Irlande: 110 000 euros d’argent public ont été secrètement utilisés pour « combattre la désinformation en matière de santé » - 1 Scandal
Information

Irlande: 110 000 euros d’argent public ont été secrètement utilisés pour « combattre la désinformation en matière de santé »


Jouer l’arbitre de la vérité est une activité lucrative.

L’industrie de la vérification des faits et de l’identification des « fausses informations » est florissante, tout comme la censure autour d’une foule de sujets brûlants, mondiaux et fortement politisés – qu’ils aient ou non, à première vue, à voir avec des crises sanitaires ou sociales.

Et ce que cette censure et les entreprises qu’elle a engendrées ont en commun, c’est leur manque de transparence.

L’effet et donc l’importance de leurs actions sont considérables, car ce qui n’est pas censuré et est disponible sur les plateformes les plus répandues sont des récits puissants qui finissent par créer et influencer l’opinion publique, disent les observateurs critiques, notant également que les décisions d’intérêt public et financées par des fonds publics sont de plus en plus prises par des entreprises privées qui n’ont aucun compte à rendre et qui préfèrent garder leur travail dans l’ombre.

Les préoccupations soulevées par le fonctionnement de Kinzen en Irlande tournent autour de ces questions. Cette société privée, qui affirme offrir des solutions représentant « un mélange unique de jugement humain et d’intelligence artificielle, façonné grâce à un partenariat avec des professionnels de la confiance et de la sécurité et des experts en désinformation », a reçu plus de 110 000 euros d’argent public sur neuf mois de la part du gouvernement irlandais pour aider le ministère de la Santé à « combattre la désinformation ».

Mais il apparaît aujourd’hui que Kinzen – bien que sous contrat avec le gouvernement et payé avec de l’argent public – a explicitement demandé au ministère de la Santé de garder secrets les détails sur la manière dont il effectue son travail, et a obtenu gain de cause, puisque le nom de l’entreprise n’est pas mentionné dans les médias, avec l’aide du ministère irlandais. En outre, Kinzen a obtenu le contrat en dehors de ce que le ministre Stephen Donnelly a déclaré être des « procédures d’appel d’offres normales ».


Et tandis que Kinzen travaillait dans l’obscurité – souvent pour signaler des contenus exacts et véridiques, selon les critiques – le produit qu’il vendait à l’État irlandais était un certain nombre de rapports appelés « Disinformation Digest », que la plateforme médiatique irlandaise Gript a pu obtenir grâce au fait que, dans ce cas particulier, un vérificateur de faits et « modérateur-assistant » comme Kinzen a été engagé par le gouvernement. Lorsque ces entreprises travaillent pour d’autres entités privées, comme les plateformes sociales de Big Tech, la possibilité d’une véritable transparence s’envole.


Et même si les dossiers de « Disinformation Digest » sont disponibles, le fonctionnement interne de Kinzen – fondé par l’ancien présentateur de RTE Mark Little et l’ancienne journaliste de l’Irish Independent Aine Kerr – reste un mystère.


Traduction de Reclaim The Net par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021