Joe-la-Gaffe a fait une énorme faute professionnelle - Scandal
Politique

Joe-la-Gaffe a fait une énorme faute professionnelle


Au sujet de l’Afghanistan : « L’Amérique va payer un prix exorbitant pour les erreurs de Biden dans les années à venir », disent les experts

Des experts de Washington se penchent sur les conséquences régionales du retrait américain d’Afghanistan

Le président américain Joe Biden aperçu lors d’une réunion avec la vice-présidente Kamala Harris, leur équipe de sécurité et des hauts fonctionnaires pour obtenir des mises à jour sur le retrait du personnel civil en Afghanistan, les évacuations des candidats SIV et d’autres alliés afghans, et la situation catastrophique actuelle en matière d’insécurité à Kaboul

WASHINGTON – Le retrait chaotique des États-Unis d’Afghanistan a jeté une ombre sur la politique étrangère de l’administration Biden. Que les talibans aient facilement traversé Kaboul pour reprendre le palais présidentiel constitue un coup dur pour l’appréciation de l’administration à la réputation internationale en lambeaux.

Le 8 juillet, on a demandé à Biden s’il pensait qu’une prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans était inévitable. « Non, ce n’est pas le cas« , a-t-il dit. « Les troupes afghanes ont 300 000 hommes bien équipés – aussi bien équipés que n’importe quelle armée dans le monde – et une force aérienne (poignée d’hélicoptères) contre quelque 75 000 talibans. Ce n’est pas inévitable. »

« Est-ce que je fais confiance aux talibans ? Non », a poursuivi Biden. « Mais j’ai confiance en la capacité de l’armée afghane, qui est mieux entraînée, mieux équipée et plus compétente en termes de conduite de guerre. »

Cela s’est avéré être une nouvelle erreur de calcul de la part des États-Unis en Afghanistan. Comment les États-Unis n’ont-ils pas vu les événements venir? Quelles pourraient être les conséquences régionales du « retrait » (de la débâcle)?

La Maison Blanche naïve n’a rien vu venir « mais la communauté du renseignement a presque certainement compris ce qui allait se passer, » a déclaré au Jerusalem Post Simon Henderson, directeur du programme Bernstein sur le Golfe et la politique de l’énergie, au think tank de l’Institut de Washington pour la politique au Proche – Orient (WINEP).

« Le président Biden semble avoir considéré le retrait comme important pour sa réputation politique« , a-t-il déclaré. « Peut-être, mais il a fait une énorme erreur pour la réputation des États-Unis. Nous devrons attendre des fuites qui démontreront si un de ses conseillers a suggéré la prudence et qui l’a encouragé [dans son énorme gâchis stratégique] »


« Les informations et les images, jusqu’à présent, suggèrent des dommages considérables infligés au leadership moral des États-Unis dans le monde », a déclaré Henderson. « La décision de se retirer après 20 ans était au moins explicable. La mise en œuvre a été un désastre.

Michael O’Hanlon est chercheur principal et directeur de recherche en politique étrangère à la Brookings Institution, où il se spécialise dans la stratégie de défense américaine, l’utilisation de la force militaire et la politique de sécurité nationale américaine.

« Certains l’ont vu venir », a-t-il déclaré au Post . « Mais le président Biden a décidé qu’il était acceptable de courir ce risque. »

« Je ne suis pas d’accord avec lui et je soupçonne pourtant que les dommages causés à la politique étrangère américaine au sens large seront limités », a-t-il déclaré. « C’était un cas particulier. » [On va justifier l’exception afghane, pays « inattaquable et ingérable, arriéré », etc.]

Jonathan Schanzer, vice-président senior de la Fondation pour la défense des démocraties, a déclaré qu’il existe un décalage important entre les décideurs politiques et l’armée concernant la situation en Afghanistan, sans parler du renseignement.


« Quiconque avait les yeux ouverts pouvait voir ce résultat à un kilomètre et demi à la ronde », a-t-il déclaré au Post . « Mais la direction politique voulait ce retrait à n’importe quel prix. Dire que c’est le signe d’une mauvaise coordination interinstitutions est un euphémisme. Pour le dire plus crûment, il s’agit d’une faute professionnelle qui était évitable. Cela coûtera des milliers de vies. »

« L’Amérique paiera le prix très élevé de ce retrait bâclé pour les années à venir », a déclaré Schanzer. « La résurgence des talibans aura un impact sur le mouvement jihadiste mondial, qui est désormais dynamisé. La perception d’une Amérique inepte enhardira des puissances révisionnistes comme la Chine et la Russie.

« Pendant ce temps, les alliés des États-Unis au Moyen-Orient observent nerveusement, se demandant quand le prochain retrait pourrait avoir lieu et si cela les exposerait davantage. Cela incitera à envisager de nouvelles structures d’alliance.


Selon John Hannah, membre senior de la JINSA et ancien responsable américain, « Dès que le président Biden a annoncé au printemps dernier que les troupes américaines abandonnaient l’Afghanistan, le dernier chapitre que nous observons se dérouler d’une prise de contrôle complète par les talibans a été écrit noir sur blanc.

« Presque tout le monde au sein du gouvernement américain qui a étudié l’Afghanistan de près a compris que cela arriverait si l’armée américaine retirait très rapidement tout soutien aux forces de sécurité afghanes, en particulier le soutien aérien rapproché et la logistique« , a-t-il déclaré au Post. « Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un échec majeur du renseignement de l’armée américaine et des agences de renseignement. Ils ont parfaitement compris que cela pouvait arriver. C’était une décision purement politique du président Biden d’ignorer ces avertissements. »

« Biden considère l’Afghanistan comme une cause perdue et une ponction sur les ressources américaines depuis plus d’une décennie« , a déclaré Hannah. « Il a vu dans l’engagement de l’ancien président [Donald] Trump de retirer toutes les troupes américaines d’ici le 1er mai, dont il a hérité, comme une occasion unique de réaliser son désir de longue date de mettre fin à l’engagement militaire américain en Afghanistan, et il a sauté [comme un poux] sur l’occasion. «

« Biden a pris la décision consciente d’accepter ce risque et les dommages potentiels qu’il pourrait infliger à la politique étrangère américaine, ainsi qu’à son soutien politique aux États-Unis », a-t-il déclaré. « Il pense probablement que même si la majorité du peuple américain se sentira mal à l’aise face aux horreurs qui attendent maintenant le peuple afghan, ils soutiendront finalement la décision de mettre enfin un terme à cette guerre éternelle et d’arrêter de verser plus de sang et de biens du trésor américains dans ce qu’ils ont longtemps considéré comme une « cause perdue ».

« L’effondrement total de l’Afghanistan et le retour des talibans sont un désastre pour la politique étrangère des États-Unis », a déclaré Hannah.

« Le risque de terrorisme islamiste augmentera très probablement, non seulement contre les gouvernements du monde musulman, mais aussi contre l’Occident », a-t-il déclaré. « La défaite et l’humiliation des Etats-Unis vont encourager les adversaires des Américains dans des endroits comme l’Iran, la Russie et la Chine et ils chercheront à en profiter en comblant le vide perçu de tout leadership américain.

« Les alliés des Américains au Moyen-Orient et dans le monde, qui ont lié leur propre dissuasion et leur sécurité à la puissance et à la crédibilité des États-Unis, trembleront d’inquiétude et de peur face à ce que signifie pour eux l’abandon par les États-Unis de leurs alliés de longue date en Afghanistan », a déclaré Hannah.


jpost.com


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021