A ne pas manquerBiotechnologie & Santé

La corruption de l’OMS est l’une des plus grandes menaces mondiales

Ces dernières années, de nombreux problèmes ont été présentés comme posant la plus grande menace pour la santé publique de notre époque, de la résistance aux antibiotiques à la pandémie et aux effets des vaccins.

Cependant, nous ne pouvons pas ignorer une autre menace qui a le potentiel de faire beaucoup plus de dégâts que n’importe lequel de ces problèmes à lui seul : l’Organisation mondiale de la santé.

À l’heure actuelle, il est clair que l’OMS s’est entendue avec la Chine pour diffuser des informations erronées sur le COVID-19. Leur réponse lente et leur minimisation initiale de la pandémie sont responsables de la propagation rapide de la maladie dans les premiers jours. Au départ, ils ont fait écho à la ligne officielle du parti de Pékin selon laquelle il y avait peu ou pas de risque que le virus soit transmis entre humains, malgré de nombreuses preuves du contraire. Même lorsque la ville voisine de Taiwan a mis en garde contre la propension de la maladie à se propager, elle a refusé d’agir. Des millions de personnes ont voyagé vers et depuis Wuhan à l’époque, et nous savons tous comment cela s’est terminé.

Bien que les hôpitaux de Wuhan débordent de patients et que les fournitures médicales s’épuisent, l’OMS a affirmé qu’il était trop tôt pour le déclarer une urgence de santé publique, refusant de restreindre les voyages et le commerce. Ce n’est que plusieurs mois plus tard, le 11 mars, qu’ils ont déclaré le coronavirus une pandémie, tout en continuant à féliciter la Chine pour sa gestion de la maladie. La situation était si épouvantable que le président Trump a ordonné à son administration de cesser de financer l’organisation tout en réexaminant sa gestion de la pandémie, puis a complètement retiré les États-Unis de l’OMS.

Cependant, l’un des premiers actes de Joe Biden en tant que président a été de retirer ce retrait , engageant à nouveau le pays à participer pleinement à l’OMS et aux obligations financières qui en découlent. Malheureusement, cela leur donne le pouvoir de continuer à menacer la santé publique de bien des façons.


Les amendements proposés au Règlement sanitaire international suscitent de vives inquiétudes

L’une des plus grandes préoccupations à l’heure actuelle, cependant, concerne les amendements proposés par l’OMS au Règlement sanitaire international, ou RSI, pour mettre en place une architecture mondialiste de surveillance , de notification et de gestion de la santé. Le public, sans surprise, ne sera pas autorisé à apporter sa contribution concernant les amendements, en violation directe du concept de base de la démocratie.

Le RSI, qui a été adopté par les 194 États membres de l’OMS en 2005, permet à l’organisme de déclarer ce que l’on appelle une urgence de santé publique de portée internationale, ou PHEIC, si une épidémie de maladie infectieuse survient dans un État membre, mais il est actuellement doit être fait avec le consentement de l’État en question.

Les amendements proposés permettent toutefois au directeur général de l’OMS de contrôler la déclaration des urgences de santé publique dans n’importe quel État membre, même s’il s’y oppose, ignorant complètement la souveraineté des nations concernées.

Les modifications donneraient également aux directeurs régionaux de l’OMS le pouvoir de déclarer une urgence de santé publique de portée régionale (PHERC) où ils le souhaitent. Le directeur général se verra également accorder le pouvoir de déclarer une alerte de santé publique intermédiaire.

Surveillance accrue et sources secrètes parmi les amendements proposés


Une partie de la proposition est un amendement à l’article 5 du RSI qui augmentera la surveillance pour développer des évaluations des risques, en utilisant les types de prédictions et de modélisation qui ont exagéré les risques de Covid il y a quelques années et envoyé le monde en mode panique.

L’article 9, quant à lui, permet à l’OMS de s’appuyer sur des sources non divulguées pour les informations qu’elle utilise pour déclarer des urgences de santé publique. On craint que les sociétés pharmaceutiques et les principaux donateurs de l’OMS comme la Fondation Bill & Melinda Gates n’aient un pouvoir excessif sur le fonctionnement des pays. Cette influence est déjà visible dans les recommandations biaisées de l’organisme en matière de médicaments et dans les listes de « médicaments essentiels ».

L’influence significative de l’argent privé sur l’OMS corrompue a incité une revue dans le Journal of Integrative Medicine & Therapy à déclarer que la corruption du corps est la « plus grande menace pour la santé publique mondiale de notre temps » – et elle pourrait être sur le point de s’aggraver.

Les sources de cet article incluent :
Expose-News.com
USAToday.com


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com © elishean/2009-2022

Articles connexes