSiteNews.com 1
LifeSiteNews.com 2
Brighteon.com


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.