La censure de Facebook empêche les journalistes cubains de rendre compte de la corruption - 1 Scandal
Information

La censure de Facebook empêche les journalistes cubains de rendre compte de la corruption


Des journalistes indépendants à Cuba ont accusé Facebook de censure, aggravant la situation du journalisme dans un pays qui ne respecte pas la liberté de la presse.

VOA aurait parlé avec des journalistes indépendants à Cuba qui ont subi la censure de Facebook à un moment donné.

Le directeur de l’Institut cubain pour la liberté d’expression et de la presse (ICLEP), Alberto Crozo, assigné à résidence depuis les manifestations de juillet, a expliqué qu’il avait traité la censure sur Facebook.

«Cela a été très difficile pour moi et ma famille. Je suis coincé ici chez moi en attendant d’entendre la décision du tribunal », a-t-il déclaré à VOA depuis son domicile dans la province cubaine de Matanzas.

« J’ai parfois eu des problèmes avec Facebook, ce qui m’empêche de partager des publications avec des groupes. Bien sûr, cela rend le travail plus difficile, mais il existe des moyens de contourner cela. »

José Manuel Moreno Borrego, un journaliste qui travaille pour un média indépendant en ligne, qui est également en résidence surveillée depuis les grandes manifestations de juillet, a déclaré avoir été censuré sur Facebook sans explication.

« Je ne peux parfois pas partager de messages sur Facebook avec des gens. Je reçois un message disant que je n’étais pas autorisé à le faire, mais il n’y a aucune explication. Cela se produit tous les deux mois environ », a-t-il déclaré à VOA par téléphone depuis La Havane.

« Je vous parle par WhatsApp, qui appartient à Facebook mais qui est autonome. Je pense que le gouvernement a peut-être fait pression sur Facebook pour nous bloquer.

Facebook a déclaré l’avoir bloqué pour avoir partagé le même contenu plusieurs fois.


« Conformément à nos politiques sur le spam, nous limitons la capacité d’un individu à publier à plusieurs reprises le même contenu, ce qui s’est passé ici », a déclaré un porte-parole. « Toute suggestion contraire est inexacte. »

Le gouvernement cubain a de nouveau démontré son incapacité à gérer les critiques la semaine dernière en interdisant les manifestations prévues par le groupe d’opposition Archipelago pour le 15 novembre.


Selon des analystes, le gouvernement cubain a interdit les manifestations prévues le 15 novembre pour éviter une répétition de ce qui s’est passé en juillet.


« L’abus du mécanisme de signalement dans les médias sociaux comme moyen de censure est répandu dans de nombreux pays, et Cuba en fait partie », a déclaré à VOA Marianne Díaz Hernández d’Access Now, une organisation internationale vouée à la défense des droits numériques.

« Même si fréquemment la plate-forme, dans ce cas Facebook, peut éventuellement restaurer leur accès après les appels, ce n’est pas toujours une option pour de nombreuses personnes car le mécanisme d’appel nécessite un niveau d’accès et de confort avec la technologie et la bureaucratie qui peut être hors de portée. pour plusieurs personnes. »

Díaz Hernández a ajouté :


« À Cuba, même si l’accès à Internet s’est un peu ouvert au cours des deux dernières années, il reste très cher et n’est pas du tout accessible à tous, ce qui signifie que des décisions comme celle-ci prennent un certain temps. un coût plus élevé pour eux qu’ils ne le feraient pour d’autres personnes dans des pays où l’accès est plus largement disponible. »

Reclaim The Net


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021