Israël: Champion de la vaccination et de la Population "mouton" - 1 Scandal
Biotechnologie & Santé

Israël: Champion de la vaccination et de la Population “mouton”


En Israël, champion du monde de la vaccination, Salman Zarka, responsable en charge de la lutte nationale anti-Covid, a pourtant annoncé le maintien des restrictions relatives à la pandémie de Covid-19.

Et l’on parle de l’apparition d’une éventuelle cinquième vague.

Les restrictions toujours maintenues malgré la vaccination

Le responsable en charge de la lutte nationale contre le coronavirus, Salman Zarka, a déclaré dimanche qu’il n’envisageait pas encore de recommander l’assouplissement des restrictions restantes contre la COVID-19, craignant une éventuelle cinquième vague de virus.

« Nous sommes optimistes et nous voyons que la tendance à la baisse [des cas] se poursuit, mais la quatrième vague est toujours là », a déclaré Salman Zarka à la radio publique Kan.

« Nous avons aussi une leçon à tirer, à rappeler à tout le monde : Nous sommes sortis trop vite de la troisième vague. Nous pensions avoir vaincu le coronavirus, puis le variant Delta est arrivé, provoquant une quatrième vague », a-t-il ajouté. « Nous devons procéder lentement, prudemment, en gardant à l’esprit une [éventuelle] cinquième vague, à Dieu ne plaise. »

Vers un pass sanitaire effectif dès dimanche

Cependant, ce qui l’emporte, c’est bien la peur d’une cinquième vague. Les autorités ont décidé de renforcer le contrôle par le passeport vert et le scan d’un QR code.

Ponnier de la vaccinattion oligatoire, Israël l’est aussi du renforcement de la surveillance numérique des individus. Un dispositif du ministère de la Santé crée désormais un lien direct avec la carte d’identité pour éviter les usurpations et les falsifications. Pour rappel, cette nouvelle disposition aurait dû débuter depuis le début du mois d’octobre, mais face aux injections de rappel du vaccin et les difficultés rencontrées, le ministère de la Santé a été obligé de revoir la date estimée.

Comme nous l’avons évoqué dans nos colonnes, Israël représente un véritable laboratoire de la vaccination obligatoire et les autorités ont de plus en plus de mal à y dissimuler l’échec de cette dernière . Il a fallu jouer avec les chiffres pour faire accepter une  3ème dose vaccinale; et, pour autant, la société de surveillance  ne recule pas, elle se renforce.

À partir de dimanche, les lieux et les entreprises qui exigent un passeport vert devront en scanner le QR code avant d’accorder l’accès aux clients potentiels, après des semaines de difficultés techniques pour mettre en place les nouvelles règles.

Le QR code de chaque détenteur de passeport vert doit désormais être scanné à l’aide d’une application du ministère de la Santé et comparé à sa carte d’identité pour vérifier qu’il peut bien entrer.


Le code est destiné à rendre les passeports verts plus difficiles à falsifier. Bien que les codes figurent sur le passeport vert depuis la mise en place du système, qui est destine à freiner la propagation du virus, la plupart des entreprises ont renoncé à les scanner et se contentent souvent de laisser passer les gens d’un simple coup d’œil.

L’obligation de scanner les passeports verts devait commencer au début du mois; cependant, une nouvelle politique conditionnant leur renouvellement à l’injection de rappel du vaccin ayant engendré des difficultés techniques, un délai de grâce a été accordé par le ministère de la Santé.

Les personnes qui n’ont pas été vaccinées ou qui ne disposent pas d’un certificat de guérison du COVID-19 peuvent également obtenir un passeport vert temporaire à l’aide d’un test négatif (valable pendant 72 heures) à leurs frais – à moins que la personne en question ne soit pas éligible à la vaccination.

Les enfants peuvent bénéficier d’un laissez-passer vert s’ils ont été testés négatifs au coronavirus au cours des dernières 24 heures. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Les chiffres bidons du ministère de la Santé

Publiés dimanche matin montrent que 734 nouveaux cas ont été identifiés dans tout le pays au cours de la journée précédente, contre plus de 10 000 par jour au plus fort de la vague en août et septembre. Le taux de tests positifs était de 1,63 % sur près de 50 000 tests. Le nombre de cas graves était de 388, dont 157 sous ventilateur. Le nombre total de décès s’élevait à 7 983 dimanche matin.


Il n’y avait que deux localités avec plus de 500 cas actifs, toutes deux des grandes villes – Jérusalem avec 2 058, et Tel Aviv avec 643 – alors qu’il y a un mois, 16 villes comptaient plus de 1 000 cas. Le nombre total de cas actifs est tombé à 19 587.

Le reste du monde

Par ailleurs, en Europe, comme proposition de vaccin de rappel, on a le Comirnaty de Pfizer disposant d’une extension d’AMM depuis le 5 octobre et le Spikevax de Moderna qui figure également dans la campagne.


A titre de rappel, Pfizer qui est soupçonnée par la lanceuse d’alerte Melissa Strickler d’utiliser des cellules fœtales provenant de cellules de fœtus (avortés) dans le développement de son vaccin anti-covid.

Néanmoins, dans les pays du cercle scandinave, face l’apparition de signes d’inflammations du myocarde et du péricarde chez quelques individus âgés de moins de 30 ans, l’agence de santé publique finlandaise a décidé, après ses homologues suédoise, danoise et norvégienne, de suspendre l’utilisation du vaccin anti Covid-19 produit par l’entreprise américaine Moderna.

En outre, vu le contexte actuel plus ou moins modéré de la pandémie et les travaux de délimitation des dosages et de cibles qui sont toujours attendus de l’EMA ; la HAS a opté pour la voie de la prudence, faisant ainsi savoir qu’il est plus sage d’attendre les résultats du travail de l’EMA et de cesser, d’icilà, l’administration du Spikevax.

En attendant que le vaccin de Moderna se fasse une place dans la campagne de rappel, le Comirnaty de Pfizer s’attribue le monopole et pourra être administré à toutes les personnes vaccinées, quelle que soit la nature du primovaccin reçu.

Par ailleurs, avec tout ce décor comme fond, l’on vient à se demander si ce choix de Pfizer est plus que discutable. Le ministère israélien de la Santé avait signalé qu’il avait trouvé un lien probable avec la maladie chez les jeunes hommes qui ont reçu Pfizer. D’après un article du site CNBC, les cas d’inflammation cardiaque chez les 16-24 ans sont «plus élevés que prévu» après la deuxième injection aussi bien de Moderna ou de Pfizer.


Sources:
Le Courrier des stratèges
The Times of Israël


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021