Politique

La Chine expose sa position officielle sur la guerre en Ukraine à l’Assemblée de l’ONU

La Chine a publié ce qu’elle considère comme sa déclaration la plus autorisée sur la guerre en Ukraine, après que, ces dernières semaines, des responsables de l’État et des experts des médias aient affirmé des positions qui, à des degrés divers, justifiaient l’invasion russe et condamnaient l’expansion de l’OTAN.

« La souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays doivent être respectées, les principes de la Charte des Nations unies doivent être suivis, les préoccupations légitimes de toutes les parties en matière de sécurité doivent être prises au sérieux et tous les efforts visant à résoudre la crise de manière pacifique doivent être soutenus », a souligné le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, lors d’une rencontre avec le ministre ukrainien des affaires étrangères, Dmytro Kuleba, à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies cette semaine.

Les médias d’État chinois ont révélé ces commentaires vendredi, et selon Wang, « ces quatre objectifs constituent la déclaration la plus autorisée de la Chine sur la question ukrainienne et également l’approche fondamentale de la Chine en la matière« , rapporte Bloomberg.

Photo de China FM : Le 21 septembre, le conseiller d’État et ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov en marge de l’Assemblée générale des Nations unies.

Cette rencontre fait suite à ce qui semble être de rares critiques publiques du président russe Vladimir Poutine de la part de la Chine et de l’Inde lors du sommet sur la sécurité en Ouzbékistan il y a une semaine.

« Selon trois responsables occidentaux, le premier ministre indien Narendra Modi a réprimandé Vladimir Poutine et le dirigeant russe a reconnu les préoccupations soulevées par le président chinois Xi Jinping la semaine dernière, signe d’un malaise à l’égard de Moscou« , rapporte le Financial Times.

Modi avait dit directement à Poutine que « l’heure n’est pas à la guerre ». Alors que certains experts ont déclaré que l’Occident « sélectionnait » ces commentaires et exagérait leur importance, le FT a souligné ce point :


Les remarques, lors d’un sommet en Ouzbékistan, sont intervenues quelques jours après qu’une attaque ukrainienne ait forcé l’armée russe à céder plus de 3 000 km² de territoire. Ces commentaires étaient « un signal authentique et clair » d’agacement, a déclaré un haut fonctionnaire européen, ajoutant que l’Inde et la Chine pourraient ajuster leurs actions à la fois envers la Russie et l’Occident. Un ministre européen de premier plan a déclaré au Financial Times qu’ils avaient interprété les commentaires comme une « véritable critique ».

Au cours des premiers mois, la Chine a soit gardé le silence lorsqu’on lui a demandé de condamner l’invasion de l’Ukraine par la Russie, soit suggéré que les intérêts de Moscou en matière de sécurité étaient légitimes. Washington avait même accusé la Chine de fournir des réapprovisionnements en matériel militaire à Moscou – une accusation qui n’a jamais été étayée par des preuves.

Wang a déclaré lors de la réunion de l’Assemblée générale des Nations unies à la fin de cette semaine : « Nous devons nous efforcer de faire en sorte que les parties reprennent les négociations sans conditions préalables ». C’est l’indication la plus claire à ce jour que la Chine fait désormais pression pour la reprise du dialogue, mais les deux parties belligérantes semblent plus éloignées que jamais de la table des négociations à ce stade.

Entre-temps, lors de la première interaction directe depuis la visite ultra-provocatrice de Nancy Pelosi à Taiwan du 2 au 3 août…

Source



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com © elishean/2009-2022

Articles connexes