A ne pas manquerEnvironnement & Alimentation

Israël propose un « Moyen-Orient renouvelable » capable de « sauver » le reste du monde de la crise climatique

Le président Herzog à la conférence sur le climat propose la technologie israélienne au reste du monde.

Après avoir rencontré des dirigeants du monde entier , dont le secrétaire général des Nations unies, le roi de Jordanie, le président égyptien et le premier ministre du Royaume-Uni, le président Yitzhak Herzog s’est exprimé lundi lors de la conférence sur le climat tenue à Charm el-Cheikh. Herzog a déclaré que « le Moyen-Orient est au bord du désastre » et a ensuite détaillé sa vision d’un « Moyen-Orient renouvelé ».

Au début de son discours, Herzog a remercié le président égyptien, Abdel Fattah al-Sisi, pour son hospitalité.

« En tant que nations voisines, Israël et l’Égypte méritent d’appeler cette belle région – le Moyen-Orient – notre maison. Cependant, cette maison que nous aimons tous est située à l’épicentre mondial du changement climatique », a déclaré Herzog au début de son discours.

Il a mentionné l’engagement d’Israël à mettre fin aux émissions de carbone et à passer des combustibles fossiles aux énergies renouvelables d’ici 2050.

« Mais Israël est prêt à assumer une responsabilité beaucoup plus lourde », a déclaré le président Herzog. « Israël a raison de diriger l’effort de résilience climatique régionale. J’ai l’intention de diriger le développement de ce que j’appelle un » Moyen-Orient renouvelable « , un système régional de paix durable. »

Quelques mois après qu’Israël a signé un accord pour transférer du gaz vers l’Europe, le président du pays a déclaré qu’Israël pouvait également transférer de l’électricité verte et non polluante vers l’Europe.

« Je prédis que dans un avenir proche, l’énergie solaire produite dans les déserts du Moyen-Orient sera disponible pour l’exportation vers l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Israël et la Grèce sont déjà des commissions sur les connexions électriques pour la fourniture d’électricité verte d’Israël à L’Europe. »

Concernant le transfert d’électricité verte vers l’Europe, Herzog a ajouté : « Je crois que toutes les nations du Moyen-Orient, abondantes en soleil et en technologie, auront la capacité de connecter le reste du monde à une merveilleuse source d’énergie renouvelable ».

Le président a également évoqué la technologie verte d’Israël.


« Dans une région qui connaît un processus de désertification accéléré, Israël a également la capacité et les connaissances nécessaires pour éradiquer les graves pénuries d’eau et proposer des solutions à l’insécurité alimentaire. Nous sommes prêts à partager l’expertise et les outils dont nous disposons – c’est ce à quoi un Moyen-Orient renouvelé ressemble. »

Il a appelé les pays voisins d’Israël à unir leurs forces dans la lutte contre la crise climatique.

« Mes amis, cette crise menace l’existence même de l’avenir que nous cherchons à offrir à nos enfants. Elle transcende la politique et les zones géographiques, nous devons aussi les transcender. Je voudrais dire à toutes les nations de la COP27 et en particulier à nos voisins , proches et lointains : cette urgence nous oblige à unir nos forces. Pas demain, mais maintenant. Faisons de la crise climatique une opportunité pour faire face aux conflits du XXe siècleet favorisons ainsi les collaborations essentielles pour le XXIe siècle, par des partenariats régionaux nécessaires, afin de créer une voie vers l’inclusion, la stabilité et la prospérité, pour créer un Moyen-Orient renouvelé et partagé.

Un partenariat dans la prospérité verte et la prospérité bleue – qui reflète l’intention de la Jordanie de fournir à Israël de l’électricité verte parallèlement à l’intention d’Israël de fournir à la Jordanie de l’eau dessalée, en coopération avec les États-Unis et les Émirats arabes unis, est le meilleur exemple d’un partenariat créatif qui apporte de la valeur à tous les partenaires, ce qui contribuera à la stabilité de toute la région. »

À la fin de son discours, Herzog a cité un verset du Coran en arabe puis un verset de la Bible en hébreu :

« Sauvons le monde que Dieu nous a donné, car nous sommes tous créés à son image ». s’est exclamé le président à la fin de son discours.

