Biotechnologie & Santé

La Chine communiste aime jouer au «dieu» avec des expériences virales à la Frankenstein


Un scientifique de haut niveau a accusé la Chine communiste d’être le dépotoir mondial d’expériences «à la Frankenstein» qui menacent de libérer encore plus de virus génétiquement modifiés (OGM) dans la nature.

Une grande partie des recherches menées au WIV sont interdites ailleurs, ce qui explique qu’elles y soient menées avec l’approbation du Parti communiste chinois (PCC). De nombreuses entreprises américaines externalisent leurs recherches au WIV car elles savent que la Chine n’a pratiquement aucune norme éthique ou morale lorsqu’il s’agit d’expériences controversées.

“Des hybrides homme-singe, des virus améliorés, des transplantations de têtes et des modifications génétiques ne sont que quelques-uns des tests connus pour avoir été effectués par des scientifiques chinois”, écrit Patrick Knox pour The Sun.

Les expériences de “Franken-virus” ont été un temps interdites aux États-Unis par crainte que des virus améliorés ne s’échappent des laboratoires – ce qui pourrait provoquer des pandémies dévastatrices comme celles que le monde connaît actuellement.”

Selon le scientifique allemand Roland Wiesendanger, de l’université de Hambourg, il est à la fois “inexcusable” et “irresponsable” que les États-Unis et d’autres pays occidentaux confient leurs expériences à haut risque à la Chine communiste.

L’Allemagne et d’autres pays européens sont également visés par cette condamnation puisqu’ils sous-traitent continuellement à la Chine ce que le Dr Wiesendanger qualifie de “recherche biotechnologique à risque”.

“Dans certains cas, cela se fait même parce que les règles éthiques qui existent dans la plupart des pays d’Europe interdiraient de mener certaines catégories de recherche biotechnologique dans les pays d’origine”, explique-t-il.

La Chine communiste veut construire sept autres laboratoires de recherche à haut risque comme le WIV

D’ici 2025, la Chine espère devenir la superpuissance mondiale de la biotechnologie. Afin d’atteindre cet objectif, le pays communiste prévoit de construire jusqu’à sept autres laboratoires similaires au WIV qui traiteront des projets encore plus controversés.


Un fonctionnaire de l’ambassade des États-Unis à Pékin a déclaré au Washington Post que l’un des domaines de recherche controversés que la Chine domine actuellement concerne l’étude des effets du SRAS-CoV-2, également connu sous le nom de coronavirus de Wuhan (Covid-19), sur des souris chimères auxquelles on a implanté artificiellement des poumons de type humain.

Grâce à la technologie de l’édition génétique, la Chine communiste manipule ces créatures afin de modifier davantage le virus chinois, le rendant plus infectieux pour les humains qu’il ne l’est déjà.



Ce responsable a déclaré au Post qu’il y a “toute une galaxie d’activités, y compris des laboratoires et des laboratoires militaires à Pékin et à Wuhan qui jouent avec des coronavirus sur des souris ACE2 dans des laboratoires non sécurisés”.

La Chine communiste est connue depuis longtemps pour bricoler des virus afin d’essayer de les rendre plus infectieux. Le coronavirus de Wuhan (Covid-19) semble être originaire des chauves-souris et leur aurait été exclusif si la Chine ne l’avait pas modifié pour permettre la transmission à l’homme.

Les National Institutes of Health (NIH), où travaille Anthony Fauci, sont également impliqués dans cette expérimentation de “gain de fonction”, qui avait été initialement interdite aux États-Unis en 2014. Elle a été réintroduite par les NIH en 2017.

“Les méthodes biotechnologiques actuelles, telles qu’elles sont utilisées dans les expériences de gain de fonction, pourraient potentiellement être utilisées pour combiner les propriétés de virus ayant un taux de transmission interhumaine très élevé et un taux de mortalité très élevé”, explique le Dr Wiesendanger à propos de la façon dont le coronavirus de Wuhan (Covid-19) pourrait être encore modifié pour produire un taux de mortalité chez l’homme allant jusqu’à 80 %.

“Nous avons besoin de toute urgence de réglementations et d’enquêtes internationales pour ce type d’expériences”, prévient-il.

Les sources de cet article incluent:
TheSun.co.uk
NaturalNews.com
Zombie.news


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021