Information

Joe Biden a été boosté par des usines à Trolls


Joe Biden a été boosté par des “dizaines de milliers” de faux abonnés sur Twitter — en provenance d’Inde.

Le compte Twitter de Joe Biden a reçu un “coup de pouce” dans les deux semaines qui ont suivi la sélection de Kamala Harris comme colistière le 12 août, grâce à des “dizaines de milliers de faux abonnés” achetés dans des usines à trolls indiennes.

Selon Zenger News (via Newsweek), un grand nombre d’abonnés du compte de Biden semblent avoir été créés exclusivement dans ce but – beaucoup provenant de petits villages où les anglophones sont rares.

Une enquête de Zenger News révèle que l’empreinte croissante de Biden sur les médias sociaux en Inde provient des tristement célèbres usines à trolls du pays qui ont stimulé sa candidature.

L’héritage éthique de Kamala Harris est en partie enraciné en Inde, mais sa part d’adeptes indiens et apparemment indiens est bien plus faible, environ 0,12 %.

Certains des opérateurs qui ont travaillé sur la campagne ont longuement parlé de la façon dont les agences de propagande de New Delhi et de Mumbai ont activé un réseau de trolls largement distribué pour amplifier l’impact de la campagne de Biden sur Twitter. –Newsweek


“Cela a commencé comme un cybercafé par mon père à la fin des années 1990”, a déclaré Harshit

Patel, propriétaire de cette usine à trolls. “À l’époque, les hommes venaient surtout pour discuter dans des salles IRC [Internet Relay Chat] et surfer sur du po.rno. C’était une activité florissante. Mais Internet est devenu si bon marché que tout le monde a eu des smartphones et que les affaires se sont effondrées. Nous devions compter sur les passagers qui nous demandaient d’imprimer des billets de train, de remplir des formulaires en ligne et de faire photocopier des documents. Mais cela ne couvrait même pas les frais d’entretien des PC et le paiement de la facture d’électricité. Les choses ont changé en 2012-13 lorsque [Narendra] Modi a commencé sa campagne pour devenir Premier ministre. Et c’est devenu mon activité principale”.

L’usine à trolls de Patel ouvre à 20h après la fermeture de son café principal – vers 10h30 à New York et 7h30 en Californie.

Quatre des employés de Patel prennent place à de grands bureaux alignés sur deux murs, ouvrent des feuilles de travail et se mettent à faire des recherches pour Biden.


En utilisant des pseudonymes – chaque employé contrôle plusieurs centaines d’entre eux – ils twittent leur emploi du temps, vérifient les statistiques d’engagement et, à la fin de leur journée de travail, remplissent un tableur avec leurs analyses de la veille.


Lancée principalement pour servir la campagne de Narendra Modi en 2014, l’entreprise indienne d’usine à trolls est aujourd’hui l’une des plus décentralisées et des plus solides au monde. Selon Patel, elle offre presque tout à ses clients payants : fausses nouvelles, photoshops, campagnes de soutien et de “haine”, et même des incitations à la violence collective.

“J’en suis arrivé là à cause de mon idéologie”, a déclaré Patel, qui est membre de la jeunesse du parti Bharatiya Janata de Modi, “mais ensuite, c’est devenu ma profession. Ma femme s’est formée à Photoshop et maintenant nous offrons non seulement ces services [de trolls et de propagandes], mais aussi la création de contenu” qui inclut la création de mèmes. –Newsweek

“Nous ne choisissons pas. Joe Biden, la personne ne nous intéresse pas. Nous avions pour objectif en août de le suivre et de nous intéresser à ses tweets, et nous l’avons fait. Les agences à Delhi avec lesquelles nous travaillons ne nous donnent aucun détail et nous ne demandons rien”, a-t-il déclaré.

En d’autres termes, quelqu’un a payé l’usine à trolls de Patel pour qu’elle se mêle de l’élection de Joe Biden en 2020.

“Il y a tellement de niveaux [de sous-traitants] dans cette affaire, que personne ne peut vraiment remonter jusqu’à nous. Nous ne sommes même pas payés par les banques. Nous sommes payés en liquide une fois par mois”, a déclaré Yajpal Yadav, le partenaire commercial de Patel.

“Je ne vous dirai pas combien nous gagnons, mais ce que je vous dirai, c’est que ce système permet de nourrir toutes nos familles. Et je n’ai jamais à me soucier d’avoir un toit ou de payer les frais de scolarité de mes enfants”.

Lisez la suite du rapport ici.
Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021