Entre autres choses, Herzog a rencontré le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, qui a pris ses fonctions le mois dernier. Lors de la réunion, les deux dirigeants ont discuté de l’approfondissement de l’amitié entre les pays et de la coopération économique sur la question climatique, et ont noté l’implication de la Grande-Bretagne à la suite des développements économiques induits par les accords d’Abraham. Les deux hommes ont également discuté des problèmes de sécurité, au premier rang desquels la question nucléaire iranienne.

Le président du pays a salué le nouveau Premier ministre britannique et lui a dit :

« M. Sunak est un grand ami d’Israël, et la Grande-Bretagne et Israël ont une relation incroyable, qui s’est développée au fil des ans et je pense que c’est l’une des plus proches. Nous avons beaucoup de choses à discuter, du changement climatique au développement et à la coopération, les défis économiques, la sécurité et bien sûr la préservation de la stabilité régionale. Merci beaucoup d’avoir consacré votre temps. Nous savons que vous êtes occupé, vous faites face à d’énormes défis. Nous vous souhaitons beaucoup de succès, Monsieur le Premier Ministre.


Le Premier ministre britannique a remercié le président et a déclaré :

« Monsieur le président, merci beaucoup pour ces aimables paroles. C’est un grand plaisir d’être ici avec vous. Comme vous l’avez mentionné, et je voudrais renforcer tout ce que vous avez dit, Israël est parmi nos amis les plus proches, parmi nos alliés les plus proches, et il y a beaucoup de choses sur lesquelles nous devons continuer à travailler ensemble, que ce soit la coopération économique, la coopération en matière de sécurité, et aussi le changement climatique, c’est ce dont nous discutons ici. J’attends donc avec impatience notre temps ensemble. Mettons-nous au travail! »

Plus tôt, la ministre de la protection de l’environnement, Tamar Zandberg du Meretz, qui se trouve également à Charm el-Cheikh, s’est adressée à la conférence annuelle sur le climat.

« L’environnement ne sait pas ce qu’est une élection, quel est le pourcentage de blocage et quelles sont les frontières sur la carte », a-t-elle déclaré. « Je suis heureuse que nous ayons renouvelé les bonnes relations avec nos voisins. Nous présentons un plateau avec des initiatives, des politiques, des budgets et des décisions au prochain gouvernement. Ce n’est un secret pour personne que le prochain gouvernement est inquiétant. Mais il ne doit pas y avoir de désaccord. Le prochain gouvernement doit prendre ce plateau et le promouvoir davantage. Nous le devons pour nous, nos enfants et la planète.

Dans ses mots, Zandberg a fait référence aux progrès dans le domaine du climat au cours de son mandat de ministre de la Protection de l’environnement.

« L’année dernière, l’État d’Israël a fait un bond en avant dans notre lutte pour réduire les émissions », a-t-elle déclaré. « Nombreux sont ceux qui disent que nous n’affecterons pas la situation dans le monde, mais nous avons la responsabilité de protéger la vie des Israéliens dans un monde qui s’assèche et se réchauffe. La terre est malade et nous, dans l’État d’Israël, avons des systèmes naturels sensibles, et c’est un honneur de les protéger. C’est vrai que le monde a changé. Crise de l’énergie et crise mondiale des prix. Certains pensent que cela retarde la gestion de la crise climatique. Mais, c’est à court terme. . Le monde marche dans une direction : l’économie verte et les investissements. Une économie et un pays qui veulent être compétitifs sur le marché mondial doivent mener la lutte contre la crise climatique. Israël doit prendre une position de leader dans ce défi.

Le ministre de la Coopération régionale, Issawi Frej, également du Meretz, qui faisait également partie de la délégation, a ajouté :

« Ce n’est pas un hasard si le premier pays de la région à signer un accord de paix avec Israël en 1979 est aussi le premier pays où Israël installe un pavillon à la conférence sur le climat. La crise climatique nous menace tous, mais elle constitue aussi une formidable opportunité de coopération régionale transfrontalière et de nouveaux accords, et nous devons mettre l’accent là-dessus.

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com © elishean/2009-2022

Articles connexes