Politique

Israël met l’armée en état d’alerte après avoir rejeté l’accord avec le Liban

À l’approche des élections, le gouvernement a rejeté les amendements de Beyrouth à un accord frontalier négocié par les États-Unis

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a ordonné aux troupes près de la frontière avec le Liban de se préparer jeudi, au milieu d’informations selon lesquelles le pays a rejeté les amendements de Beyrouth à un compromis frontalier proposé par les États-Unis. Le différend frontalier maritime concerne des gisements de gaz naturel que les deux voisins cherchent à exploiter.

Après des consultations avec l’état-major, Gantz a ordonné aux Forces de défense israéliennes de « se préparer à tout scénario dans lequel les tensions augmentent dans l’arène nord – y compris la défense et la préparation à l’attaque », selon le Jerusalem Post.

L’ordre était une confirmation indirecte des rapports plus tôt dans la journée selon lesquels Israël avait rejeté les amendements du Liban à l’accord, rédigés par l’envoyé américain Amos Hochstein et présentés aux deux parties le week-end dernier.

Selon Al Jazeera, le projet de Hochstein a reçu un « accueil préliminaire plutôt chaleureux » des deux côtés. Le Liban a présenté sa réponse mardi, mais jeudi Israël a rejeté ces modifications. Bien que l’accord n’ait pas été rendu public, les médias israéliens ont déclaré qu’il aurait permis au pays d’explorer librement le champ gazier de Karish.

Le principal problème semble être la réticence du Liban à accepter une « ligne de bouée » délimitée par Israël comme frontière internationale de facto, étant donné que les deux pays sont techniquement toujours en guerre.

Le Premier ministre intérimaire Yair Lapid a rejeté les « changements substantiels » que le Liban a tenté d’apporter, a déclaré un responsable israélien à Al Jazeera, ajoutant qu ‘ »Israël ne transigera pas sur sa sécurité et ses intérêts économiques ».

La proposition originale de Hochstein a été bien accueillie par le Hezbollah et décrite comme « sur la bonne voie pour affirmer les droits du Liban sur toutes ses eaux » par le Premier ministre libanais Najib Mikati en début de semaine. Beyrouth attendrait toujours la réponse officielle d’Israël aux amendements.

Gantz a également plaidé en faveur de l’accord, affirmant qu’il « nuirait à l’Iran » et au Hezbollah. Cependant, l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu l’a qualifié d’ « accord de reddition » et a insisté sur le fait qu’Israël avait besoin d’un « leadership différent ».

Les élections israéliennes – les cinquièmes en quatre ans – sont prévues pour le 1er novembre.

Beyrouth et Jérusalem se disputent une zone maritime d’environ 860 kilomètres carrés, réputée riche en pétrole et en gaz naturel. Les négociations sont en cours depuis 2020, compliquées par le fait qu’Israël et le Liban n’ont pas de relations diplomatiques officielles.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.