Israël enregistre le premier cas d'un patient atteint de « Flurona » - 1 Scandal
A ne pas manquer Biotechnologie & Santé

Israël enregistre le premier cas d’un patient atteint de « Flurona »


Sur la photo ci-dessus, nous voyons une infirmière israélienne qui reçoit une quatrième dose du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 au centre médical Sheba de Ramat Gan près de Tel Aviv, le 27 décembre 2021. Comme vous pouvez le constater, elle est très loin d’avoir 60 ans…

Mais peu importe…! Puisqu’aujourd’hui la mode est au vaccin… On invente même de nouvelles maladies avec de nouveaux noms pour justifier la panique sur des affections connues depuis toujours. On teste les gens avec un système PCR  qui est reconnu pour être non-fiable…  Et on fabrique des malades qui vont grossir les statistiques et engendrer des mesures liberticides pour forcer les gens à recevoir un VAXXX qui est en réalité une thérapie génique dont on ne connaît pas les effets à long terme.

Mais tout est normal… les moutons y croient dur comme fer… et on peut comptabiliser le nombre d’idiots utiles dans un pays au pourcentage d’injectés….

Maintenant, la Start Up Nation vient d’inventer « Flurona », la covigrippe qui va rapporter des milliards à Pfizer…

Via The Epoch Times :


Israël a enregistré ce qui est largement considéré comme le premier cas de maladie « flurona », qui serait une double infection par le coronavirus et la grippe saisonnière, chez une femme enceinte non vaccinée, selon des rapports locaux.

La femme anonyme a présenté des symptômes bénins du virus au centre médical Rabin de la ville de Petah Tikva le 30 décembre, a rapporté Hamodia . Elle se porte bien et devrait sortir de l’hôpital plus tard jeudi, selon des responsables.

« Elle a reçu un diagnostic de grippe et de coronavirus dès son arrivée. Les deux tests sont revenus positifs, même après que nous ayons vérifié à nouveau », a déclaré le professeur Arnon Vizhnitser, spécialiste en obstétrique et gynécologie et directeur du service de gynécologie de l’hôpital.

« Cette maladie est la même maladie ; ils sont viraux et provoquent des difficultés respiratoires car les deux attaquent les voies respiratoires supérieures.

Vizhnitser a déclaré qu’il voyait de plus en plus de cas de personnes qui ont contracté à la fois un coronavirus et une grippe saisonnière. Les deux maladies respiratoires contagieuses peuvent présenter des symptômes similaires tels qu’une toux, un mal de gorge, de la fièvre, des douleurs musculaires ou corporelles et de la fatigue.

« L’année dernière, nous n’avons pas été témoins de cas de grippe chez les femmes enceintes ou qui accouchent », a déclaré Vizhnitser. «Aujourd’hui, nous voyons des cas de coronavirus et de grippe qui commencent à pointer la tête.»

Alors que la majorité des personnes qui contractent la grippe ont tendance à se rétablir en quelques jours ou semaines, chez certaines, cela peut entraîner des complications potentiellement mortelles telles qu’une pneumonie, une inflammation du cœur (myocardite) et une défaillance multiviscérale, bien que ce soit rare.


La semaine dernière, une femme enceinte de 31 ans est décédée à Jérusalem après avoir contracté la grippe, a rapporté le Times of Israel. La femme, qui a donné naissance à un fils par césarienne au centre médical Hadassah, est décédée peu de temps après avoir été placée sous ventilateur en raison de complications respiratoires. Son enfant serait dans un état stable.

Cependant, Elias Mossialos, professeur de politique de santé à la London School of Economics, a déclaré qu’il n’y avait aucune raison de paniquer à propos de la soi-disant «flurona», bien qu’il ait reconnu que nous pourrions voir un nombre croissant de cas de ce type apparaître à travers le monde.


« Il ne s’agit pas d’un nouveau virus, mais d’infections simultanées du coronavirus et du virus de la grippe. C’est arrivé à une femme enceinte en Israël, mais il est probable que nous verrons plusieurs cas de ce type dans de nombreux pays », a écrit Mossialos sur Facebook dimanche.

« Ainsi, la vaccination avec le vaccin contre la grippe est nécessaire, surtout pour nos compatriotes vulnérables. C’est ce que soulignent les autorités sanitaires du monde entier », a ajouté Mossialos. « Il n’y a aucune raison de paniquer. »

Israël a été parmi les premiers au monde à introduire des passeports vaccinaux et des vaccinations obligatoires.

Le mois dernier, des responsables gouvernementaux ont approuvé une deuxième  injection de rappel du vaccin COVID-19 pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli, telles que les patients atteints de cancer et les receveurs de greffes d’organes.

L’approbation est intervenue près d’une semaine après que le comité d’experts en pandémie du pays a recommandé la quatrième  injection du vaccin Pfizer-BioNTech pour les personnes immunodéprimées, les personnes de plus de 60 ans et les agents de santé.

Le 27 décembre, le ministère israélien de la Santé a également accordé une approbation d’urgence à un médicament antiviral oral COVID-19 développé par Pfizer, appelé Paxlovid. La pilule est prise deux fois par jour pendant cinq jours en association avec un deuxième médicament appelé ritonavir, un médicament antiviral générique.

Le médicament est censé être destiné aux patients qui souffrent de symptômes «légers à modérés» du COVID-19 à titre préventif pour les empêcher de devenir si malades qu’ils doivent être hospitalisés, ont déclaré des responsables et Pfizer.

Israël a commandé environ 100 000 doses de pilules dans le but de lutter contre une nouvelle vague de coronavirus provoquée par la variante Omicron à propagation rapide.


Malgré cela, 63,69 pour cent de la population est doublement vaccinée, tandis que 6,91 pour cent est partiellement vaccinée, selon les données officielles .

Katabella Roberts


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021